Covid-19. En première ligne, les soignants sont les plus exposés au risque

Les médecins et les soignants en général, ont été informés d'une prochaine distribution de matériel de protection et en particulier de masques FFP2. A ce jour et selon nos constats, il n'y a pas eu de distribution, ou en tous les cas pas d'une ampleur suffisante.

0-https://medias24.com//photos_articles/big/27-03-2020/institutpasteurcasablancaphotomap.jpg-oui
  Covid-19. En première ligne, les soignants sont les plus exposés au risque Equipements de protection à l'Institut Pasteur de Casablanca. (Photo MAP)

Le 27 mars 2020 à 15:49

Modifié le 28 mars 2020 à 08:36

Les conseils régionaux de médecins devaient se charger eux-mêmes de la distribution. Le ministère de la Santé n'a pas communiqué sur le sujet et n'a pas indiqué de date. Jeudi, une source proche nous indiquait qu'une communication était prévue ce vendredi.

Des médecins contactés par nos soins ont fermé leurs cabinets de peur d'une contamination, n'ayant plus de masques disponibles. La plupart ont laissé sur la porte, leur numéro de portable à joindre en cas d'urgence.

Dans le secteur public, les soignants s’inquiètent du risque de propagation du coronavirus au sein du corps hospitalier. Sur les réseaux sociaux, nombreux sont les messages alarmistes qui réclament davantage de protections et d’équipements pour faire face à la menace de la contamination. Cette crainte a été ravivée par l’annonce, dans les médias marocains, de cas de contaminations de médecins et d’infirmiers en contact direct avec les populations à risque. Médias24 a recueilli le témoignage d’un professionnel de la santé.

Au CHU Ibn Rochd, plusieurs services ont été transformés pour s’adapter à la contrainte de la pandémie. Ainsi, 17 nouveaux lits de réanimation ont été équipés de scopes (pour analyser les constantes des patients) et de respirateurs, nous indique notre source.

Toutefois, elle déplore le manque de fournitures nécessaires au respect du protocole de sécurité du corps hospitalier : « bien que les médicaments soient disponibles en quantité suffisante, les sur-blouses, les masques FFP2 et les lunettes ne le sont pas, et l’alcool est régulièrement en rupture. Nous manquons d’équipements de sécurité."

A titre d’exemple, "pour une garde de 12 heures, deux médecins et six infirmiers sont obligés de partager 5 masques FFP2 et 5 casaques chirurgicales. Cette situation nous force à réduire les nombres d’entrées en salle de réanimation, où sont installés les patients atteints du Covid-19, au strict minimum. C’est-à-dire qu’au lieu de plusieurs visites en douze heures, nous sommes contraints de n’en faire que 3 ou 4 pour administrer les soins nécessaires à ces malades, tels que le changer de position ou des couches-culottes des patients anesthésiés ou nourrir ceux éveillés, et pour noter l’évolution des constantes du patient, et seul un infirmier ou un médecin peut entrer pour communiquer ensuite les informations des patients aux autres membres de l’équipe médicale."

Les soignants sont-ils testés systématiquement ?

Les professionnels de la santé ne sont testés que s’ils présentent des symptômes du Covid-19. Et en cas de contamination confirmée, ils sont mis en quarantaine à leurs domiciles.

Notre source vit cette situation avec une certaine anxiété : "le nombre de patients étant amené à s’accroitre, le risque de contamination du personnel médical devient de plus en plus grand. D’autant plus que la salle de réanimation du CHU n’accueille que les cas graves de Covid-19."

Equipements de protection à l'Institut Pasteur de Casablanca.

Covid-19. En première ligne, les soignants sont les plus exposés au risque

Le 27 mars 2020 à16:13

Modifié le 28 mars 2020 à 08:36

Les médecins et les soignants en général, ont été informés d'une prochaine distribution de matériel de protection et en particulier de masques FFP2. A ce jour et selon nos constats, il n'y a pas eu de distribution, ou en tous les cas pas d'une ampleur suffisante.

com_redaction-96

Les conseils régionaux de médecins devaient se charger eux-mêmes de la distribution. Le ministère de la Santé n'a pas communiqué sur le sujet et n'a pas indiqué de date. Jeudi, une source proche nous indiquait qu'une communication était prévue ce vendredi.

Des médecins contactés par nos soins ont fermé leurs cabinets de peur d'une contamination, n'ayant plus de masques disponibles. La plupart ont laissé sur la porte, leur numéro de portable à joindre en cas d'urgence.

Dans le secteur public, les soignants s’inquiètent du risque de propagation du coronavirus au sein du corps hospitalier. Sur les réseaux sociaux, nombreux sont les messages alarmistes qui réclament davantage de protections et d’équipements pour faire face à la menace de la contamination. Cette crainte a été ravivée par l’annonce, dans les médias marocains, de cas de contaminations de médecins et d’infirmiers en contact direct avec les populations à risque. Médias24 a recueilli le témoignage d’un professionnel de la santé.

Au CHU Ibn Rochd, plusieurs services ont été transformés pour s’adapter à la contrainte de la pandémie. Ainsi, 17 nouveaux lits de réanimation ont été équipés de scopes (pour analyser les constantes des patients) et de respirateurs, nous indique notre source.

Toutefois, elle déplore le manque de fournitures nécessaires au respect du protocole de sécurité du corps hospitalier : « bien que les médicaments soient disponibles en quantité suffisante, les sur-blouses, les masques FFP2 et les lunettes ne le sont pas, et l’alcool est régulièrement en rupture. Nous manquons d’équipements de sécurité."

A titre d’exemple, "pour une garde de 12 heures, deux médecins et six infirmiers sont obligés de partager 5 masques FFP2 et 5 casaques chirurgicales. Cette situation nous force à réduire les nombres d’entrées en salle de réanimation, où sont installés les patients atteints du Covid-19, au strict minimum. C’est-à-dire qu’au lieu de plusieurs visites en douze heures, nous sommes contraints de n’en faire que 3 ou 4 pour administrer les soins nécessaires à ces malades, tels que le changer de position ou des couches-culottes des patients anesthésiés ou nourrir ceux éveillés, et pour noter l’évolution des constantes du patient, et seul un infirmier ou un médecin peut entrer pour communiquer ensuite les informations des patients aux autres membres de l’équipe médicale."

Les soignants sont-ils testés systématiquement ?

Les professionnels de la santé ne sont testés que s’ils présentent des symptômes du Covid-19. Et en cas de contamination confirmée, ils sont mis en quarantaine à leurs domiciles.

Notre source vit cette situation avec une certaine anxiété : "le nombre de patients étant amené à s’accroitre, le risque de contamination du personnel médical devient de plus en plus grand. D’autant plus que la salle de réanimation du CHU n’accueille que les cas graves de Covid-19."

A lire aussi


6
Les dernières annonces judiciaires
5
Les dernières annonces légales

Communication financière

Communiqué de mise à jour annuelle du dossier d’information relatif au programme d’émission de B.S.F. de Wafabail

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.