Trump reporte un meeting de campagne

(AFP)

Le président américain Donald Trump a reporté un meeting de campagne initialement prévu samedi dans une des rares régions du pays où la pandémie de Covid-19 est en déclin, et qui avait suscité l'inquiétude au niveau local, y compris chez ses soutiens.

La porte-parole du président a annoncé vendredi que le meeting prévu à Portsmouth dans le New Hampshire était reporté "d'une semaine ou deux", officiellement en raison de la menace posée par la tempête tropicale Fay. Même le gouverneur républicain de l'Etat avait dit qu'il ne serait pas venu, par précaution sanitaire.

Le précédent meeting électoral de M. Trump, à Tulsa dans l'Oklahoma le 20 juin, avait rassemblé 6.200 personnes dans une salle fermée, et a été suivi par une flambée de contaminations deux semaines après.

Donald Trump est arrivé vendredi à Miami, en Floride, qui est l'un des gros foyers actuels de l'épidémie de Covid-19 et où les hôpitaux se remplissent de malades du coronavirus. Ses déplacements ne sont pas liés à la crise sanitaire: il visitera le commandement militaire pour l'Amérique du Sud, puis participera à un événement avec des opposants vénézuéliens dans une grande église et à une rencontre avec des "soutiens" à sa réélection.

Le président américain persiste à dire, faussement, que la flambée des cas est uniquement due à un meilleur dépistage. Depuis un mois, le nombre de tests réalisés quotidiennement a augmenté de 33%, mais le nombre de cas détectés de 167%, selon les données du Covid Tracking Project.

"Nous avons testé 40 ou 45 millions de personnes, c'est un record, et nos tests sont les meilleurs", a-t-il dit jeudi sur Fox News. "La plupart de ces cas s'améliorent immédiatement. Ils sont jeunes, ils ont le nez qui coule et deux jours plus tard ils vont mieux".

"Quand vous allumez la télévision, ils parlent toujours des pires cas. Ils ne parlent pas de décès, car les décès sont en forte baisse", a-t-il ajouté.

Le nombre de morts dus au Covid-19, au niveau national, a chuté depuis les pics d'avril, à la faveur de l'amélioration de la situation à New York, mais ce bilan a recommencé à monter, les nombreuses contaminations du mois de juin se transformant progressivement en décès.

Jeudi, le Texas et la Floride ont rapporté chacun leur nombre record de décès depuis le début de la pandémie, respectivement 98 et 120.

- 67% d'opinions défavorables -

"Le tsunami est là", a déclaré le chef de l'exécutif du comté d'Hidalgo, dans le sud du Texas. 1.274 nouveaux cas ont été confirmés en 24 heures dans cette juridiction de moins de 900.000 habitants. Par comparaison, la ville australienne de Melbourne, 5 millions d'habitants, s'est reconfinée cette semaine après la détection de 191 cas en 24 heures.

"En tant que pays, quand nous nous comparons à d'autres pays, je ne crois pas qu'on puisse dire que nous nous en sortions bien. Ce n'est tout simplement pas le cas", a dit Anthony Fauci, plus haut expert en maladies infectieuses du gouvernement américain, au site FiveThirtyEight jeudi.

C'est lui qui avait averti, la semaine dernière, quand le pays enregistrait 40.000 cas par jour, que la barre des 100.000 pourrait être atteinte; le bilan de jeudi était de 65.000.

"Docteur Fauci est un homme sympathique, mais il a fait beaucoup d'erreurs", a taclé Donald Trump, affirmant que l'expert était contre la fermeture de la frontière aérienne avec la Chine, au début de la pandémie. Selon plusieurs médias à l'époque, Anthony Fauci y était initialement opposé, mais avait changé d'avis et fini par recommander la mesure au président.

Les deux tiers des Américains désapprouvent désormais la gestion de la pandémie par Donald Trump, selon un sondage ABC publié vendredi, contre une moitié en avril. Et les sondages pour l'élection présidentielle du 3 novembre donnent l'avantage à son adversaire, le démocrate Joe Biden.

"Je n'ai rien contre le port du masque, si cela rassure les gens", a dit Donald Trump, en disant qu'il en porterait un lui-même lors d'une visite prochaine d'un hôpital militaire, et qu'il n'avait pas besoin d'en porter en général car tous les gens s'approchant de lui étaient systématiquement testés.

