La Bourse de Paris en hausse de 1,24%

(AFP)

La Bourse de Paris retrouvait nettement le vert en début de séance mercredi, gagnant 1,24% dans le sillage du rebond des marchés américains.

A 09H30, l'indice CAC 40 progressait de 59,28 points à 4.832,12 points. Mardi, il avait échoué à rebondir, perdant 0,40%, sa cinquième baisse consécutive.

Wall Street est parvenue à repartir mardi grâce aux valeurs technologiques, le Nasdaq reprenant 1,71%.

De plus, la Chambre américaine des représentants a approuvé un accord budgétaire avec la Maison Blanche et les républicains pour éviter le "shutdown", soit l'assèchement des financements du gouvernement, le 30 septembre.

"Il n'y a pas fort enthousiasme" à l'idée d'effacer la majorité des pertes concédées lundi, où le CAC avait chuté de 3,74%, pointe toutefois Tangi Le Liboux, analyste du courtier Aurel BGC.

D'autant plus que les baromètres d'activité du secteur privé ont rechuté en septembre en France. L'indice flash composite de l'activité globale s'est replié à 48,5 points, contre 51,6 points en août, un chiffre en dessous de 50 indiquant une contraction de l'activité.

C'est le signe de "nouvelles perturbations relatives à la pandémie de Covid-19", précise le cabinet IHS Markit qui calcule ce baromètre, jusqu'ici sur une série de quatre hausses consécutives.

Les pays européens sont depuis plusieurs jours contraints de prendre des mesures pour tenter d'endiguer ou de limiter le retour en force de l'épidémie de Covid-19, ce qui continue de peser sur les marchés.

Des confinements locaux et partiels ont commencé dans des régions en Espagne ou au Royaume-Uni, et le premier ministre anglais Boris Johnson a présenté mardi des mesures de restriction. Les pubs et restaurants doivent fermer dès 22H, et le télétravail est de nouveau encouragé.

Face à cela, "la perception croissante du marché est que les banques centrales ont déjà fait leur maximum et qu'en cas de crise sanitaire plus aigüe, on voit mal quel levier pourrait être actionné pour soutenir l'activité économique" s'inquiètent les économistes de Saxo Banque.

- La tech prend des couleurs -

Le bras de fer a continué entre Suez (+ 2,07% à 15,25 euros) et Veolia (+0,63% à 18,40 euros) sur la tentative de rachat du premier par le second. Suez a dénoncé "la casse sociale" que représenterait l'opération de son point de vue, en entraînant le licenciement de 10.000 personnes dans le monde. Veolia a contesté ces chiffres, se disant prêt par ailleurs à discuter avec Engie sur son offre, y compris le prix.

Comme aux Etats-Unis, les valeurs technologiques sortaient du lot, à l'instar de STMicroelectronics (+3,04% à 26,06 euros) et d'Atos (+1,91% à 69,46 euros).

Le numéro deux français du secteur des maisons de retraite et des cliniques privées Orpea grimpait de 3,01% à 97,96 euros après la publication de ses résultats et l'annonce de l'acquisition de 50% du quatrième exploitant national de maisons de retraite en Irlande, Brindley Healthcare.

Le groupe Société Générale, qui avançait légèrement de 0,15% à 11,67 euros a annoncé matin qu'il envisageait de fusionner ses réseaux Crédit du Nord et Société Générale.

Euronext CAC40

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel
Rendez-vous Partenaires
(AFP)

La Bourse de Paris en hausse de 1,24%

Le 23 septembre 2020 à08:57

La Bourse de Paris retrouvait nettement le vert en début de séance mercredi, gagnant 1,24% dans le sillage du rebond des marchés américains.

A 09H30, l'indice CAC 40 progressait de 59,28 points à 4.832,12 points. Mardi, il avait échoué à rebondir, perdant 0,40%, sa cinquième baisse consécutive.

Wall Street est parvenue à repartir mardi grâce aux valeurs technologiques, le Nasdaq reprenant 1,71%.

De plus, la Chambre américaine des représentants a approuvé un accord budgétaire avec la Maison Blanche et les républicains pour éviter le "shutdown", soit l'assèchement des financements du gouvernement, le 30 septembre.

"Il n'y a pas fort enthousiasme" à l'idée d'effacer la majorité des pertes concédées lundi, où le CAC avait chuté de 3,74%, pointe toutefois Tangi Le Liboux, analyste du courtier Aurel BGC.

D'autant plus que les baromètres d'activité du secteur privé ont rechuté en septembre en France. L'indice flash composite de l'activité globale s'est replié à 48,5 points, contre 51,6 points en août, un chiffre en dessous de 50 indiquant une contraction de l'activité.

C'est le signe de "nouvelles perturbations relatives à la pandémie de Covid-19", précise le cabinet IHS Markit qui calcule ce baromètre, jusqu'ici sur une série de quatre hausses consécutives.

Les pays européens sont depuis plusieurs jours contraints de prendre des mesures pour tenter d'endiguer ou de limiter le retour en force de l'épidémie de Covid-19, ce qui continue de peser sur les marchés.

Des confinements locaux et partiels ont commencé dans des régions en Espagne ou au Royaume-Uni, et le premier ministre anglais Boris Johnson a présenté mardi des mesures de restriction. Les pubs et restaurants doivent fermer dès 22H, et le télétravail est de nouveau encouragé.

Face à cela, "la perception croissante du marché est que les banques centrales ont déjà fait leur maximum et qu'en cas de crise sanitaire plus aigüe, on voit mal quel levier pourrait être actionné pour soutenir l'activité économique" s'inquiètent les économistes de Saxo Banque.

- La tech prend des couleurs -

Le bras de fer a continué entre Suez (+ 2,07% à 15,25 euros) et Veolia (+0,63% à 18,40 euros) sur la tentative de rachat du premier par le second. Suez a dénoncé "la casse sociale" que représenterait l'opération de son point de vue, en entraînant le licenciement de 10.000 personnes dans le monde. Veolia a contesté ces chiffres, se disant prêt par ailleurs à discuter avec Engie sur son offre, y compris le prix.

Comme aux Etats-Unis, les valeurs technologiques sortaient du lot, à l'instar de STMicroelectronics (+3,04% à 26,06 euros) et d'Atos (+1,91% à 69,46 euros).

Le numéro deux français du secteur des maisons de retraite et des cliniques privées Orpea grimpait de 3,01% à 97,96 euros après la publication de ses résultats et l'annonce de l'acquisition de 50% du quatrième exploitant national de maisons de retraite en Irlande, Brindley Healthcare.

Le groupe Société Générale, qui avançait légèrement de 0,15% à 11,67 euros a annoncé matin qu'il envisageait de fusionner ses réseaux Crédit du Nord et Société Générale.

Euronext CAC40

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.