Crystal Lagoons compte construire des plages artificielles dans six villes du Maroc

Présente dans 60 pays de la planète, dont plusieurs africains, la société américaine Crystal Lagoons a été approchée par des investisseurs marocains pour construire six lagunes artificielles dans les villes de Marrakech, Casablanca, Rabat, Tanger, Fès et Saïdia. Dans cet entretien avec Medias24, Francisco Matte, directeur régional, révèle que les négociations sont à un stade avancé et que malgré la pandémie, les projets sont maintenus sachant qu’ils ont vocation à réactiver l’économie en berne.

0-https://medias24.com//photos_articles/big/15-12-2020/FranciscoMatte0.png-oui
Crystal Lagoons compte construire des plages artificielles dans six villes du Maroc Francisco Matte, directeur régional de Crystal Lagoons.

Le 15 décembre 2020 à 16:56

Modifié le 17 décembre 2020 à 12:18

-Médias24: Votre société a-t-elle déjà construit des lagunes artificielles au Maroc ?

-Francisco Matte: Pas encore, mais notre groupe est en discussion très avancée avec plusieurs acteurs de renom qui sont des entreprises privées dont je ne peux pas encore révéler l’identité pour des questions de confidentialité.

Il s’agit de fonds d'investissement, de gestionnaires de fortune (family offices) et de grands promoteurs immobiliers avec qui nous allons bientôt finaliser des accords-cadre qui permettront de développer ce qu’on appelle la nouvelle révolution Crystal Lagoons à savoir des projets permettant au public d’accéder à des lagunes en ville (Public Access Lagoons ou PAL).

Ces accords-cadres concernent un nombre conséquent de PAL pour différents territoires géographiques.

Au Maroc, des villes comme Marrakech, Casablanca, Rabat, Tanger, Fès et Saïdia font partie des lieux que nous avons identifiés où ces projets pourront être développés.

Les projets Public Access Lagoons sont le nouveau créneau d'entreprise développé par la société Crystal Lagoons qui, après avoir révolutionné le secteur immobilier pendant 10 ans, révolutionne désormais les villes avec ce genre de projets innovants.

Pour résumer le concept, ce sont des lagons cristallins monumentaux entourés de plages de sable fin propices à la baignade et même aux sports nautiques qui sont accessibles via une entrée payante.

Grâce à une nouvelle technologie créée par Crystal Lagoons, les zones de baignade sont maintenues à une temperature de 28°C.

De plus, elles offrent des conditions optimales, similaires aux mers tropicales, tout au long de l'année pour un faible coût et de manière durable.

Cela garantit donc le fait que ces lagunes peuvent être utilisées pendant de très longues périodes.

-Vous proposez donc plusieurs types de lagunes ?

Absolument, il existe des modèles qui recèlent plus ou moins d'infrastructures.

En fonction du budget alloué, les plus complets possèdent des espaces-salons privatifs, des food-halls, des salles de mariage, de multiples scènes de concerts au milieu des plages, des terrasses et des dômes, ainsi que de la gastronomie, des commerces, des amphithéâtres et des spectacles.

Grâce à ces projets, PAL est devenu une entreprise du futur, dans laquelle les investisseurs sont capables d’obtenir des rendements financiers inédits pour des projets de long terme qui ne présentent aucun risque, comme cela a été le cas du groupe Amazon par rapport au Covid 19.

Ainsi, au fur et à mesure que ces projets se construisent, ils génèrent une pyramide financière où avec un investissement initial faible, une entreprise peut atteindre une valeur actuelle très élevée.

En dehors du Maroc, nous négocions également plusieurs accords-cadres pour des projets PAL, au Botswana, en Afrique du Sud, au Ghana, au Kenya, au Nigéria, en Angola et en Égypte.

-Quel délai demande la construction de ces étangs-mers artificiels ?

Sachant que la construction de nos lagunes cristallines prend entre 8 mois et 1 an, c’est très rapide.

-Combien coûte la construction d’une lagune?

Cela depend de la taille souhaitée mais le coût moyen de construction d’une lagune de deux hectares revient à environ 2,2 millions de dollars (20 millions de dirhams).

Quel que soit l'environnement dans lequel elles sont installés, les coûts d'exploitation des lagunes sont très faibles, mais à contrario, ils génèrent des revenus qui dépassent 15 millions de dollars/an.

-Comment ces projets fonctionnent-ils?

En dehors des coûts de construction à la charge de l’investisseur, la société Crystal Lagoons reçoit un pourcentage des revenus des billets d'entrée ainsi que des revenus des événements.