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel
Rendez-vous Partenaires
(AFP)

Trump reporte un meeting de campagne

Le 10 juillet 2020 à18:00

Le président américain Donald Trump a reporté un meeting de campagne initialement prévu samedi dans une des rares régions du pays où la pandémie de Covid-19 est en déclin, et qui avait suscité l'inquiétude au niveau local, y compris chez ses soutiens.

La porte-parole du président a annoncé vendredi que le meeting prévu à Portsmouth dans le New Hampshire était reporté "d'une semaine ou deux", officiellement en raison de la menace posée par la tempête tropicale Fay. Même le gouverneur républicain de l'Etat avait dit qu'il ne serait pas venu, par précaution sanitaire.

Le précédent meeting électoral de M. Trump, à Tulsa dans l'Oklahoma le 20 juin, avait rassemblé 6.200 personnes dans une salle fermée, et a été suivi par une flambée de contaminations deux semaines après.

Donald Trump est arrivé vendredi à Miami, en Floride, qui est l'un des gros foyers actuels de l'épidémie de Covid-19 et où les hôpitaux se remplissent de malades du coronavirus. Ses déplacements ne sont pas liés à la crise sanitaire: il visitera le commandement militaire pour l'Amérique du Sud, puis participera à un événement avec des opposants vénézuéliens dans une grande église et à une rencontre avec des "soutiens" à sa réélection.

Le président américain persiste à dire, faussement, que la flambée des cas est uniquement due à un meilleur dépistage. Depuis un mois, le nombre de tests réalisés quotidiennement a augmenté de 33%, mais le nombre de cas détectés de 167%, selon les données du Covid Tracking Project.

"Nous avons testé 40 ou 45 millions de personnes, c'est un record, et nos tests sont les meilleurs", a-t-il dit jeudi sur Fox News. "La plupart de ces cas s'améliorent immédiatement. Ils sont jeunes, ils ont le nez qui coule et deux jours plus tard ils vont mieux".

"Quand vous allumez la télévision, ils parlent toujours des pires cas. Ils ne parlent pas de décès, car les décès sont en forte baisse", a-t-il ajouté.

Le nombre de morts dus au Covid-19, au niveau national, a chuté depuis les pics d'avril, à la faveur de l'amélioration de la situation à New York, mais ce bilan a recommencé à monter, les nombreuses contaminations du mois de juin se transformant progressivement en décès.

Jeudi, le Texas et la Floride ont rapporté chacun leur nombre record de décès depuis le début de la pandémie, respectivement 98 et 120.

- 67% d'opinions défavorables -

"Le tsunami est là", a déclaré le chef de l'exécutif du comté d'Hidalgo, dans le sud du Texas. 1.274 nouveaux cas ont été confirmés en 24 heures dans cette juridiction de moins de 900.000 habitants. Par comparaison, la ville australienne de Melbourne, 5 millions d'habitants, s'est reconfinée cette semaine après la détection de 191 cas en 24 heures.

"En tant que pays, quand nous nous comparons à d'autres pays, je ne crois pas qu'on puisse dire que nous nous en sortions bien. Ce n'est tout simplement pas le cas", a dit Anthony Fauci, plus haut expert en maladies infectieuses du gouvernement américain, au site FiveThirtyEight jeudi.

C'est lui qui avait averti, la semaine dernière, quand le pays enregistrait 40.000 cas par jour, que la barre des 100.000 pourrait être atteinte; le bilan de jeudi était de 65.000.

"Docteur Fauci est un homme sympathique, mais il a fait beaucoup d'erreurs", a taclé Donald Trump, affirmant que l'expert était contre la fermeture de la frontière aérienne avec la Chine, au début de la pandémie. Selon plusieurs médias à l'époque, Anthony Fauci y était initialement opposé, mais avait changé d'avis et fini par recommander la mesure au président.

Les deux tiers des Américains désapprouvent désormais la gestion de la pandémie par Donald Trump, selon un sondage ABC publié vendredi, contre une moitié en avril. Et les sondages pour l'élection présidentielle du 3 novembre donnent l'avantage à son adversaire, le démocrate Joe Biden.

"Je n'ai rien contre le port du masque, si cela rassure les gens", a dit Donald Trump, en disant qu'il en porterait un lui-même lors d'une visite prochaine d'un hôpital militaire, et qu'il n'avait pas besoin d'en porter en général car tous les gens s'approchant de lui étaient systématiquement testés.

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.