Guerre de communiqués entre Omar Belmamoun et Michael Toporek

Les protagonistes du dossier Brookstone Partners continuent de se livrer à une guerre de communiqués, plaçant leurs différends sur le terrain médiatique et prenant l’opinion à témoin.

0-https://medias24.com//photos_articles/big/20-06-2019/PortraitOB__.jpg-oui
Guerre de communiqués entre Omar Belmamoun et Michael Toporek

Le 20 juin 2019 à 15:23

Modifié le 21 juin 2019 à 15:39

Médias24 continue à couvrir l’affaire a minima comme il l’avait annoncé le 10 avril 2019.

Les nouvelles déclarations des protagonistes sont résumées ci-dessous. La question centrale est la suivante : qui est désormais le PDG de Brookstone Partners ? Est-ce toujours Omar Belmamoun ? Ou bien ce dernier a-t-il été révoqué ? Qui peut aujourd’hui s’exprimer au nom de cette société et la gérer ?

“Brookstone Partners annonce la révocation de Belmamoun de son poste de PDG“

Dans un communiqué daté de New York le 20 juin 2019 et libellé au nom de la société, “Brookstone Partners annonce la révocation de Omar Belmamoun de ses fonctions de Président-Directeur général de sa filiale marocaine la société Brookstone Partners Morocco“.

Le communiqué affirme que “la décision de révocation a été prise lors de l’assemblée générale ordinaire de la société, tenue le 20 mai 2019 à Casablanca et est motivée par les fautes de gestion ayant entaché le mandat de M. Omar Belmamoun“.

[Ci-dessous, le pv de l'AG envoyé par Brookstone Partners]

“L’assemblée générale s’est déroulée en présence de M. Omar Belmamoun et de M. Michael Toporek, représentants des actionnaires, assistés de trois huissiers de justice, d’un traducteur assermenté et de deux conseils juridiques", poursuit le communiqué.

[Ci-dessous, les fac-similés des pv établis par deux huissiers de justice requis par Brookstone Partners]

“Le procès-verbal de ladite assemblée générale, accompagné de deux procès-verbaux établis par les huissiers de justice a fait l’objet des formalités d’enregistrement auprès du greffe du Tribunal de Commerce de Casablanca actant la révocation de M. Omar Belmamoun de manière effective", annonce le communiqué de Brookstone Partners qui nous a adressé les fac similés des extraits de registres de commerce.

[Le 10 juin 2019, le registre de commerce de Casablanca affiche le nom de Omar Belmamoun comme PDG] Ci-dessous

[Le 19 juin 2019, sur le registre de commerce de Casablanca, le nom de Omar Belmamoun disparaît. Apparaît celui de Lipman Matthew Eric, américain, en tant que Directeur général délégué] Ci-dessous

"En application de cette décision, M. Omar Belmamoun n’est désormais plus Administrateur et Président-Directeur général de la société Brookstone Partners Morocco", écrit Brookstone Partners dans son communiqué.

"Brookstone Partners réitère sa volonté d’œuvrer de manière sereine à la gestion de ses participations dans ses filiales marocaines".

"Par le présent communiqué, Brookstone Partners témoigne son entière confiance envers ses conseils juridiques en raison de leur professionnalisme".

"La société se tient à la disposition des médias marocains et internationaux qui souhaiteraient de plus amples informations quant à son activité marocaine". [Fin du communiqué de Brookstone Partners].

Les réactions de Omar Belmamoun

Omar Belmamoun annonce à Médias24 qu'il déposera le vendredi 21 juin 2019, une action en référé. Il rejette à la fois le P.-V. de l'AG du 20 mai 2019 mais aussi l'inscription au registre de commerce.

Sa position repose sur deux arguments:

1-"Je détiens 50% de Broosktone Partners Morocco. Ma révocation est impossible."

En fait, ce n'est pas une question de part de capital, mais de vote. Si le quorum est réuni et que le détenteur des 50% de voix s'abstient ou s'absente, le résultat du vote est valide.Un conseil juridique de Brookstone Partners rappelle qu'une "assemblée générale ordinaire délibère valablement dès lors que les actionnaires présents ou représentés possèdent au moins le quart des actions ayant le droit de vote, et ce conformément à l’article 111 de la Loi n° 17-95 relative aux sociétés anonymes. Le quorum étant réuni lors de l’assemblée générale ordinaire en date du 20 mai 2019, la décision de révocation de Monsieur Omar Belmamoun de son poste d’administrateur a été valablement adoptée à la majorité des votes exprimés".

2- "Le registre de commerce produit par Laila Slassi et Michael Toporek est une aberration juridique car il n’y a pas de Président-Directeur général sur le registre". 

