Rabah Arezki

Economiste en chef pour la région Mena au sein de la Banque mondiale

0-https://medias24.com//img/img_koi29/680/m24-En-continu.jpg-no

Fomenter la révolution intellectuelle dans la région Mena

Le 03 septembre 2020 à 16:08

Modifié le 03 septembre 2020 à 16:20

De nombreux pays du Moyen-Orient et d'Afrique du nord (MOAN) ne parviennent pas à effectuer leur transition depuis une économie administrée vers une économie de marché. Bien que certains de ces pays progressent plus vite que d'autres, ils sont tous confrontés à l'heure actuelle à de nombreux défis économiques et politiques.

WASHINGTON, DC – On peut classer les principaux obstacles économiques sous deux catégories générales: les structures de propriété peu claires et l'incapacité des entreprises à pénétrer des marchés ou en à sortir. Sur le plan politique, le fait que la plupart des pays de la région Mena soient des autocraties est le principal obstacle au changement économique.

Néanmoins, la pression sociale est plus forte suite à l'essor d'une génération plus instruite dont les aspirations dépassent souvent les opportunités limitées à des marchés du travail dominés par l'embauche du secteur public. Le secteur privé dans la plupart des pays de la région est anémique de manière chronique et la politisation de l'emploi a en fait privé de nombreux jeunes de leurs droits de vote, ce qui a poussé un grand nombre de gens en colère à manifester dans les rues.

Restructuration économique profonde

Les révoltes de grande ampleur qui ont débuté avec le "Printemps arabe" en 2011 se sont confrontées aux systèmes politiques de la région. Mais en fin de compte, leurs résultats ont été très variables. Si certains régimes se sont effondrés, d'autres sont devenus encore plus autocratiques et les élites n'ont pas été généralement convaincues du besoin de restructuration économique profonde et de réformes du marché du travail.

La situation dans la région Mena ressemble à celle du bloc soviétique dans les années 1980. Pendant un certain temps, ceux qui ont exercé des pressions contre les réformes, en particulier la nomenklatura bien ancrée, ont réussi à empêcher les mesures audacieuses et inclusives nécessaires qui étaient attendues. Mais en fin de compte, l'échec des élites à s'adapter a conduit à un effondrement politique à grande échelle, ce qui a permis une transformation du système.

De même, les gouvernements de la région Mena fonctionnent à présent avec une opacité stratégique. De nombreux pays ne divulguent que des quantités limitées de données de base nécessaires en vue de mener des débats éclairés en matière de politique publique. En général, ces informations circulent depuis des organismes gouvernementaux vers des groupes de réflexion privilégiés, dont l'analyse est ensuite discutée dans les médias.

Ce processus d'intermédiation permet aux gouvernements de se tenir à l'écart. Les autorités locales et les administrateurs publics évitent systématiquement de rendre des comptes, tandis que, en coulisses, le statu quo est maintenu par des initiés puissants qui bénéficient de rentes, par exemple, sur les revenus pétroliers, ou de positions monopolistiques dans des secteurs clés.

Un obstacle particulièrement flagrant à la réforme est le fait de ceux qui détiennent des certificats d'importation exclusifs pour les produits de consommation. Dans le cadre de cet arrangement, les importations dans de nombreux pays sont effectivement subventionnées par un taux de change surévalué, tandis que le système financier national prête des fonds au gouvernement pour financer des activités d'importation lucratives au profit de quelques élites. Il semble que les dirigeants politiques aient été incapables de prendre en charge ces intérêts particuliers, alors même qu'ils sont soumis à la pression croissante de jeunes générations privées de droits.

Initier le changement

Mais en dépit des meilleurs efforts des élites pour réprimer les pressions en faveur du changement, une deuxième vague de manifestations a commencé à balayer la région en 2019, ce qui suggère que le capital politique de la plupart des dirigeants est en train de s'épuiser. Dans la région, les manifestations sont un moyen relativement nouveau de demander des comptes aux institutions. Aujourd'hui, le double choc de la pandémie de Covid-19 et l'effondrement des prix du pétrole semblent avoir porté un coup fatal à un contrat social qui était déjà en train de vaciller sous le poids de l'évolution démographique.

La nouvelle demande de comptes ouvre une nouvelle fois la voie du changement. Il est possible d'éduquer l'ensemble de la population de la région sur les lacunes du système actuel et d'ouvrir un chemin vers les transformations tant attendues. Cela sera nécessaire pour construire un électorat dynamique et stable en faveur de réformes plus profondes et plus inclusives à chaque fois qu'un scrutin se présentera. Avec le soutien d'un large groupe d'électeurs, les dirigeants politiques pourraient alors trouver le courage d'initier le changement, tout en tenant à distance une oligarchie désormais affaiblie.

