Financement de l’économie : le crédit bancaire s’accélère

L’encours du crédit bancaire s’établit à 869,7 milliards de DH, en hausse de 4,4% sur une année glissante. Les prêts aux ménages ont évolué de 5,8% ; ceux aux entreprises de 2,9%.

0-https://medias24.com//photos_articles/big/01-07-2019/bankalmaghrib02.jpg-oui
Financement de l’économie : le crédit bancaire s’accélère

Le 01 juillet 2019 à 12:05

Modifié le 01 juillet 2019 à 18:28

A fin avril, la croissance de l’encours global était de 4%, celle des prêts aux ménages de 5,3% et celle des crédits aux entreprises privées de 1,6%. Il y a eu donc accélération, selon les dernières statistiques monétaires de Bank Al-Maghrib. Particulièrement pour le financement des entreprises qui, pour rappel, a fait du surplace en 2018.

Toutefois, l’augmentation des crédits aux entreprises privées est due intégralement à l’envolée des crédits de trésorerie de cette catégorie qui ont progressé de 17%. Les prêts à l’équipement ont, eux, reculé de 1,4% et les crédits à la promotion immobilière affichent une stagnation.

Il n’y a donc toujours pas de reprise de l’investissement privé, malgré les mesures engagées par les banques, la CGEM et Bank Al-Maghrib pour relancer la machine.

Pour les ménages, on note une bonne progression des crédits à l’habitat (+5,7%) et une poursuite de la dynamique des crédits à la consommation (+4,8%).

Enfin, pour le secteur public (collectivités territoriales et entreprises publiques), l’encours des crédits progresse de 3,2%. Comme pour les entreprises privées, ce sont les crédits de trésorerie qui augmentent (+7%) alors que les crédits à l’équipement reculent de 1,4%.

67,7 milliards de DH d'impayés

En tous les cas, le crédit bancaire au secteur non financier (entreprises, ménages et secteur public hors administration centrale), indicateur très suivi par Bank Al-Maghrib, affiche une progression de 4,2% à fin mai. Au premier trimestre, la progression se limitait à 3,3%.

Dans son dernier rapport de politique monétaire (juin 2019), la Banque centrale prévoit en 2019 une augmentation de 3,5% du crédit bancaire au secteur non financier. Si la tendance actuelle se poursuit sur les prochains mois, la tutelle pourrait revoir à la hausse ses prévisions en septembre et la performance de fin d’année pourrait être meilleure qu’espéré.

Notons que les impayés bancaires ont progressé moins vite que l’encours global des crédits : +3,7%, à 67,7 milliards de DH, ce qui représente un taux d’impayés de 7,8%.

Les créances en souffrance des entreprises privées stagnent à 38,7 milliards de DH, celles des ménages se sont envolées de 11%, à 28 milliards de DH.

>>Lire aussi: Les annonces de Abdellatif Jouahri à l'issue du Conseil de BAM

Financement de l’économie : le crédit bancaire s’accélère

Le 01 juillet 2019 à12:05

Modifié le 01 juillet 2019 à 18:28

L’encours du crédit bancaire s’établit à 869,7 milliards de DH, en hausse de 4,4% sur une année glissante. Les prêts aux ménages ont évolué de 5,8% ; ceux aux entreprises de 2,9%.

com_redaction-29

A fin avril, la croissance de l’encours global était de 4%, celle des prêts aux ménages de 5,3% et celle des crédits aux entreprises privées de 1,6%. Il y a eu donc accélération, selon les dernières statistiques monétaires de Bank Al-Maghrib. Particulièrement pour le financement des entreprises qui, pour rappel, a fait du surplace en 2018.

Toutefois, l’augmentation des crédits aux entreprises privées est due intégralement à l’envolée des crédits de trésorerie de cette catégorie qui ont progressé de 17%. Les prêts à l’équipement ont, eux, reculé de 1,4% et les crédits à la promotion immobilière affichent une stagnation.

Il n’y a donc toujours pas de reprise de l’investissement privé, malgré les mesures engagées par les banques, la CGEM et Bank Al-Maghrib pour relancer la machine.

Pour les ménages, on note une bonne progression des crédits à l’habitat (+5,7%) et une poursuite de la dynamique des crédits à la consommation (+4,8%).

Enfin, pour le secteur public (collectivités territoriales et entreprises publiques), l’encours des crédits progresse de 3,2%. Comme pour les entreprises privées, ce sont les crédits de trésorerie qui augmentent (+7%) alors que les crédits à l’équipement reculent de 1,4%.

67,7 milliards de DH d'impayés

En tous les cas, le crédit bancaire au secteur non financier (entreprises, ménages et secteur public hors administration centrale), indicateur très suivi par Bank Al-Maghrib, affiche une progression de 4,2% à fin mai. Au premier trimestre, la progression se limitait à 3,3%.

Dans son dernier rapport de politique monétaire (juin 2019), la Banque centrale prévoit en 2019 une augmentation de 3,5% du crédit bancaire au secteur non financier. Si la tendance actuelle se poursuit sur les prochains mois, la tutelle pourrait revoir à la hausse ses prévisions en septembre et la performance de fin d’année pourrait être meilleure qu’espéré.

Notons que les impayés bancaires ont progressé moins vite que l’encours global des crédits : +3,7%, à 67,7 milliards de DH, ce qui représente un taux d’impayés de 7,8%.

Les créances en souffrance des entreprises privées stagnent à 38,7 milliards de DH, celles des ménages se sont envolées de 11%, à 28 milliards de DH.

>>Lire aussi: Les annonces de Abdellatif Jouahri à l'issue du Conseil de BAM

A lire aussi


6
Les dernières annonces judiciaires
5
Les dernières annonces légales

Communication financière

Aluminium du Maroc : indicateurs trimestriels au 31 décembre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.