La Bourse de Paris persiste dans l'attentisme

(AFP)

La Bourse de Paris a fini en repli de 0,15% jeudi, favorisant le statu quo avant la réunion de la Banque centrale européenne la semaine prochaine.

L'indice CAC 40 a cédé 8,65 points à 5.574,36 points. Mercredi, il avait grappillé 0,02%.

"Le marché est dans un entre-deux. Il veut y croire, mais il n'ose pas", a observé Frédéric Rozier, gestionnaire de portefeuilles à Mirabaud France, interrogé par l'AFP.

Les investisseurs font face à "des statistiques neutres, un marché en attente avant les réunions des banques centrales européenne (10 décembre) et américaine (les 15 et 16 décembre) ainsi que peu d'informations sur les entreprises".

"Ils attendent de savoir quels sont les mécanismes qui vont être actionnés" par les banques centrales et la confirmation qu'elles seront encore à la manœuvre, souligne l'expert.

Plusieurs indicateurs économiques majeurs ont été publiés au cours de la séance, dont une contraction de l'activité du secteur privé de la zone euro pour la première fois depuis cinq mois (PMI).

"Au-delà de cette dégradation à court terme, les perspectives à douze mois s’améliorent nettement du fait des nouvelles sur les vaccins contre la Covid-19", selon une note d'analyse de Lazard Frères Gestion.

Aux Etats-Unis, la croissance du secteur des services, principale composante de l'économie américaine, a continué de ralentir en novembre sous l'effet de la résurgence de la pandémie de Covid-19, selon l'indice ISM.

La célébration de Thanksgiving a mis un coup d'arrêt à la hausse des inscriptions au chômage aux États-Unis, mais l'emploi reste à la peine et l'avenir de millions d'Américains demeure suspendu au vote d'un nouveau plan d'aide à l'économie.

Côté valeurs, les titres qui avaient été attaqués pendant le strict confinement ou liées aux matières premières, ont poursuivi leur remontée.

En tête du CAC 40, Airbus (+4,03% à 95 euros) a été stimulé par les commandes qu'a passées la compagnie aérienne irlandaise Ryanair à l'américain Boeing.

Orange a déçu (-2,47% à 10,47 euros) à propos du montant (20 centimes par action) qu'il suggère de verser comme "distribution exceptionnelle aux actionnaires".

Total a cédé 0,67% à 36,47 euros tandis que se tenait la réunion des membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) ainsi que leurs alliés de l'Opep+ pour s'accorder sur l'avenir à très court terme de leur politique de coupe de production d'or noir.

Euronext CAC40

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
(AFP)

La Bourse de Paris persiste dans l'attentisme

Le 03 décembre 2020 à18:27

La Bourse de Paris a fini en repli de 0,15% jeudi, favorisant le statu quo avant la réunion de la Banque centrale européenne la semaine prochaine.

L'indice CAC 40 a cédé 8,65 points à 5.574,36 points. Mercredi, il avait grappillé 0,02%.

"Le marché est dans un entre-deux. Il veut y croire, mais il n'ose pas", a observé Frédéric Rozier, gestionnaire de portefeuilles à Mirabaud France, interrogé par l'AFP.

Les investisseurs font face à "des statistiques neutres, un marché en attente avant les réunions des banques centrales européenne (10 décembre) et américaine (les 15 et 16 décembre) ainsi que peu d'informations sur les entreprises".

"Ils attendent de savoir quels sont les mécanismes qui vont être actionnés" par les banques centrales et la confirmation qu'elles seront encore à la manœuvre, souligne l'expert.

Plusieurs indicateurs économiques majeurs ont été publiés au cours de la séance, dont une contraction de l'activité du secteur privé de la zone euro pour la première fois depuis cinq mois (PMI).

"Au-delà de cette dégradation à court terme, les perspectives à douze mois s’améliorent nettement du fait des nouvelles sur les vaccins contre la Covid-19", selon une note d'analyse de Lazard Frères Gestion.

Aux Etats-Unis, la croissance du secteur des services, principale composante de l'économie américaine, a continué de ralentir en novembre sous l'effet de la résurgence de la pandémie de Covid-19, selon l'indice ISM.

La célébration de Thanksgiving a mis un coup d'arrêt à la hausse des inscriptions au chômage aux États-Unis, mais l'emploi reste à la peine et l'avenir de millions d'Américains demeure suspendu au vote d'un nouveau plan d'aide à l'économie.

Côté valeurs, les titres qui avaient été attaqués pendant le strict confinement ou liées aux matières premières, ont poursuivi leur remontée.

En tête du CAC 40, Airbus (+4,03% à 95 euros) a été stimulé par les commandes qu'a passées la compagnie aérienne irlandaise Ryanair à l'américain Boeing.

Orange a déçu (-2,47% à 10,47 euros) à propos du montant (20 centimes par action) qu'il suggère de verser comme "distribution exceptionnelle aux actionnaires".

Total a cédé 0,67% à 36,47 euros tandis que se tenait la réunion des membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) ainsi que leurs alliés de l'Opep+ pour s'accorder sur l'avenir à très court terme de leur politique de coupe de production d'or noir.

Euronext CAC40

Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.