Mais la transformation ne peut pas se produire de manière progressive ni mettre en œuvre un seul projet à la fois. Les pays de la région Mena ont besoin de réformes de fond pour rééquilibrer le rôle de l'Etat et de ses entreprises, et de ses travailleurs protégés par celui d'un marché largement informel. Pour avoir ne serait-ce qu'une faible chance de réussite, les idées qui sous-tendent une transformation à grande échelle doivent obtenir une large adhésion populaire, en particulier de la part des jeunes.

Une approche descendante pour renouveler le contrat social ne pourra pas réussir. Le genre de renouveau nécessaire exigera une prise de décision décentralisée, étayée par un changement des attitudes sociales à l'égard de la prise de risque individuelle. Les dirigeants politiques, même lorsqu'ils sont élus démocratiquement, ne peuvent pas simplement instruire la population sur ces changements: ils devront être adoptés par chaque individu.

Rééquilibrer le rôle de l'Etat et de ses entreprises

Dans cette optique, la communauté internationale devrait chercher des moyens d'élargir la capacité de nouvelles réflexions dans la région, tant auprès des responsables gouvernementaux que des citoyens individuels. Une stratégie de diffusion des idées de réforme pourrait contribuer à créer la culture nécessaire pour soutenir les marchés et l'élaboration de politiques fondée sur des preuves.

L'introduction de nouvelles idées et de nouveaux modèles est le genre d'engagement souple dont la région a besoin avant d'être à même d'entreprendre la difficile tâche de sa transformation. Plus important encore, les pays de la région Mena ont besoin d'une sphère consacrée au débat indépendant sur les politiques économiques. La communauté internationale doit donc se concentrer sur la culture de groupes de réflexion indépendants, peu nombreux dans la région, suite à des politiques publiques visant à les décourager ou à les interdire.

Un nouvel écosystème pour la création et la diffusion des idées fournirait aux journalistes et aux autres les informations nécessaires pour demander des comptes aux pouvoirs publics. Sur ce point, la région Mena a besoin d'encore plus de clarté et d'ensoleillement.

© Project Syndicate 1995–2020
Rabah Arezki

Economiste en chef pour la région Mena au sein de la Banque mondiale

Fomenter la révolution intellectuelle dans la région Mena

Le 03 septembre 2020 à16:20

Modifié le 03 septembre 2020 à 16:20

De nombreux pays du Moyen-Orient et d'Afrique du nord (MOAN) ne parviennent pas à effectuer leur transition depuis une économie administrée vers une économie de marché. Bien que certains de ces pays progressent plus vite que d'autres, ils sont tous confrontés à l'heure actuelle à de nombreux défis économiques et politiques.

WASHINGTON, DC – On peut classer les principaux obstacles économiques sous deux catégories générales: les structures de propriété peu claires et l'incapacité des entreprises à pénétrer des marchés ou en à sortir. Sur le plan politique, le fait que la plupart des pays de la région Mena soient des autocraties est le principal obstacle au changement économique.

Néanmoins, la pression sociale est plus forte suite à l'essor d'une génération plus instruite dont les aspirations dépassent souvent les opportunités limitées à des marchés du travail dominés par l'embauche du secteur public. Le secteur privé dans la plupart des pays de la région est anémique de manière chronique et la politisation de l'emploi a en fait privé de nombreux jeunes de leurs droits de vote, ce qui a poussé un grand nombre de gens en colère à manifester dans les rues.

Restructuration économique profonde

Les révoltes de grande ampleur qui ont débuté avec le "Printemps arabe" en 2011 se sont confrontées aux systèmes politiques de la région. Mais en fin de compte, leurs résultats ont été très variables. Si certains régimes se sont effondrés, d'autres sont devenus encore plus autocratiques et les élites n'ont pas été généralement convaincues du besoin de restructuration économique profonde et de réformes du marché du travail.

La situation dans la région Mena ressemble à celle du bloc soviétique dans les années 1980. Pendant un certain temps, ceux qui ont exercé des pressions contre les réformes, en particulier la nomenklatura bien ancrée, ont réussi à empêcher les mesures audacieuses et inclusives nécessaires qui étaient attendues. Mais en fin de compte, l'échec des élites à s'adapter a conduit à un effondrement politique à grande échelle, ce qui a permis une transformation du système.

