Immobilier. A cause du confinement, les clients sont assoiffés d'espace

A l'approche du déconfinement, des ménages sont à la recherche de cadres de vie spacieux, notamment des biens immobiliers avec jardins et piscines. Pour l'instant, il s'agit simplement de demandes de renseignement.

0-https://medias24.com//photos_articles/big/13-05-2020/immobilier.jpg-oui
Immobilier. A cause du confinement, les clients sont assoiffés d'espace Photo: Les Pavillons Anfa club de Yasmine signature

Le 13 mai 2020 à 15:53

Modifié le 14 mai 2020 à 12:15

L’expérience d’un enfermement dans un espace réduit et surtout en famille, a créé un changement de préférence chez les individus. C’est ce qu'ont remarqué des professionnels du secteur de l’immobilier.

"Les gens sont à la recherche de biens plus spacieux, avec jardin et piscine. A Casablanca, des personnes qui habitent dans des quartiers tel que Gauthier, Maârif ou Bourgogne, nous appellent pour des appartements à Bouskoura, Tamaris, etc. ", déclare Sara Elmahi, cofondatrice de l’agence « le bon agent immobilier ».

Pour l'instant, l’heure est à la prospection et à la récolte des informations. "Jusqu'à présent, nous ne recevons que des demandes de locations, mais les gens se renseignent et se préparent. Ils se disent que nous allons bientôt être déconfinés, et nous sollicitent pour leur envoyer des propositions ", ajoute la même source.

Si le premier mois de confinement a été marqué par un lourd silence (excepté pour les expatriés bloqués au début de l’état d’urgence sanitaire), ces deux dernières semaines se sont distinguées par un intérêt grandissant envers la catégorie de biens spacieux et des zones précises, très convoitées. 

Loyers à la baisse

Les propriétaires, qu’ils soient dans le besoin ou simplement bienveillants, ont revu les montants des loyers à la baisse. Dans tous les cas, ils ont conscience de l’impact de la crise sur le pouvoir d’achat de leurs concitoyens.

"Les biens dont les loyers tournaient autour de 10.000 à 12.000 dirhams, que ce soit en plein cœur de Casablanca ou à l’extérieur de celle-ci, varient désormais entre 8.000 et 9.000 dirhams ", nous explique Sara Elmahi.

Le maintien d’un semblant d’activité constitue un vrai challenge pour ces professionnels, dont le métier repose principalement sur les visites présentielles.

"Nos agents ne sont plus en mesure de faire des visites aujourd’hui, les propriétaires ne sont pas près d'ouvrir leurs portes et les éventuels locataires ne veulent pas prendre de risques ".

Certains propriétaires font preuve de beaucoup de réactivité, en prenant des photos et vidéos pour rapprocher les intéressés de la réalité. D’autres, notamment dont les propriétés se trouvent à Bouskoura, ne sont généralement pas à Casablanca, voire en dehors du territoire marocain, ce qui complique un peu plus la situation.

Photo: Les Pavillons Anfa club de Yasmine signature

Immobilier. A cause du confinement, les clients sont assoiffés d'espace

Le 13 mai 2020 à15:53

Modifié le 14 mai 2020 à 12:15

A l'approche du déconfinement, des ménages sont à la recherche de cadres de vie spacieux, notamment des biens immobiliers avec jardins et piscines. Pour l'instant, il s'agit simplement de demandes de renseignement.

L’expérience d’un enfermement dans un espace réduit et surtout en famille, a créé un changement de préférence chez les individus. C’est ce qu'ont remarqué des professionnels du secteur de l’immobilier.

"Les gens sont à la recherche de biens plus spacieux, avec jardin et piscine. A Casablanca, des personnes qui habitent dans des quartiers tel que Gauthier, Maârif ou Bourgogne, nous appellent pour des appartements à Bouskoura, Tamaris, etc. ", déclare Sara Elmahi, cofondatrice de l’agence « le bon agent immobilier ».

Pour l'instant, l’heure est à la prospection et à la récolte des informations. "Jusqu'à présent, nous ne recevons que des demandes de locations, mais les gens se renseignent et se préparent. Ils se disent que nous allons bientôt être déconfinés, et nous sollicitent pour leur envoyer des propositions ", ajoute la même source.

Si le premier mois de confinement a été marqué par un lourd silence (excepté pour les expatriés bloqués au début de l’état d’urgence sanitaire), ces deux dernières semaines se sont distinguées par un intérêt grandissant envers la catégorie de biens spacieux et des zones précises, très convoitées. 

Loyers à la baisse

Les propriétaires, qu’ils soient dans le besoin ou simplement bienveillants, ont revu les montants des loyers à la baisse. Dans tous les cas, ils ont conscience de l’impact de la crise sur le pouvoir d’achat de leurs concitoyens.

"Les biens dont les loyers tournaient autour de 10.000 à 12.000 dirhams, que ce soit en plein cœur de Casablanca ou à l’extérieur de celle-ci, varient désormais entre 8.000 et 9.000 dirhams ", nous explique Sara Elmahi.

Le maintien d’un semblant d’activité constitue un vrai challenge pour ces professionnels, dont le métier repose principalement sur les visites présentielles.

"Nos agents ne sont plus en mesure de faire des visites aujourd’hui, les propriétaires ne sont pas près d'ouvrir leurs portes et les éventuels locataires ne veulent pas prendre de risques ".

Certains propriétaires font preuve de beaucoup de réactivité, en prenant des photos et vidéos pour rapprocher les intéressés de la réalité. D’autres, notamment dont les propriétés se trouvent à Bouskoura, ne sont généralement pas à Casablanca, voire en dehors du territoire marocain, ce qui complique un peu plus la situation.

A lire aussi


Communication financière

Aluminium du Maroc : Communiqué de presse suivant la réunion du Conseil d’Administration, réuni le 29 Juin 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.