Factures d'électricité élevées : les opérateurs prêts à accorder des facilités

Plusieurs personnes se plaignent depuis le début du mois de juin d'avoir reçu des factures d'eau et d'électricité anormalement élevées, suite à la reprise de la lecture des compteurs. Les opérateurs de distribution s'expliquent, et sont prêts à accorder des facilités de paiement aux personnes touchées par la crise du covid-19.

0-https://medias24.com//photos_articles/big/18-06-2020/Redalrelevecompteurs21.jpg-oui
Factures d'électricité élevées : les opérateurs prêts à accorder des facilités

Le 18 juin 2020 à 15:30

Modifié le 18 juin 2020 à 21:30

En application des décisions des autorités publiques, les opérateurs de fourniture d’eau et d’électricité, notamment Lydec, l'ONEE et Redal, ont repris le 1er juin la lecture des consommations sur les compteurs ainsi que la distribution et l'encaissement des factures, après la suspension de ces activités le 23 mars, en raison de la pandémie du coronavirus.

Des factures "exorbitantes" en juin ?

De nombreuses personnes se plaignent d'avoir reçu des factures très élevées pour le mois de juin, dépassant les 1.000 DH, contre une moyenne mensuelle habituelle de 350 à 400 DH. Pour en comprendre la cause, Médias24 a joint plusieurs interlocuteurs concernés, notamment Abdellah Talib, directeur du développement durable, de la communication et de l'innovation à Lydec, l'ONEE et Aziz Rabbah, ministre de l'Energie, des mines et de l'environnement. 

M. Talib nous a expliqué que '"devant l'impossibilité d’effectuer la relève des compteurs durant la période de confinement, Lydec a procédé à l’estimation des consommations de ses clients en se référant à l’historique de consommation de la même période des deux dernières années, 2018 et 2019, et ce conformément aux directives nationales".

"Les estimations n’ont donc pas été faites de manière aléatoire", a-t-il ajouté en soulignant que "l’estimation des factures est autorisée par la loi. Les opérateurs de fourniture d’eau et d’électricité ont le droit d’estimer un mois sur deux, si pour une quelconque raison, la lecture des compteurs est impossible".  

"L’activité de lecture des index des compteurs a repris le 1er juin, ce qui a permis de déterminer le volume réel des consommations d'eau et d'électricité, depuis la dernière date de relève effectuée avant le confinement, jusqu’à la dernière date de la relève réalisée en juin", poursuit-il, tout en rappelant que la lecture se fait d’une manière étalée. "Nous n'avons pas de mois civils, mais des mois glissants. C'est-à-dire que certains clients peuvent recevoir leurs factures au 10 de chaque mois, et d'autres au 15... Nos releveurs ne peuvent pas effectuer la lecture des compteurs en un seul jour, puisque nous avons 1,4 million de clients à Casablanca".

"Cette régularisation de la facturation est établie en veillant au strict respect des tranches tarifaires. Pour ce faire, le volume global des consommations réelles des clients pendant la période de confinement est réparti par mois, tout en déduisant les montants correspondant aux consommations estimées précédemment. Deux cas peuvent se présenter :

- Si la consommation réelle établie sur la base d’une lecture effective du compteur du client est supérieure aux estimations précédentes, la différence sera prise en compte dans la facture de juin;

- Si par contre la consommation du client est inférieure aux estimations précédentes, un avoir sera mis à sa disposition, qu’il pourra récupérer dans l’une de nos agences, ou garder pour payer la prochaine facture".

Au mois de juin, l'opérateur s'est retrouvé avec deux types de clients:

- Des clients qui ont payé les factures estimatives des mois d'avril et mai, et qui se retrouvent seulement avec la facture du mois de juin et le reliquat des 2 mois précédents;

- et d'autres qui n’ont pas payé leurs factures durant la période de confinement et qui se retrouvent donc avec une facture de trois mois, dont le montant peut aller jusqu’à 1.500 DH, précise M. Talib.

"Durant la période de confinement, nous avons informé nos clients que nos agences sont restées ouvertes pour effectuer les paiements, tout en respectant un ensemble de mesures préventives. Nous les avons également encouragé à procéder eux-même à la lecture de leurs index de consommation directement sur leurs compteurs et à nous les communiquer par mail, sur notre application ou via notre centre de relation clientèle. Et nous avons renforcé le dispositif de services digitaux pour leur permettre d’effectuer les paiements en ligne, sans avoir à se déplacer, et de consulter leurs factures estimatives", ajoute le directeur de communication.

Les tranches de consommation prises en considération

L'ONEE et Redal, qui ont également procédé de la même manière, ont aussi reçu de nombreuses réclamations ces derniers jours.