De même, les gouvernements de la région Mena fonctionnent à présent avec une opacité stratégique. De nombreux pays ne divulguent que des quantités limitées de données de base nécessaires en vue de mener des débats éclairés en matière de politique publique. En général, ces informations circulent depuis des organismes gouvernementaux vers des groupes de réflexion privilégiés, dont l'analyse est ensuite discutée dans les médias.

Ce processus d'intermédiation permet aux gouvernements de se tenir à l'écart. Les autorités locales et les administrateurs publics évitent systématiquement de rendre des comptes, tandis que, en coulisses, le statu quo est maintenu par des initiés puissants qui bénéficient de rentes, par exemple, sur les revenus pétroliers, ou de positions monopolistiques dans des secteurs clés.

Un obstacle particulièrement flagrant à la réforme est le fait de ceux qui détiennent des certificats d'importation exclusifs pour les produits de consommation. Dans le cadre de cet arrangement, les importations dans de nombreux pays sont effectivement subventionnées par un taux de change surévalué, tandis que le système financier national prête des fonds au gouvernement pour financer des activités d'importation lucratives au profit de quelques élites. Il semble que les dirigeants politiques aient été incapables de prendre en charge ces intérêts particuliers, alors même qu'ils sont soumis à la pression croissante de jeunes générations privées de droits.

Initier le changement

Mais en dépit des meilleurs efforts des élites pour réprimer les pressions en faveur du changement, une deuxième vague de manifestations a commencé à balayer la région en 2019, ce qui suggère que le capital politique de la plupart des dirigeants est en train de s'épuiser. Dans la région, les manifestations sont un moyen relativement nouveau de demander des comptes aux institutions. Aujourd'hui, le double choc de la pandémie de Covid-19 et l'effondrement des prix du pétrole semblent avoir porté un coup fatal à un contrat social qui était déjà en train de vaciller sous le poids de l'évolution démographique.

La nouvelle demande de comptes ouvre une nouvelle fois la voie du changement. Il est possible d'éduquer l'ensemble de la population de la région sur les lacunes du système actuel et d'ouvrir un chemin vers les transformations tant attendues. Cela sera nécessaire pour construire un électorat dynamique et stable en faveur de réformes plus profondes et plus inclusives à chaque fois qu'un scrutin se présentera. Avec le soutien d'un large groupe d'électeurs, les dirigeants politiques pourraient alors trouver le courage d'initier le changement, tout en tenant à distance une oligarchie désormais affaiblie.

Mais la transformation ne peut pas se produire de manière progressive ni mettre en œuvre un seul projet à la fois. Les pays de la région Mena ont besoin de réformes de fond pour rééquilibrer le rôle de l'Etat et de ses entreprises, et de ses travailleurs protégés par celui d'un marché largement informel. Pour avoir ne serait-ce qu'une faible chance de réussite, les idées qui sous-tendent une transformation à grande échelle doivent obtenir une large adhésion populaire, en particulier de la part des jeunes.

Une approche descendante pour renouveler le contrat social ne pourra pas réussir. Le genre de renouveau nécessaire exigera une prise de décision décentralisée, étayée par un changement des attitudes sociales à l'égard de la prise de risque individuelle. Les dirigeants politiques, même lorsqu'ils sont élus démocratiquement, ne peuvent pas simplement instruire la population sur ces changements: ils devront être adoptés par chaque individu.

Rééquilibrer le rôle de l'Etat et de ses entreprises

Dans cette optique, la communauté internationale devrait chercher des moyens d'élargir la capacité de nouvelles réflexions dans la région, tant auprès des responsables gouvernementaux que des citoyens individuels. Une stratégie de diffusion des idées de réforme pourrait contribuer à créer la culture nécessaire pour soutenir les marchés et l'élaboration de politiques fondée sur des preuves.

L'introduction de nouvelles idées et de nouveaux modèles est le genre d'engagement souple dont la région a besoin avant d'être à même d'entreprendre la difficile tâche de sa transformation. Plus important encore, les pays de la région Mena ont besoin d'une sphère consacrée au débat indépendant sur les politiques économiques. La communauté internationale doit donc se concentrer sur la culture de groupes de réflexion indépendants, peu nombreux dans la région, suite à des politiques publiques visant à les décourager ou à les interdire.

Un nouvel écosystème pour la création et la diffusion des idées fournirait aux journalistes et aux autres les informations nécessaires pour demander des comptes aux pouvoirs publics. Sur ce point, la région Mena a besoin d'encore plus de clarté et d'ensoleillement.

© Project Syndicate 1995–2020

A lire aussi


Communication financière

Assemblée Générale Ordinaire LafargeHolcim Maroc : Avis de convocation des actionnaires

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.