Mexique: le gouvernement va se serrer la ceinture face au coronavirus

(AFP)

Le président du Mexique, Andrés Manuel López Obrador, a promis dimanche des économies au sein de son gouvernement et des investissements pour sauvegarder l'emploi, afin de faire face au ralentissement économique provoqué par l'épidémie de coronavirus.

"La formule que nous appliquons pour cette crise temporaire est la somme de trois éléments de base: davantage d'investissements publics pour le développement social, le plein emploi, l'honnêteté et l'austérité républicaine", a déclaré le président mexicain dans un discours.

Il a également promis davantage d'austérité au sein de l'Etat à commencer par une réduction de son salaire et de tous ses ministres, la suppression des primes pour les hauts fonctionnaires et une baisse de certaines dépenses gouvernementales comme la publicité, afin d'éviter une hausse de la dette publique.

Le plan d'investissements sera financé, entre autres, par le recours aux avoirs du Fonds de stabilisation des revenus budgétaires, dont il n'a pas précisé le montant.

Le président mexicain veut dès cette semaine lancer un plan d'investissement de 13,5 milliards de dollars (12,4 milliards d'euros) dans le secteur énergétique de ce pays, grand producteur de pétrole. La société pétrolière publique Pemex recevra quant à elle une aide de quelque 2,58 milliards de dollars (2,38 milliards d'euros).

Il a enfin confirmé la mise en oeuvre de trois projets emblématiques de son gouvernement: la construction d'un aéroport à Mexico, une nouvelle raffinerie de pétrole et une nouvelle ligne de chemin de fer, connu sous le nom de "train maya", au sud-est du pays.

Certains analystes et l'opposition doutent cependant de la rentabilité de ces projets et de leur pertinence au moment où le pays est en récession, jugeant plus utiles des investissements dans le secteur de la santé pour affronter la crise du coronavirus.

Le Produit intérieur brut (PIB) du Mexique, dont l'économie est la seconde plus importante en Amérique latine, va se contracter de quelque 4% cette année en raison de l'épidémie de coronavirus, selon des estimations du gouvernement.

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel
Rendez-vous Partenaires
(AFP)

Mexique: le gouvernement va se serrer la ceinture face au coronavirus

Le 06 avril 2020 à09:09

Le président du Mexique, Andrés Manuel López Obrador, a promis dimanche des économies au sein de son gouvernement et des investissements pour sauvegarder l'emploi, afin de faire face au ralentissement économique provoqué par l'épidémie de coronavirus.

"La formule que nous appliquons pour cette crise temporaire est la somme de trois éléments de base: davantage d'investissements publics pour le développement social, le plein emploi, l'honnêteté et l'austérité républicaine", a déclaré le président mexicain dans un discours.

Il a également promis davantage d'austérité au sein de l'Etat à commencer par une réduction de son salaire et de tous ses ministres, la suppression des primes pour les hauts fonctionnaires et une baisse de certaines dépenses gouvernementales comme la publicité, afin d'éviter une hausse de la dette publique.

Le plan d'investissements sera financé, entre autres, par le recours aux avoirs du Fonds de stabilisation des revenus budgétaires, dont il n'a pas précisé le montant.

Le président mexicain veut dès cette semaine lancer un plan d'investissement de 13,5 milliards de dollars (12,4 milliards d'euros) dans le secteur énergétique de ce pays, grand producteur de pétrole. La société pétrolière publique Pemex recevra quant à elle une aide de quelque 2,58 milliards de dollars (2,38 milliards d'euros).

Il a enfin confirmé la mise en oeuvre de trois projets emblématiques de son gouvernement: la construction d'un aéroport à Mexico, une nouvelle raffinerie de pétrole et une nouvelle ligne de chemin de fer, connu sous le nom de "train maya", au sud-est du pays.

Certains analystes et l'opposition doutent cependant de la rentabilité de ces projets et de leur pertinence au moment où le pays est en récession, jugeant plus utiles des investissements dans le secteur de la santé pour affronter la crise du coronavirus.

Le Produit intérieur brut (PIB) du Mexique, dont l'économie est la seconde plus importante en Amérique latine, va se contracter de quelque 4% cette année en raison de l'épidémie de coronavirus, selon des estimations du gouvernement.

Quoi de neuf ?
La carte de l'épidémie de coronavirus en temps réel

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.