Comme Lydec, l'Office national de l'électricité et de l'eau potable a expliqué dans un communiqué que toutes "les factures basées sur des index estimés seront régularisées dès la première lecture réelle au mois de juin" tout en précisant que cette régularisation n'engendrera "en aucun cas un cumul de consommation".

Pour sa part, Redal a choisi d'adapter les tranches de consommation au contexte actuel. Dans une vidéo relayée sur les réseaux sociaux, l'opérateur explique qu'"en temps normal, la consommation d'électricité de la première tranche est comprise entre 0 et 100 kWh. Durant la période du confinement (90 jours, soit les trois mois d'avril, mai et juin), la consommation dans cette tranche sera comprise entre 0 et 300 kWh. C'est-à-dire qu'un client qui consomme, en temps normal, 200 kWh se retrouvera dans la 3e tranche. Exceptionnellement, pour les trois mois de confinement, la facturation d'un client qui a consommé 200 kWh correspondra à la 1ère tranche.

Des facilités de paiements

Les trois opérateurs sont prêts à accorder des facilités de paiement pour venir en aide aux personnes impactées par la crise actuelle.

Joint par nos soins, M. Rebbah nous a confié que le ministère de l'Enegie est en train de travailler avec l'ONEE pour fixer les conditions des facilités de paiement.

En effet, sur son communiqué, l'Office a indiqué que ses services "procéderont à l’examen et traitement, sans délai, des réclamations reçues et pourront accorder des facilités sous forme d’un étalement de paiement aux clients qui en expriment le besoin". 

Lydec est également "prête à accorder, au cas par cas et à titre exceptionnel, à ceux qui le souhaiteraient des facilités de paiement, sans présenter de justificatifs. Ces facilités peuvent aller jusqu’à 6 mois pour certains cas", nous apprend M. Talib.

"Pour ce faire, la demande doit être adressée via les canaux directs de Lydec suivants:

- Le Centre de Relation Clientèle disponible 24h/24 et 7j/7 ;

- Par téléphone au 0522 31 20 20 ;

- Par e-mail : [email protected] ;

- L’application mobile Lydec 7/24 à partir d’un smartphone ;

- L’agence Lydec en ligne sur internet : https://client.lydec.ma ;

- L’agence clientèle Lydec la plus proche".

Même démarche pour Redal. Voici les canaux à contacter:

- Allo Redal : 0537 20 20 80 ;

- Une des 24 agences Redal;

- Sur le site web: www.redal.com.

Factures d'électricité élevées : les opérateurs prêts à accorder des facilités

Le 18 juin 2020 à15:31

Modifié le 18 juin 2020 à 21:30

Plusieurs personnes se plaignent depuis le début du mois de juin d'avoir reçu des factures d'eau et d'électricité anormalement élevées, suite à la reprise de la lecture des compteurs. Les opérateurs de distribution s'expliquent, et sont prêts à accorder des facilités de paiement aux personnes touchées par la crise du covid-19.

En application des décisions des autorités publiques, les opérateurs de fourniture d’eau et d’électricité, notamment Lydec, l'ONEE et Redal, ont repris le 1er juin la lecture des consommations sur les compteurs ainsi que la distribution et l'encaissement des factures, après la suspension de ces activités le 23 mars, en raison de la pandémie du coronavirus.

Des factures "exorbitantes" en juin ?

De nombreuses personnes se plaignent d'avoir reçu des factures très élevées pour le mois de juin, dépassant les 1.000 DH, contre une moyenne mensuelle habituelle de 350 à 400 DH. Pour en comprendre la cause, Médias24 a joint plusieurs interlocuteurs concernés, notamment Abdellah Talib, directeur du développement durable, de la communication et de l'innovation à Lydec, l'ONEE et Aziz Rabbah, ministre de l'Energie, des mines et de l'environnement. 

M. Talib nous a expliqué que '"devant l'impossibilité d’effectuer la relève des compteurs durant la période de confinement, Lydec a procédé à l’estimation des consommations de ses clients en se référant à l’historique de consommation de la même période des deux dernières années, 2018 et 2019, et ce conformément aux directives nationales".

"Les estimations n’ont donc pas été faites de manière aléatoire", a-t-il ajouté en soulignant que "l’estimation des factures est autorisée par la loi. Les opérateurs de fourniture d’eau et d’électricité ont le droit d’estimer un mois sur deux, si pour une quelconque raison, la lecture des compteurs est impossible".  

"L’activité de lecture des index des compteurs a repris le 1er juin, ce qui a permis de déterminer le volume réel des consommations d'eau et d'électricité, depuis la dernière date de relève effectuée avant le confinement, jusqu’à la dernière date de la relève réalisée en juin", poursuit-il, tout en rappelant que la lecture se fait d’une manière étalée. "Nous n'avons pas de mois civils, mais des mois glissants. C'est-à-dire que certains clients peuvent recevoir leurs factures au 10 de chaque mois, et d'autres au 15... Nos releveurs ne peuvent pas effectuer la lecture des compteurs en un seul jour, puisque nous avons 1,4 million de clients à Casablanca".

