La course #Run4Neet séduit les têtes d’affiche et anime les débats

Ahmed Reda Chami, Chakib Alj, Lotfi Sekkat, Karim Tajmouati… Plusieurs personnalités ont confirmé leur participation à cette course pour les jeunes qui ne sont ni en emploi, ni en formation, ni en apprentissage. Une course qui a suscité de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux quant à son utilité.

0-https://medias24.com//photos_articles/big/26-02-2020/run4.jpg-oui
La course #Run4Neet séduit les têtes d’affiche et anime les débats

Le 26 février 2020 à 13:28

Modifié le 26 février 2020 à 14:16

#Run4Neet est une course pour l’emploi des jeunes en situation de NEET (ni en emploi, ni en formation, ni en apprentissage), organisée par l’association Tibu Maroc qui intervient dans l’éducation et l’insertion des jeunes par le sport.

Elle est prévue le 15 mars à Casablanca sur un parcours de 10 KM reliant Ain Sebaâ à Hay Mohammadi.

L’objectif est d’attirer 1.500 coureurs professionnels, amateurs, des particuliers et des personnalités influentes de la société marocaine pour sensibiliser à la cause de l’insertion des jeunes en situation de NEET.

Les frais d’inscription à cette course s’élèvent à 100 DH. Plusieurs associations oeuvrant dans l’accompagnement des jeunes prendront en charge ces frais pour leurs adhérents.

La communication officielle autour de cette course n’a pas encore démarré. Un communiqué de presse sera diffusé la semaine prochaine, selon Mohamed Amine Zariat, président de Tibu Maroc, joint par Médias24.

Mais dès l’annonce de cette manifestation sur les réseaux sociaux, les vidéos de personnalités confirmant leur participation se sont multipliées, notamment sur Twitter : Ahmed Reda Chami, président du CESE, Lotfi Sekkat, PDG de CIH Bank, Chakib Alj, président de la CGEM, Kamal Lahlou président du groupe des Editions de la Gazette et MFM Radio, Imad Benmoussa, DG de Coca-Cola Afrique du Nord…

Selon Mohamed Amine Zariat, d’autres têtes d’affiche ont confirmé leur participation ou sont sur le point de le faire : Mehdi Tazi, vice-président de la CGEM qui, avec Alj, compte mobiliser le maximum d’administrateurs et de membres du patronat ; Karim Tajmouati, DG de la Conservation Foncière, Saaid Amzazi, ministre de l’éducation…

A l’en croire, il y aura également une vague de diplomates participants (ambassadeurs des Etats-Unis, des Pays-Bas…), de champions sportifs (Naoual Moutawakil…) et de responsables publics et privés, en plus des acteurs de la société civile.

Des annonces et des engagements prévus

Au 25 février, 476 confirmations ont été comptabilisées. Ce qui est normal pour Zariat qui précise que pour ce genre de manifestations sportives, nombre d’inscriptions se font à la dernière minute. Il précise également que certaines entreprises et organisations participantes ramèneront des dizaines de collaborateurs qui ne sont pas comptabilité dans ce chiffre.

Mais si cette course a suscité un vif intérêt de la part de ces personnalités, elle a également provoqué des critiques sur les réseaux sociaux. En gros, les observateurs se demandent en quoi une course aidera les jeunes en situation de NEET à amélioration leur condition et à s’insérer dans la vie active.

Pour rappel, la population des jeunes âgés entre 15 et 24 ans en situation de NEET s’élève à 1,7 million de personnes (30% des 15-24 ans). Elle pose de gros défis économiques et sociaux au Maroc.

Mohamed Amine Zariat reconnaît que son association n’a pas été immédiatement assez explicite sur les objectifs et la consistance de cet événement.

Il explique que cette course est un plaidoyer pour que les décideurs et le secteur privé se mobilise en faveur des jeunes en situation de NEET.