-Hormis son côté lucratif, quelle sera la contribution des lagunes au Maroc?

-Les PAL constituent une veritable révolution urbaine, car ils apportent un morceau de l'océan au cœur de n'importe quelle ville du monde en particulier pour celles qui ne sont pas côtières.

Cela permet de créer une nouvelle vie autour d’une plage urbaine à l’image de ce qui avait été fait à Londres il y a 200 ans quand un architecte avait apporté un morceau de forêt en pleine ville, ce qui avait permis de créer ce que nous appelons maintenant les parcs urbains.

Ces lagunes urbaines sont aussi très appréciées car elles peuvent aider à transformer des centres commerciaux, à reconvertir des espaces commerciaux, à réactiver le’ trafic piétonnier / public en parcs de loisirs, à valoriser des terrains vacants, à utiliser des espaces au centre de terrains de golf ou des terrains désaffectés d'une entreprise qui souhaitent se reconvertir ...

Pour le grand public, les PAL permettent de valoriser les espaces publics et d’offrir une qualité de vie supplémentaire à des millions de personnes, avec davantage d’inclusion sociale, de loisirs et de détente, en particulier dans les villes méditerranéennes enclaves qui sont souvent encombrées.

En dehors de leur côté futuriste, ces projets constituent aussi une activité récréative durable qui ramène la vie à la plage, les sports nautiques et les divertissements à quelques pas de chez soi.

De plus, ces plages en milieu urbain contribuent également à réduire l'impact humain sur la biodiversité des destinations touristiques telles que les plages ou les forêts qui, par conséquent, reçoivent moins de visiteurs qui trouvent de nouvelles possibilités de loisirs à proximité.

En conséquence, cela contribue donc à fortement réduire l'empreinte carbone avec une baisse sensible des déplacements en avion et en voiture vers les lieux de loisirs naturels.

-Comment la crise a affecté Crystal Lagoons et notamment les projets marocains ?

Contrairement à ce que l'on pourrait imaginer, le dynamisme de l'entreprise n'a pas été affecté par la pandémie car il s'agit de projets à long terme qui nécessitent au moins 18 mois pour être développés.

Au contraire, les investisseurs se sont positionnés pour mettre en avant le potentiel de ces projets qui auront justement vocation à réactiver l'économie.

A partir de là, nos projets au Maroc sont maintenus et sont toujours en cours d’études techniques.

En réalité, cette pandémie a accru l'intérêt des investisseurs pour nos projets de lagunes en milieu urbain.

En effet, les espaces PAL sont plus que jamais nécessaires dans les villes après le confinement.

À l'avenir, il y aura certainement des changements dans le choix des vacances et dans les habitudes sociales.

Ainsi, la peur de prendre l’avion vers des destinations éloignées continuera probablement surtout avec l’encombrement des aéroports et le confinement dans les avions qui seront moins attrayants.

Partant de ce constat, les gens préféreront se détendre et socialiser dans des zones proches de chez eux, ce qui impliquera le développement d'infrastructures de loisirs et de détente interurbain

Sachant que la possibilité de disposer de loisirs aquatiques à sa porte réduit le nombre de risques, l’intérêt des investisseurs qui anticipent déjà cette tendance sera certainement croissant.

De plus, ces projets rencontrent beaucoup de succès non seulement parce que les gens éviteront de voyager, mais aussi du fait qu’une grande masse d'eau au milieu de la ville est d’une part bénéfique en termes de santé physique et mentale et d’autre part encourage un mode de vie sain.

-Etes-vous déjà présents dans d'autres pays africains?

En effet, Crystal Lagoons totalise sur le continent africain 29 projets immobiliers construits autour de lagunes cristallines. Ce sont des projets qui sont arrivés à différents stades de développement.

Le marché le plus important concerne l'Égypte où nous avons 22 projets en cours d’édification.

En fait, la plus grande lagune cristalline du monde qui occupe 12,5 hectares se trouve dans la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh.

Nous avons récemment inauguré le projet Swan Lake North Coast et dans les prochains mois, ce sera également le cas des projets situé sur l'île de Bo, la baie de Fouka, Azha et Porto Golf.

Notre 2ème plus important marché est l’Afrique du Sud où nous avons noué un partenariat avec le grand promoteur immobilier, Balwin Properties, avec 5 projets immobiliers à différentes étapes.

Le plus récent est un complexe ultra-luxueux, Munyaka, proche de Johannesburg, qui a été salué par le président de la République pour ses infrastructures et sa contribution urbaine sachant qu’à son lancement, ce projet a réalisé une vraie performance commerciale avec 555 unités vendues.