"Cette régularisation de la facturation est établie en veillant au strict respect des tranches tarifaires. Pour ce faire, le volume global des consommations réelles des clients pendant la période de confinement est réparti par mois, tout en déduisant les montants correspondant aux consommations estimées précédemment. Deux cas peuvent se présenter :

- Si la consommation réelle établie sur la base d’une lecture effective du compteur du client est supérieure aux estimations précédentes, la différence sera prise en compte dans la facture de juin;

- Si par contre la consommation du client est inférieure aux estimations précédentes, un avoir sera mis à sa disposition, qu’il pourra récupérer dans l’une de nos agences, ou garder pour payer la prochaine facture".

Au mois de juin, l'opérateur s'est retrouvé avec deux types de clients:

- Des clients qui ont payé les factures estimatives des mois d'avril et mai, et qui se retrouvent seulement avec la facture du mois de juin et le reliquat des 2 mois précédents;

- et d'autres qui n’ont pas payé leurs factures durant la période de confinement et qui se retrouvent donc avec une facture de trois mois, dont le montant peut aller jusqu’à 1.500 DH, précise M. Talib.

"Durant la période de confinement, nous avons informé nos clients que nos agences sont restées ouvertes pour effectuer les paiements, tout en respectant un ensemble de mesures préventives. Nous les avons également encouragé à procéder eux-même à la lecture de leurs index de consommation directement sur leurs compteurs et à nous les communiquer par mail, sur notre application ou via notre centre de relation clientèle. Et nous avons renforcé le dispositif de services digitaux pour leur permettre d’effectuer les paiements en ligne, sans avoir à se déplacer, et de consulter leurs factures estimatives", ajoute le directeur de communication.

Les tranches de consommation prises en considération

L'ONEE et Redal, qui ont également procédé de la même manière, ont aussi reçu de nombreuses réclamations ces derniers jours.

Comme Lydec, l'Office national de l'électricité et de l'eau potable a expliqué dans un communiqué que toutes "les factures basées sur des index estimés seront régularisées dès la première lecture réelle au mois de juin" tout en précisant que cette régularisation n'engendrera "en aucun cas un cumul de consommation".

Pour sa part, Redal a choisi d'adapter les tranches de consommation au contexte actuel. Dans une vidéo relayée sur les réseaux sociaux, l'opérateur explique qu'"en temps normal, la consommation d'électricité de la première tranche est comprise entre 0 et 100 kWh. Durant la période du confinement (90 jours, soit les trois mois d'avril, mai et juin), la consommation dans cette tranche sera comprise entre 0 et 300 kWh. C'est-à-dire qu'un client qui consomme, en temps normal, 200 kWh se retrouvera dans la 3e tranche. Exceptionnellement, pour les trois mois de confinement, la facturation d'un client qui a consommé 200 kWh correspondra à la 1ère tranche.

Des facilités de paiements

Les trois opérateurs sont prêts à accorder des facilités de paiement pour venir en aide aux personnes impactées par la crise actuelle.

Joint par nos soins, M. Rebbah nous a confié que le ministère de l'Enegie est en train de travailler avec l'ONEE pour fixer les conditions des facilités de paiement.

En effet, sur son communiqué, l'Office a indiqué que ses services "procéderont à l’examen et traitement, sans délai, des réclamations reçues et pourront accorder des facilités sous forme d’un étalement de paiement aux clients qui en expriment le besoin". 

Lydec est également "prête à accorder, au cas par cas et à titre exceptionnel, à ceux qui le souhaiteraient des facilités de paiement, sans présenter de justificatifs. Ces facilités peuvent aller jusqu’à 6 mois pour certains cas", nous apprend M. Talib.

"Pour ce faire, la demande doit être adressée via les canaux directs de Lydec suivants:

- Le Centre de Relation Clientèle disponible 24h/24 et 7j/7 ;

- Par téléphone au 0522 31 20 20 ;

- Par e-mail : [email protected] ;

- L’application mobile Lydec 7/24 à partir d’un smartphone ;

- L’agence Lydec en ligne sur internet : https://client.lydec.ma ;

- L’agence clientèle Lydec la plus proche".

Même démarche pour Redal. Voici les canaux à contacter:

- Allo Redal : 0537 20 20 80 ;

- Une des 24 agences Redal;

- Sur le site web: www.redal.com.

A lire aussi


Communication financière

Indicateurs trimestriels au 30.06.2020 de la société Afric Industries

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.