« Les politiques publiques commencent à s’intéresser à cette population mais cela demeure insuffisant. Ces jeunes ont traversé des épreuves difficiles, ont un sentiment d’échec, ils manquent de confiance et sont repliés sur eux-mêmes. Les organismes publics et les autorités locales gagneraient à apprendre du travail des associations spécialisées dans l’accompagnement des jeunes pour mieux prendre en charge cette population », ajoute-t-il, en précisant qu’au delà de la course, un village avec des stands sera mis en place pour permettre aux participants d’échanger autour des initiatives en place ou à venir et de la manière de collaborer pour les enrichir.

Zariat donne un exemple : « Si Loubna Tricha de l’OFPPT participe à la course, ce serait l’occasion de discuter de l’opportunité de créer une formation dans les métiers du sport. Parmi les dizaines de milliers jeunes supporters de foot qui se rendent aux stades chaque fin de semaine, beaucoup sont en situation de NEET et on peut les sauver et les insérer à travers les métiers du sport ».

Le village servira également à faire des annonces. Parmi les plus importantes, la création d’un label SBR (sport, bien-être, résultats) pour les entreprises. « Certaines s’engageront à faire appel à des NEET, en tant qu’auto-entrepreneurs, pour devenir coach sportifs pour leurs collaborateurs. Ces jeunes pourront par exemple leur organiser des team building ou des tournois sportifs moyennant une rémunération (4.000 ou 5.000 DH…). Ils auront été formés par Tibu Maroc dans le cadre de son initiative « Intilaqa » lancée en juillet 2019 avec la fondation suisse Drosos. Au début, le nombre d’entreprises qui s’engageront ne sera pas important. Mais celles-ci seront pionnières et pousseront d’autres à suivre leurs pas », espère Zariat.

Dans un premier temps, 60 jeunes NEET seront formés annuellement dans le cadre de l’initiative « Intilaqa » (300 après la phase accélération), dans les domaines du management, du digital, des langues, du sport… La formation dure une année et les débouchés sont, entre autres, l’entrepreneuriat social sportif, le coaching sportif, le salariat dans des entreprises spécialisées dans le training ou les articles de sport…

La course #Run4Neet séduit les têtes d’affiche et anime les débats

Le 26 février 2020 à14:08

Modifié le 26 février 2020 à 14:16

Ahmed Reda Chami, Chakib Alj, Lotfi Sekkat, Karim Tajmouati… Plusieurs personnalités ont confirmé leur participation à cette course pour les jeunes qui ne sont ni en emploi, ni en formation, ni en apprentissage. Une course qui a suscité de nombreuses réactions sur les réseaux sociaux quant à son utilité.

#Run4Neet est une course pour l’emploi des jeunes en situation de NEET (ni en emploi, ni en formation, ni en apprentissage), organisée par l’association Tibu Maroc qui intervient dans l’éducation et l’insertion des jeunes par le sport.

Elle est prévue le 15 mars à Casablanca sur un parcours de 10 KM reliant Ain Sebaâ à Hay Mohammadi.

L’objectif est d’attirer 1.500 coureurs professionnels, amateurs, des particuliers et des personnalités influentes de la société marocaine pour sensibiliser à la cause de l’insertion des jeunes en situation de NEET.

Les frais d’inscription à cette course s’élèvent à 100 DH. Plusieurs associations oeuvrant dans l’accompagnement des jeunes prendront en charge ces frais pour leurs adhérents.

La communication officielle autour de cette course n’a pas encore démarré. Un communiqué de presse sera diffusé la semaine prochaine, selon Mohamed Amine Zariat, président de Tibu Maroc, joint par Médias24.