Selon nos informations, l'inscription des décisions de l'AG du 20 mai 2019 a été autorisée par le président du tribunal de commerce.

Un conseil juridique de Brookstone Partners nous explique "qu'étant donné que le nombre des administrateurs est inférieur au minimum légal, conformément à l’article 49 de la loi n°17-95, tout intéressé peut demander au président du tribunal, statuant en référé, la désignation d'un mandataire chargé de convoquer l'assemblée générale à l'effet de procéder aux nominations. Dans la mesure où il existe un différend entre les actionnaires et que la situation est bloquée, Brookstone Patners a l’intention de régler la problématique liée à la gouvernance de Brookstone Patners Morocco par le biais des juridictions compétentes".

Le 18 juin 2019, Omar Belmamoun a adressé à Médias24 un mail où il annonçait avoir "déposé deux plaintes au pénal, en [sa] qualité de Président-Directeur général de Brookstone Partners Morocco, de représentant de la holding Luminy Invest, ainsi qu’en [sa] qualité d’actionnaire, devant le procureur du Roi à Casablanca contre Michael Toporek et Leila Slassi. En effet, Le 5 Juin 2019, dans le but de bloquer l’exécution d’une décision d’un juge américain en faveur de BPM dans son conflit avec FINCO, Michael Toporek a produit des documents au tribunal de New York où il atteste qu’il a procédé à [sa] révocation de [son] poste de Président-Directeur général de BPM à travers un procès-verbal de l’assemblée générale ordinaire, signé par  Leila Slassi en tant que secrétaire de séance. Ce qui représente un faux et usage de faux. Comme l’atteste le registre de commerce de BPM [changé le 19 juin 2019, ndlr] en date du 18 Juin 2019, je suis bien le Président-Directeur général de BPM.  Ma révocation est tout simplement impossible car je détiens 50% des parts de Brookstone Partners Morocco. Aussi, ai-je saisi aujourd’hui la commission déontologie du Barreau de Paris afin de prendre les mesures appropriées contre Leila Slassi pour plusieurs motifs :

  • Faux et usage de faux
  • Violation d’obligation de non conflit d’intérêt
  • Violation du secret professionnel
  • Violation de l’obligation de délicatesse" [Fin du communiqué de Omar Belmamoun]

Guerre de communiqués entre Omar Belmamoun et Michael Toporek

Le 20 juin 2019 à16:05

Modifié le 21 juin 2019 à 15:39

Les protagonistes du dossier Brookstone Partners continuent de se livrer à une guerre de communiqués, plaçant leurs différends sur le terrain médiatique et prenant l’opinion à témoin.

com_redaction-10

Médias24 continue à couvrir l’affaire a minima comme il l’avait annoncé le 10 avril 2019.

Les nouvelles déclarations des protagonistes sont résumées ci-dessous. La question centrale est la suivante : qui est désormais le PDG de Brookstone Partners ? Est-ce toujours Omar Belmamoun ? Ou bien ce dernier a-t-il été révoqué ? Qui peut aujourd’hui s’exprimer au nom de cette société et la gérer ?

“Brookstone Partners annonce la révocation de Belmamoun de son poste de PDG“

Dans un communiqué daté de New York le 20 juin 2019 et libellé au nom de la société, “Brookstone Partners annonce la révocation de Omar Belmamoun de ses fonctions de Président-Directeur général de sa filiale marocaine la société Brookstone Partners Morocco“.

Le communiqué affirme que “la décision de révocation a été prise lors de l’assemblée générale ordinaire de la société, tenue le 20 mai 2019 à Casablanca et est motivée par les fautes de gestion ayant entaché le mandat de M. Omar Belmamoun“.

[Ci-dessous, le pv de l'AG envoyé par Brookstone Partners]

“L’assemblée générale s’est déroulée en présence de M. Omar Belmamoun et de M. Michael Toporek, représentants des actionnaires, assistés de trois huissiers de justice, d’un traducteur assermenté et de deux conseils juridiques", poursuit le communiqué.

[Ci-dessous, les fac-similés des pv établis par deux huissiers de justice requis par Brookstone Partners]

“Le procès-verbal de ladite assemblée générale, accompagné de deux procès-verbaux établis par les huissiers de justice a fait l’objet des formalités d’enregistrement auprès du greffe du Tribunal de Commerce de Casablanca actant la révocation de M. Omar Belmamoun de manière effective", annonce le communiqué de Brookstone Partners qui nous a adressé les fac similés des extraits de registres de commerce.