La même tendance a été enregistrée dans d'autres projets immobiliers ancrés dans les lagunes de Crystal Lagoons, comme The Blyde à Pretoria, avec des records de ventes quotidiennes.

-Que pouvez-vous dire de plus sur votre groupe qui n’est pas encore connu au Maroc ?

-Crystal Lagoons développe des projets partout dans le monde soit dans 60 pays comme les États-Unis, le Japon, les Emirats Arabes Unis, l'Arabie Saoudite, l'Egypte, l'Afrique du Sud, le Vietnam, le Pakistan, l'Indonésie, la Thaïlande, l'Australie, l'Espagne, la Turquie, le Mexique, le Brésil, l’Argentine, la Colombie, le Pérou, le Paraguay, l’Uruguay, le Chili et tant d’autres.

A ce jour, Crystal Lagoons a conclu 16 accords-cadres avec les États-Unis, 30 PAL avec la Corée du nord, 15 avec le Pakistan et 18 avec des pays d’Amérique centrale (18 PAL).

Actuellement, la valorisation de notre groupe est de 4,1 milliards de dollars US avec un portefeuille de 2.000 brevets dans 190 pays.

Si notre siège social se trouve à Miami aux États-Unis, nous avons également des locaux à Amsterdam en Hollande, à Santiago au Chili et enfin à Dubaï aux Émirats Arabes Unis.

Notre technologie durable permet d’utiliser 100 fois moins de produits chimiques qu'une piscine.

Elle ne consomme que 2% de l'énergie d'un système de filtration conventionnel avec une faible consommation d'eau (30 fois moins d’eau qu'un golf et 50% moins qu'un parc de même taille).

Nos lagunes peuvent utiliser tout type d'eau à savoir douce, de mer ou même saumâtre en profitant de l'eau des couches souterraines du desert sans compter qu’elles sont capables de capter les eaux de pluie pour compenser l'évaporation naturelle.

Enfin, notre groupe et son fondateur, Fernando Fischmann, ont accumulé plus de 20 récompenses internationales comme «L’Entrepreneur de l'année», «L’Innovateur de l'année», «l’Homme d'affaires de l'année»; 2 «Gold Stevie Awards» (Oscars du monde des affaires), «Les Green Apple Awards» durant 2 années consecutives, «Le Real Innovator Award» de la London Business School ...

Francisco Matte, directeur régional de Crystal Lagoons.

Crystal Lagoons compte construire des plages artificielles dans six villes du Maroc

Le 15 décembre 2020 à16:56

Modifié le 17 décembre 2020 à 12:18

Présente dans 60 pays de la planète, dont plusieurs africains, la société américaine Crystal Lagoons a été approchée par des investisseurs marocains pour construire six lagunes artificielles dans les villes de Marrakech, Casablanca, Rabat, Tanger, Fès et Saïdia. Dans cet entretien avec Medias24, Francisco Matte, directeur régional, révèle que les négociations sont à un stade avancé et que malgré la pandémie, les projets sont maintenus sachant qu’ils ont vocation à réactiver l’économie en berne.

com_redaction-10

-Médias24: Votre société a-t-elle déjà construit des lagunes artificielles au Maroc ?

-Francisco Matte: Pas encore, mais notre groupe est en discussion très avancée avec plusieurs acteurs de renom qui sont des entreprises privées dont je ne peux pas encore révéler l’identité pour des questions de confidentialité.

Il s’agit de fonds d'investissement, de gestionnaires de fortune (family offices) et de grands promoteurs immobiliers avec qui nous allons bientôt finaliser des accords-cadre qui permettront de développer ce qu’on appelle la nouvelle révolution Crystal Lagoons à savoir des projets permettant au public d’accéder à des lagunes en ville (Public Access Lagoons ou PAL).

Ces accords-cadres concernent un nombre conséquent de PAL pour différents territoires géographiques.

Au Maroc, des villes comme Marrakech, Casablanca, Rabat, Tanger, Fès et Saïdia font partie des lieux que nous avons identifiés où ces projets pourront être développés.

Les projets Public Access Lagoons sont le nouveau créneau d'entreprise développé par la société Crystal Lagoons qui, après avoir révolutionné le secteur immobilier pendant 10 ans, révolutionne désormais les villes avec ce genre de projets innovants.

Pour résumer le concept, ce sont des lagons cristallins monumentaux entourés de plages de sable fin propices à la baignade et même aux sports nautiques qui sont accessibles via une entrée payante.

Grâce à une nouvelle technologie créée par Crystal Lagoons, les zones de baignade sont maintenues à une temperature de 28°C.