Mais dès l’annonce de cette manifestation sur les réseaux sociaux, les vidéos de personnalités confirmant leur participation se sont multipliées, notamment sur Twitter : Ahmed Reda Chami, président du CESE, Lotfi Sekkat, PDG de CIH Bank, Chakib Alj, président de la CGEM, Kamal Lahlou président du groupe des Editions de la Gazette et MFM Radio, Imad Benmoussa, DG de Coca-Cola Afrique du Nord…

Selon Mohamed Amine Zariat, d’autres têtes d’affiche ont confirmé leur participation ou sont sur le point de le faire : Mehdi Tazi, vice-président de la CGEM qui, avec Alj, compte mobiliser le maximum d’administrateurs et de membres du patronat ; Karim Tajmouati, DG de la Conservation Foncière, Saaid Amzazi, ministre de l’éducation…

A l’en croire, il y aura également une vague de diplomates participants (ambassadeurs des Etats-Unis, des Pays-Bas…), de champions sportifs (Naoual Moutawakil…) et de responsables publics et privés, en plus des acteurs de la société civile.

Des annonces et des engagements prévus

Au 25 février, 476 confirmations ont été comptabilisées. Ce qui est normal pour Zariat qui précise que pour ce genre de manifestations sportives, nombre d’inscriptions se font à la dernière minute. Il précise également que certaines entreprises et organisations participantes ramèneront des dizaines de collaborateurs qui ne sont pas comptabilité dans ce chiffre.

Mais si cette course a suscité un vif intérêt de la part de ces personnalités, elle a également provoqué des critiques sur les réseaux sociaux. En gros, les observateurs se demandent en quoi une course aidera les jeunes en situation de NEET à amélioration leur condition et à s’insérer dans la vie active.

Pour rappel, la population des jeunes âgés entre 15 et 24 ans en situation de NEET s’élève à 1,7 million de personnes (30% des 15-24 ans). Elle pose de gros défis économiques et sociaux au Maroc.

Mohamed Amine Zariat reconnaît que son association n’a pas été immédiatement assez explicite sur les objectifs et la consistance de cet événement.

Il explique que cette course est un plaidoyer pour que les décideurs et le secteur privé se mobilise en faveur des jeunes en situation de NEET.

« Les politiques publiques commencent à s’intéresser à cette population mais cela demeure insuffisant. Ces jeunes ont traversé des épreuves difficiles, ont un sentiment d’échec, ils manquent de confiance et sont repliés sur eux-mêmes. Les organismes publics et les autorités locales gagneraient à apprendre du travail des associations spécialisées dans l’accompagnement des jeunes pour mieux prendre en charge cette population », ajoute-t-il, en précisant qu’au delà de la course, un village avec des stands sera mis en place pour permettre aux participants d’échanger autour des initiatives en place ou à venir et de la manière de collaborer pour les enrichir.

Zariat donne un exemple : « Si Loubna Tricha de l’OFPPT participe à la course, ce serait l’occasion de discuter de l’opportunité de créer une formation dans les métiers du sport. Parmi les dizaines de milliers jeunes supporters de foot qui se rendent aux stades chaque fin de semaine, beaucoup sont en situation de NEET et on peut les sauver et les insérer à travers les métiers du sport ».

Le village servira également à faire des annonces. Parmi les plus importantes, la création d’un label SBR (sport, bien-être, résultats) pour les entreprises. « Certaines s’engageront à faire appel à des NEET, en tant qu’auto-entrepreneurs, pour devenir coach sportifs pour leurs collaborateurs. Ces jeunes pourront par exemple leur organiser des team building ou des tournois sportifs moyennant une rémunération (4.000 ou 5.000 DH…). Ils auront été formés par Tibu Maroc dans le cadre de son initiative « Intilaqa » lancée en juillet 2019 avec la fondation suisse Drosos. Au début, le nombre d’entreprises qui s’engageront ne sera pas important. Mais celles-ci seront pionnières et pousseront d’autres à suivre leurs pas », espère Zariat.

Dans un premier temps, 60 jeunes NEET seront formés annuellement dans le cadre de l’initiative « Intilaqa » (300 après la phase accélération), dans les domaines du management, du digital, des langues, du sport… La formation dure une année et les débouchés sont, entre autres, l’entrepreneuriat social sportif, le coaching sportif, le salariat dans des entreprises spécialisées dans le training ou les articles de sport…

A lire aussi


Communication financière

Indicateurs trimestriels au 30.06.2020 de la société Afric Industries

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.