Entreprises fermées: le plafond d'indemnisation doublé, une mesure saluée par des professionnels "à cran"

(AFP)

Soulagement chez des professionnels à cran: le plafond d'indemnisation pour les entreprises restant fermées en raison de la pandémie va être porté à 200.000 euros par mois, a déclaré le ministre de l'Economie Bruno Le Maire samedi, lors d'un déplacement auprès de commerçants à Reims, où il accompagnait le Premier ministre Jean Castex.

Le gouvernement avait initialement annoncé que ce nouveau dispositif de soutien aux entreprises fermées, qui comprend une indemnisation à hauteur de 20% de leur chiffre d'affaire par rapport à celui engrangé l'an dernier durant le même mois, serait plafonné à 100.000 euros.

Conçu en mars pour soutenir les plus petites entreprises et les travailleurs indépendants, le fonds de solidarité prévoit le versement d'une indemnité mensuelle pour compenser une partie de leur perte d'activité liée aux restrictions d'activité.

Depuis le 30 octobre, il compense la perte de chiffre d'affaires jusqu'à 10.000 euros pour les entreprises fermées de moins de 50 salariés, ou pour celles des secteurs du tourisme et activités connexes (restauration, événementiel, culture) dont le chiffre d'affaires baisse d'au moins 50% par rapport à la même période de 2019.

A partir de décembre, cette aide devient accessible aux entreprises fermées quelle que soit leur taille, et les plus grandes pourront choisir une aide représentant 20% de leur chiffre d'affaires réalisé sur la même période l'an passé, qui sera donc plafonnée à 200.000 euros.

"Nous avons décidé ce matin, avec le Premier ministre, que le plafond sur les 20% du chiffre d'affaires, que nous avions envisagé de fixer à 100.000 euros, serait fixé à 200.000 euros", a expliqué samedi M. Le Maire, qui entend ainsi aider davantage d'entreprises, en touchant des restaurants ou hôtels de plus grande taille.

"Cela permettra de couvrir les restaurateurs qui ont deux, trois restaurants, les chaînes de restauration, des hôtels qui ont plusieurs dizaines ou centaines de salariés qui n'étaient pas couverts jusqu'à présent", a-t-il souligné.

- "A cran" -

"C'est une indemnisation massive, immédiate à partir du début du mois de décembre et qui permet d'accompagner tout le secteur de l'hôtellerie, les cafés, la restauration mais aussi les salles de sports, tous ceux qui sont les premières victimes de cette crise sanitaire et économique", a relevé M. Le Maire.

L'annonce a été accueillie avec "soulagement" par les commerçants, à l'instar de Vincent Mansencal, le président de l'association de commerçants Vitrines de Reims, et patron du bar-restaurant où ont été accueillis le Premier ministre et Bruno Le Maire.

"C'est un soulagement pour les hôteliers. C'est très important. A l'issue de cette réunion, je me dis que le Premier ministre et Bruno Le Maire sont avec nous. C'est mon sentiment. Il y a eu une vraie écoute. Nous en avons besoin car nous sommes à cran, très mal psychologiquement", a-t-il réagi.

Même son de cloche pour le restaurateur Stéphane Manigold, l'un des porte-parole du collectif "Restons ouverts", très actif depuis le début de la pandémie.

"C'est une vraie mesure conforme au +quoi qu'il en coûte+", a-t-il souligné, interrogé par l'AFP, en faisant référence à l'expression utilisée par le président de la République. "Enfin, le +quoi qu'il en coûte+ est respecté pour 99,99% des entreprises de ce pays", s'est-il réjoui. "Je ne peux que saluer cette mesure".

Si une grande partie des commerces ont pu rouvrir leurs portes samedi, les restaurants, cafés, discothèques ou salles de sport restent en revanche fermés. Les restaurants pourront rouvrir le 20 janvier, tandis que pour les bars, il faudra encore attendre.

