La Bourse de Paris recule, inquiète du virus et des vaccins retardés

(AFP)

La Bourse de Paris a clôturé en baisse de 1,22% vendredi, gagnée par une nouvelle poussée de fièvre liée à la crise sanitaire au moment où se déploie péniblement la vaccination mondiale.

L'indice CAC 40 a lâché 69,45 points à 5.611,69 points sur la séance. Sur la semaine, il perd 1,67%, en miroir d'une semaine précédente en forte hausse de 2,80%.

Wall Street connaissait un sort similaire: le Dow Jones perdait 0,51%, le Nasdaq 0,55% et le S&P 500 0,57% vers 18H00 (17H00 GMT).

L'annonce du plan de relance de Joe Biden jeudi soir n'aura pas suffi à calmer les craintes des investisseurs quant aux conséquences économiques mondiales de la crise sanitaire.

La futur président américain a pourtant sorti l'artillerie lourde: un plan de relance d'urgence de 1.900 milliards de dollars, composé de chèques aux familles, de fonds pour rouvrir les écoles, d'argent pour accélérer tests et vaccins, de liquidités pour les petites entreprises ou encore une aide alimentaire renforcée.

Mais "les marchés ont anticipé la nouvelle", attendue depuis plusieurs jours et source de hausse des indices la semaine dernière, réagit Daniel Larrouturou, gérant pour la société Dôm Finance.

Ces derniers ont préféré se concentrer sur les zones grises du moment, au premier rang desquelles celle très incertaine de la facture finale de la crise.

Un élément est venu plomber un peu plus l'ambiance vendredi, l'annonce du retard dans les trois à quatre prochaines semaines de livraison du vaccin Pfizer-BioNTech en Europe.

Cette nouvelle "a accéléré le mouvement enclenché depuis ce matin", a souligné Daniel Larrouturou. L'indice parisien a perdu jusqu'à 2,13% peu avant la clôture avant de se ressaisir.

-Carrefour poursuit sa décrue-

Carrefour a continué de refluer (-2,87% à 16,61 euros) pour le deuxième jour consécutif après une envolée de 13% mercredi, le gouvernement français ayant opposé un refus "clair et définitif" au rapprochement entre le groupe de distribution français et le canadien Couche-Tard.

La biotech DBV Technologies s'est envolée en revanche de 41,29% à 8,64 euros, dopée par l'annonce "d'avancées réglementaires" avec l'Agence américaine du médicament (FDA) concernant son produit phare contre l'allergie à l'arachide Viaskin Peanut, dont elle a refusé la mise sur le marché américain en août.

Bouygues a perdu 2,13% à 34,52 euros, sans profiter de l'annonce d'un plan stratégique pour sa filiale Bouygues Telecom. Cette dernière espère faire grimper les recettes de ses abonnements d'au moins 40% d'ici à 2026 tout en augmentant sa rentabilité.

Euronext CAC40

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
(AFP)

La Bourse de Paris recule, inquiète du virus et des vaccins retardés

Le 15 janvier 2021 à19:09

La Bourse de Paris a clôturé en baisse de 1,22% vendredi, gagnée par une nouvelle poussée de fièvre liée à la crise sanitaire au moment où se déploie péniblement la vaccination mondiale.

L'indice CAC 40 a lâché 69,45 points à 5.611,69 points sur la séance. Sur la semaine, il perd 1,67%, en miroir d'une semaine précédente en forte hausse de 2,80%.

Wall Street connaissait un sort similaire: le Dow Jones perdait 0,51%, le Nasdaq 0,55% et le S&P 500 0,57% vers 18H00 (17H00 GMT).

L'annonce du plan de relance de Joe Biden jeudi soir n'aura pas suffi à calmer les craintes des investisseurs quant aux conséquences économiques mondiales de la crise sanitaire.

La futur président américain a pourtant sorti l'artillerie lourde: un plan de relance d'urgence de 1.900 milliards de dollars, composé de chèques aux familles, de fonds pour rouvrir les écoles, d'argent pour accélérer tests et vaccins, de liquidités pour les petites entreprises ou encore une aide alimentaire renforcée.

Mais "les marchés ont anticipé la nouvelle", attendue depuis plusieurs jours et source de hausse des indices la semaine dernière, réagit Daniel Larrouturou, gérant pour la société Dôm Finance.

Ces derniers ont préféré se concentrer sur les zones grises du moment, au premier rang desquelles celle très incertaine de la facture finale de la crise.

Un élément est venu plomber un peu plus l'ambiance vendredi, l'annonce du retard dans les trois à quatre prochaines semaines de livraison du vaccin Pfizer-BioNTech en Europe.

Cette nouvelle "a accéléré le mouvement enclenché depuis ce matin", a souligné Daniel Larrouturou. L'indice parisien a perdu jusqu'à 2,13% peu avant la clôture avant de se ressaisir.

-Carrefour poursuit sa décrue-

Carrefour a continué de refluer (-2,87% à 16,61 euros) pour le deuxième jour consécutif après une envolée de 13% mercredi, le gouvernement français ayant opposé un refus "clair et définitif" au rapprochement entre le groupe de distribution français et le canadien Couche-Tard.

La biotech DBV Technologies s'est envolée en revanche de 41,29% à 8,64 euros, dopée par l'annonce "d'avancées réglementaires" avec l'Agence américaine du médicament (FDA) concernant son produit phare contre l'allergie à l'arachide Viaskin Peanut, dont elle a refusé la mise sur le marché américain en août.

Bouygues a perdu 2,13% à 34,52 euros, sans profiter de l'annonce d'un plan stratégique pour sa filiale Bouygues Telecom. Cette dernière espère faire grimper les recettes de ses abonnements d'au moins 40% d'ici à 2026 tout en augmentant sa rentabilité.

Euronext CAC40

Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.