La crise et le confinement ont porté un coup aux finances de l'Etat à fin mai

Les recettes de tous les impôts ont chuté, alors que les charges ont sensiblement augmenté. L’investissement a baissé en raison de la limitation des autorisations d’engagements. Le déficit budgétaire s'est envolé.

0-https://medias24.com//photos_articles/big/13-06-2020/min-finance119.jpg-oui
La crise et le confinement ont porté un coup aux finances de l'Etat à fin mai

Le 13 juin 2020 à 13:36

Modifié le 15 juin 2020 à 12:10

L’effet de la crise du Coronavirus et de l’état d’urgence sanitaire se font de plus en plus sentir sur le budget de l’Etat. A fin mai, les recettes et les investissements affichent une nette baisse, les charges de fonctionnement une nette hausse.

Selon la dernière situation provisoire des charges et des ressources du Trésor, les recettes ordinaires ont baissé de 10% ou de 9,4 milliards de DH, dont 8,9 milliards de baisse pour les recettes fiscales.

Les recettes de tous les impôts ont baissé : IR (-2 milliards), TVA (-2,5 milliards), TIC (-2 milliards), droits d’enregistrement et de timbre (-1,4 milliard). Même l’IS, payé sur la base des résultats 2019, a connu une légère baisse de 682 MDH.

Baisse du niveau d’activité, report des échéances fiscales, chute de la consommation, recul des transactions immobilières…, plusieurs facteurs expliquent ce résultat.

En face, les dépenses ordinaires ont augmenté de 10% ou de 9,8 milliards de DH, exclusivement en raison de la hausse de la masse salariale (+5,4 milliards) et des dépenses en biens et services (+4,5 milliards).

D’où un solde ordinaire qui vire au rouge, passant de +2 milliards de DH à -17 milliards.

L’investissement budgétaire a, lui, reculé de 11% ou de 3,4 milliards de DH. Le ministère des finances explique que ce recul par concerné principalement les transferts en raison de la limitation des autorisations d’engagements en anticipation de la loi de finances rectificative de 2020.

Compte tenu d’un solde des comptes spéciaux du Trésor (CST) en hausse à 18,5 milliards de DH, en raison de l’excédent du Fonds Covid-19 (18,1 milliards de DH), le déficit budgétaire ressort à 25,5 milliards de DH, en hausse de 31% ou de 6 milliards de DH.

Hors Fonds Covid-19, le déficit explose à 43,6 milliards (+124% ou +24 milliards).

>>Lire aussi: La crise économique du Covid-19, un gouffre financier pour l’Etat

La crise et le confinement ont porté un coup aux finances de l'Etat à fin mai

Le 13 juin 2020 à13:36

Modifié le 15 juin 2020 à 12:10

Les recettes de tous les impôts ont chuté, alors que les charges ont sensiblement augmenté. L’investissement a baissé en raison de la limitation des autorisations d’engagements. Le déficit budgétaire s'est envolé.

L’effet de la crise du Coronavirus et de l’état d’urgence sanitaire se font de plus en plus sentir sur le budget de l’Etat. A fin mai, les recettes et les investissements affichent une nette baisse, les charges de fonctionnement une nette hausse.

Selon la dernière situation provisoire des charges et des ressources du Trésor, les recettes ordinaires ont baissé de 10% ou de 9,4 milliards de DH, dont 8,9 milliards de baisse pour les recettes fiscales.

Les recettes de tous les impôts ont baissé : IR (-2 milliards), TVA (-2,5 milliards), TIC (-2 milliards), droits d’enregistrement et de timbre (-1,4 milliard). Même l’IS, payé sur la base des résultats 2019, a connu une légère baisse de 682 MDH.

Baisse du niveau d’activité, report des échéances fiscales, chute de la consommation, recul des transactions immobilières…, plusieurs facteurs expliquent ce résultat.

En face, les dépenses ordinaires ont augmenté de 10% ou de 9,8 milliards de DH, exclusivement en raison de la hausse de la masse salariale (+5,4 milliards) et des dépenses en biens et services (+4,5 milliards).

D’où un solde ordinaire qui vire au rouge, passant de +2 milliards de DH à -17 milliards.

L’investissement budgétaire a, lui, reculé de 11% ou de 3,4 milliards de DH. Le ministère des finances explique que ce recul par concerné principalement les transferts en raison de la limitation des autorisations d’engagements en anticipation de la loi de finances rectificative de 2020.

Compte tenu d’un solde des comptes spéciaux du Trésor (CST) en hausse à 18,5 milliards de DH, en raison de l’excédent du Fonds Covid-19 (18,1 milliards de DH), le déficit budgétaire ressort à 25,5 milliards de DH, en hausse de 31% ou de 6 milliards de DH.

Hors Fonds Covid-19, le déficit explose à 43,6 milliards (+124% ou +24 milliards).

>>Lire aussi: La crise économique du Covid-19, un gouffre financier pour l’Etat

A lire aussi


Communication financière

SONASID : Effets de la crise sanitaire sur les résultats du 1er semestre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.