De plus, elles offrent des conditions optimales, similaires aux mers tropicales, tout au long de l'année pour un faible coût et de manière durable.

Cela garantit donc le fait que ces lagunes peuvent être utilisées pendant de très longues périodes.

-Vous proposez donc plusieurs types de lagunes ?

Absolument, il existe des modèles qui recèlent plus ou moins d'infrastructures.

En fonction du budget alloué, les plus complets possèdent des espaces-salons privatifs, des food-halls, des salles de mariage, de multiples scènes de concerts au milieu des plages, des terrasses et des dômes, ainsi que de la gastronomie, des commerces, des amphithéâtres et des spectacles.

Grâce à ces projets, PAL est devenu une entreprise du futur, dans laquelle les investisseurs sont capables d’obtenir des rendements financiers inédits pour des projets de long terme qui ne présentent aucun risque, comme cela a été le cas du groupe Amazon par rapport au Covid 19.

Ainsi, au fur et à mesure que ces projets se construisent, ils génèrent une pyramide financière où avec un investissement initial faible, une entreprise peut atteindre une valeur actuelle très élevée.

En dehors du Maroc, nous négocions également plusieurs accords-cadres pour des projets PAL, au Botswana, en Afrique du Sud, au Ghana, au Kenya, au Nigéria, en Angola et en Égypte.

-Quel délai demande la construction de ces étangs-mers artificiels ?

Sachant que la construction de nos lagunes cristallines prend entre 8 mois et 1 an, c’est très rapide.

-Combien coûte la construction d’une lagune?

Cela depend de la taille souhaitée mais le coût moyen de construction d’une lagune de deux hectares revient à environ 2,2 millions de dollars (20 millions de dirhams).

Quel que soit l'environnement dans lequel elles sont installés, les coûts d'exploitation des lagunes sont très faibles, mais à contrario, ils génèrent des revenus qui dépassent 15 millions de dollars/an.

-Comment ces projets fonctionnent-ils?

En dehors des coûts de construction à la charge de l’investisseur, la société Crystal Lagoons reçoit un pourcentage des revenus des billets d'entrée ainsi que des revenus des événements.

-Hormis son côté lucratif, quelle sera la contribution des lagunes au Maroc?

-Les PAL constituent une veritable révolution urbaine, car ils apportent un morceau de l'océan au cœur de n'importe quelle ville du monde en particulier pour celles qui ne sont pas côtières.

Cela permet de créer une nouvelle vie autour d’une plage urbaine à l’image de ce qui avait été fait à Londres il y a 200 ans quand un architecte avait apporté un morceau de forêt en pleine ville, ce qui avait permis de créer ce que nous appelons maintenant les parcs urbains.

Ces lagunes urbaines sont aussi très appréciées car elles peuvent aider à transformer des centres commerciaux, à reconvertir des espaces commerciaux, à réactiver le’ trafic piétonnier / public en parcs de loisirs, à valoriser des terrains vacants, à utiliser des espaces au centre de terrains de golf ou des terrains désaffectés d'une entreprise qui souhaitent se reconvertir ...

Pour le grand public, les PAL permettent de valoriser les espaces publics et d’offrir une qualité de vie supplémentaire à des millions de personnes, avec davantage d’inclusion sociale, de loisirs et de détente, en particulier dans les villes méditerranéennes enclaves qui sont souvent encombrées.

En dehors de leur côté futuriste, ces projets constituent aussi une activité récréative durable qui ramène la vie à la plage, les sports nautiques et les divertissements à quelques pas de chez soi.

De plus, ces plages en milieu urbain contribuent également à réduire l'impact humain sur la biodiversité des destinations touristiques telles que les plages ou les forêts qui, par conséquent, reçoivent moins de visiteurs qui trouvent de nouvelles possibilités de loisirs à proximité.

En conséquence, cela contribue donc à fortement réduire l'empreinte carbone avec une baisse sensible des déplacements en avion et en voiture vers les lieux de loisirs naturels.

-Comment la crise a affecté Crystal Lagoons et notamment les projets marocains ?

Contrairement à ce que l'on pourrait imaginer, le dynamisme de l'entreprise n'a pas été affecté par la pandémie car il s'agit de projets à long terme qui nécessitent au moins 18 mois pour être développés.

Au contraire, les investisseurs se sont positionnés pour mettre en avant le potentiel de ces projets qui auront justement vocation à réactiver l'économie.

A partir de là, nos projets au Maroc sont maintenus et sont toujours en cours d’études techniques.

En réalité, cette pandémie a accru l'intérêt des investisseurs pour nos projets de lagunes en milieu urbain.