[Le 10 juin 2019, le registre de commerce de Casablanca affiche le nom de Omar Belmamoun comme PDG] Ci-dessous

[Le 19 juin 2019, sur le registre de commerce de Casablanca, le nom de Omar Belmamoun disparaît. Apparaît celui de Lipman Matthew Eric, américain, en tant que Directeur général délégué] Ci-dessous

"En application de cette décision, M. Omar Belmamoun n’est désormais plus Administrateur et Président-Directeur général de la société Brookstone Partners Morocco", écrit Brookstone Partners dans son communiqué.

"Brookstone Partners réitère sa volonté d’œuvrer de manière sereine à la gestion de ses participations dans ses filiales marocaines".

"Par le présent communiqué, Brookstone Partners témoigne son entière confiance envers ses conseils juridiques en raison de leur professionnalisme".

"La société se tient à la disposition des médias marocains et internationaux qui souhaiteraient de plus amples informations quant à son activité marocaine". [Fin du communiqué de Brookstone Partners].

Les réactions de Omar Belmamoun

Omar Belmamoun annonce à Médias24 qu'il déposera le vendredi 21 juin 2019, une action en référé. Il rejette à la fois le P.-V. de l'AG du 20 mai 2019 mais aussi l'inscription au registre de commerce.

Sa position repose sur deux arguments:

1-"Je détiens 50% de Broosktone Partners Morocco. Ma révocation est impossible."

En fait, ce n'est pas une question de part de capital, mais de vote. Si le quorum est réuni et que le détenteur des 50% de voix s'abstient ou s'absente, le résultat du vote est valide.Un conseil juridique de Brookstone Partners rappelle qu'une "assemblée générale ordinaire délibère valablement dès lors que les actionnaires présents ou représentés possèdent au moins le quart des actions ayant le droit de vote, et ce conformément à l’article 111 de la Loi n° 17-95 relative aux sociétés anonymes. Le quorum étant réuni lors de l’assemblée générale ordinaire en date du 20 mai 2019, la décision de révocation de Monsieur Omar Belmamoun de son poste d’administrateur a été valablement adoptée à la majorité des votes exprimés".

2- "Le registre de commerce produit par Laila Slassi et Michael Toporek est une aberration juridique car il n’y a pas de Président-Directeur général sur le registre". 

Selon nos informations, l'inscription des décisions de l'AG du 20 mai 2019 a été autorisée par le président du tribunal de commerce.

Un conseil juridique de Brookstone Partners nous explique "qu'étant donné que le nombre des administrateurs est inférieur au minimum légal, conformément à l’article 49 de la loi n°17-95, tout intéressé peut demander au président du tribunal, statuant en référé, la désignation d'un mandataire chargé de convoquer l'assemblée générale à l'effet de procéder aux nominations. Dans la mesure où il existe un différend entre les actionnaires et que la situation est bloquée, Brookstone Patners a l’intention de régler la problématique liée à la gouvernance de Brookstone Patners Morocco par le biais des juridictions compétentes".

Le 18 juin 2019, Omar Belmamoun a adressé à Médias24 un mail où il annonçait avoir "déposé deux plaintes au pénal, en [sa] qualité de Président-Directeur général de Brookstone Partners Morocco, de représentant de la holding Luminy Invest, ainsi qu’en [sa] qualité d’actionnaire, devant le procureur du Roi à Casablanca contre Michael Toporek et Leila Slassi. En effet, Le 5 Juin 2019, dans le but de bloquer l’exécution d’une décision d’un juge américain en faveur de BPM dans son conflit avec FINCO, Michael Toporek a produit des documents au tribunal de New York où il atteste qu’il a procédé à [sa] révocation de [son] poste de Président-Directeur général de BPM à travers un procès-verbal de l’assemblée générale ordinaire, signé par  Leila Slassi en tant que secrétaire de séance. Ce qui représente un faux et usage de faux. Comme l’atteste le registre de commerce de BPM [changé le 19 juin 2019, ndlr] en date du 18 Juin 2019, je suis bien le Président-Directeur général de BPM.  Ma révocation est tout simplement impossible car je détiens 50% des parts de Brookstone Partners Morocco. Aussi, ai-je saisi aujourd’hui la commission déontologie du Barreau de Paris afin de prendre les mesures appropriées contre Leila Slassi pour plusieurs motifs :

  • Faux et usage de faux
  • Violation d’obligation de non conflit d’intérêt
  • Violation du secret professionnel
  • Violation de l’obligation de délicatesse" [Fin du communiqué de Omar Belmamoun]

A lire aussi


6
Les dernières annonces judiciaires
0

Communication financière

Résultats de l'offre publique d’achat obligatoire portant sur les actions de la Société Maghrébine de Monétique (S2M) à l’initiative de Medtech et Millennium Ventures

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.