Quoi de neuf ?
Rendez-vous Partenaires
(AFP)

Entreprises fermées: le plafond d'indemnisation doublé, une mesure saluée par des professionnels "à cran"

Le 28 novembre 2020 à15:08

Soulagement chez des professionnels à cran: le plafond d'indemnisation pour les entreprises restant fermées en raison de la pandémie va être porté à 200.000 euros par mois, a déclaré le ministre de l'Economie Bruno Le Maire samedi, lors d'un déplacement auprès de commerçants à Reims, où il accompagnait le Premier ministre Jean Castex.

Le gouvernement avait initialement annoncé que ce nouveau dispositif de soutien aux entreprises fermées, qui comprend une indemnisation à hauteur de 20% de leur chiffre d'affaire par rapport à celui engrangé l'an dernier durant le même mois, serait plafonné à 100.000 euros.

Conçu en mars pour soutenir les plus petites entreprises et les travailleurs indépendants, le fonds de solidarité prévoit le versement d'une indemnité mensuelle pour compenser une partie de leur perte d'activité liée aux restrictions d'activité.

Depuis le 30 octobre, il compense la perte de chiffre d'affaires jusqu'à 10.000 euros pour les entreprises fermées de moins de 50 salariés, ou pour celles des secteurs du tourisme et activités connexes (restauration, événementiel, culture) dont le chiffre d'affaires baisse d'au moins 50% par rapport à la même période de 2019.

A partir de décembre, cette aide devient accessible aux entreprises fermées quelle que soit leur taille, et les plus grandes pourront choisir une aide représentant 20% de leur chiffre d'affaires réalisé sur la même période l'an passé, qui sera donc plafonnée à 200.000 euros.

"Nous avons décidé ce matin, avec le Premier ministre, que le plafond sur les 20% du chiffre d'affaires, que nous avions envisagé de fixer à 100.000 euros, serait fixé à 200.000 euros", a expliqué samedi M. Le Maire, qui entend ainsi aider davantage d'entreprises, en touchant des restaurants ou hôtels de plus grande taille.

"Cela permettra de couvrir les restaurateurs qui ont deux, trois restaurants, les chaînes de restauration, des hôtels qui ont plusieurs dizaines ou centaines de salariés qui n'étaient pas couverts jusqu'à présent", a-t-il souligné.

- "A cran" -

"C'est une indemnisation massive, immédiate à partir du début du mois de décembre et qui permet d'accompagner tout le secteur de l'hôtellerie, les cafés, la restauration mais aussi les salles de sports, tous ceux qui sont les premières victimes de cette crise sanitaire et économique", a relevé M. Le Maire.

L'annonce a été accueillie avec "soulagement" par les commerçants, à l'instar de Vincent Mansencal, le président de l'association de commerçants Vitrines de Reims, et patron du bar-restaurant où ont été accueillis le Premier ministre et Bruno Le Maire.

"C'est un soulagement pour les hôteliers. C'est très important. A l'issue de cette réunion, je me dis que le Premier ministre et Bruno Le Maire sont avec nous. C'est mon sentiment. Il y a eu une vraie écoute. Nous en avons besoin car nous sommes à cran, très mal psychologiquement", a-t-il réagi.

Même son de cloche pour le restaurateur Stéphane Manigold, l'un des porte-parole du collectif "Restons ouverts", très actif depuis le début de la pandémie.

"C'est une vraie mesure conforme au +quoi qu'il en coûte+", a-t-il souligné, interrogé par l'AFP, en faisant référence à l'expression utilisée par le président de la République. "Enfin, le +quoi qu'il en coûte+ est respecté pour 99,99% des entreprises de ce pays", s'est-il réjoui. "Je ne peux que saluer cette mesure".

Si une grande partie des commerces ont pu rouvrir leurs portes samedi, les restaurants, cafés, discothèques ou salles de sport restent en revanche fermés. Les restaurants pourront rouvrir le 20 janvier, tandis que pour les bars, il faudra encore attendre.

Quoi de neuf ?

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.