En effet, les espaces PAL sont plus que jamais nécessaires dans les villes après le confinement.

À l'avenir, il y aura certainement des changements dans le choix des vacances et dans les habitudes sociales.

Ainsi, la peur de prendre l’avion vers des destinations éloignées continuera probablement surtout avec l’encombrement des aéroports et le confinement dans les avions qui seront moins attrayants.

Partant de ce constat, les gens préféreront se détendre et socialiser dans des zones proches de chez eux, ce qui impliquera le développement d'infrastructures de loisirs et de détente interurbain

Sachant que la possibilité de disposer de loisirs aquatiques à sa porte réduit le nombre de risques, l’intérêt des investisseurs qui anticipent déjà cette tendance sera certainement croissant.

De plus, ces projets rencontrent beaucoup de succès non seulement parce que les gens éviteront de voyager, mais aussi du fait qu’une grande masse d'eau au milieu de la ville est d’une part bénéfique en termes de santé physique et mentale et d’autre part encourage un mode de vie sain.

-Etes-vous déjà présents dans d'autres pays africains?

En effet, Crystal Lagoons totalise sur le continent africain 29 projets immobiliers construits autour de lagunes cristallines. Ce sont des projets qui sont arrivés à différents stades de développement.

Le marché le plus important concerne l'Égypte où nous avons 22 projets en cours d’édification.

En fait, la plus grande lagune cristalline du monde qui occupe 12,5 hectares se trouve dans la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh.

Nous avons récemment inauguré le projet Swan Lake North Coast et dans les prochains mois, ce sera également le cas des projets situé sur l'île de Bo, la baie de Fouka, Azha et Porto Golf.

Notre 2ème plus important marché est l’Afrique du Sud où nous avons noué un partenariat avec le grand promoteur immobilier, Balwin Properties, avec 5 projets immobiliers à différentes étapes.

Le plus récent est un complexe ultra-luxueux, Munyaka, proche de Johannesburg, qui a été salué par le président de la République pour ses infrastructures et sa contribution urbaine sachant qu’à son lancement, ce projet a réalisé une vraie performance commerciale avec 555 unités vendues.

La même tendance a été enregistrée dans d'autres projets immobiliers ancrés dans les lagunes de Crystal Lagoons, comme The Blyde à Pretoria, avec des records de ventes quotidiennes.

-Que pouvez-vous dire de plus sur votre groupe qui n’est pas encore connu au Maroc ?

-Crystal Lagoons développe des projets partout dans le monde soit dans 60 pays comme les États-Unis, le Japon, les Emirats Arabes Unis, l'Arabie Saoudite, l'Egypte, l'Afrique du Sud, le Vietnam, le Pakistan, l'Indonésie, la Thaïlande, l'Australie, l'Espagne, la Turquie, le Mexique, le Brésil, l’Argentine, la Colombie, le Pérou, le Paraguay, l’Uruguay, le Chili et tant d’autres.

A ce jour, Crystal Lagoons a conclu 16 accords-cadres avec les États-Unis, 30 PAL avec la Corée du nord, 15 avec le Pakistan et 18 avec des pays d’Amérique centrale (18 PAL).

Actuellement, la valorisation de notre groupe est de 4,1 milliards de dollars US avec un portefeuille de 2.000 brevets dans 190 pays.

Si notre siège social se trouve à Miami aux États-Unis, nous avons également des locaux à Amsterdam en Hollande, à Santiago au Chili et enfin à Dubaï aux Émirats Arabes Unis.

Notre technologie durable permet d’utiliser 100 fois moins de produits chimiques qu'une piscine.

Elle ne consomme que 2% de l'énergie d'un système de filtration conventionnel avec une faible consommation d'eau (30 fois moins d’eau qu'un golf et 50% moins qu'un parc de même taille).

Nos lagunes peuvent utiliser tout type d'eau à savoir douce, de mer ou même saumâtre en profitant de l'eau des couches souterraines du desert sans compter qu’elles sont capables de capter les eaux de pluie pour compenser l'évaporation naturelle.

Enfin, notre groupe et son fondateur, Fernando Fischmann, ont accumulé plus de 20 récompenses internationales comme «L’Entrepreneur de l'année», «L’Innovateur de l'année», «l’Homme d'affaires de l'année»; 2 «Gold Stevie Awards» (Oscars du monde des affaires), «Les Green Apple Awards» durant 2 années consecutives, «Le Real Innovator Award» de la London Business School ...

A lire aussi


6
Les dernières annonces judiciaires
5
Les dernières annonces légales

Communication financière

Aluminium du Maroc : indicateurs trimestriels au 31 décembre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.