Casa : L'extension de la jetée Moulay Youssef suscite des interrogations, l'ANP répond

Le ministère de l'Equipement a lancé le projet d'extension de la jetée Moulay Youssef à Casablanca. Ce qui a remis aux devants de la scène les critiques des armateurs. L'ANP s'explique. 

0-https://medias24.com//photos_articles/big/20-01-2021/port-casa_845.jpg-oui
Casa : L'extension de la jetée Moulay Youssef suscite des interrogations, l'ANP répond

Le 20 janvier 2021 à 19:00

Modifié le 20 janvier 2021 à 23:10

En juin 2020, les armateurs de la pêche ont tiré la sonnette d'alarme à propos de la dangerosité du nouveau port de pêche qui venait d'être achevé

Le président de la chambre des pêches maritimes de l'Atlantique Nord Kamal Sabri expliquait à Médias24 que "le nouveau port pose un vrai problème de sécurité car il n’est plus protégé de la houle par la jetée Moulay Youssef devenue trop courte. Pour éviter cette exposition à la houle, l’ANP aurait dû faire une extension de cette jetée avant de construire le port à l'intérieur d'une zone protégée par cette même digue".

La Jetée Moulay Youssef est une structure centenaire de longueur totale de 3.180 m, plus un prolongement submergé arasé à la côte -7,00 m (ZH) d’environ 400 m.

"Si le risque est plus grand, c’est parce que l'entrée du port est désormais à 200 m de la côte, alors que l’ancien était situé à 1 kilomètre", insistait Kamal Sabri.

A ces critiques, la Directrice Générale de l'ANP rétorquait, "A l’ANP, nos ingénieurs travaillent dans les règles de l’art et par conséquent, il n'y a ni malformation ni défaut de conception dans le nouveau port de Casablanca. Je ne veux pas m’étendre car c'est un débat stérile qui ne mérite pas d'être tenu en ce moment. Tout ce que je peux dire c'est qu’il n’a jamais été question d’étendre la jetée Moulay Youssef". 

Le prolongement de la jetée programmé en 2021

Six mois après ces déclarations, la direction Provinciale de Casablanca du ministère de l'Equipement lance un appel d'offres pour des "travaux de prolongement de la jetée Moulay Youssef au port de Casablanca" dont l'ouverture des plis est programmée pour le 9 mars 2021. Le budget estimatif de cet ouvrage est de près de 950 MDH.

Sur le cahier des prescriptions spéciales (CPS du marché consulté par Médias24), on peut lire que "le Plan Directeur Portuaire National (PDPN), élaboré en 2011, avait prévu, pour le Port de Casablanca, plusieurs nouveaux terminaux et quais, pour lesquels le prolongement de la Jetée Moulay Youssef s'avérait nécessaire, afin d'améliorer les conditions d'accès et d'accostage des navires". 

Le scénario d’extension de la jetée consiste en son prolongement sur une longueur de 400 mètres. "La structure de prolongement est une digue à talus protégée côté mer par une carapace en blocs cubiques (...) surmontée par une dalle et un mur de couronnement en béton. Coté intérieur la protection est assurée par des blocs cubiques".  

Dans le CPS, il est indiqué que "l'entrepreneur prendra toutes les dispositions nécessaires pour terminer les travaux dans un délai de quarante-huit (48) mois". 

Aussi, à peine livré après cinq ans de travaux, le nouveau port de pêche devra fonctionner en cohabitation avec des travaux pour l'extension de la jetée qui prendront, eux, 4 ans si l'agenda est respecté. 

Ce qui soulève une interrogation principale. Pourquoi le prolongement de la jetée Moulay Youssef n'a pas été programmé plus tôt, puisque cela était nécessaire comme le prévoyait le Plan Directeur Portuaire National (PDPN) élaboré en 2011 ? Ou du moins en même temps que le projet de construction du nouveau port de pêche et du chantier naval ? N'y avait-il aucun moyen d'anticiper cette problématique et d’éviter la situation actuelle ?

Médias24 a contacté l'Agence Nationale des Ports (ANP) pour tirer au clair ce grand cafouillage, d'autant plus que la directrice générale de l'agence affirmait sur nos colonnes il y a six mois "qu’il n’a jamais été question d’étendre la jetée Moulay Youssef". 

"Mes propos était relatifs au port de pêche. Ce que j'avais dit, c'est que pour le port de pêche le prolongement de la jetée n'était pas utile. Le port de pêche dispose de sa digue et sa contre-digue. Il est déjà protégé et le prolongement programmé viendra le protéger davantage. L'investissement d'un milliard de DH est conséquent et répond donc aux besoins de l'ensemble des composantes du port de Casablanca", s'explique la directrice générale de l'ANP, Nadia Laraki. 

"Un projet dont la vocation est d'accompagner le développement du port dans son ensemble"

En ce qui concerne le projet de prolongement de la jetée, Nadia Laraki nous apporte plusieurs éclairages. "La genèse du prolongement de le jetée remonte à bien avant le projet du nouveau port de pêche. Elle remonte au moment de la mise en service du terminal à conteneurs de Casablanca et d'un certain nombre de nouvelles infrastructures. Le prolongement s'explique par la nécessité d'accompagner le développement du port de Casablanca comme pour d'autres ports du Royaume qui ont connu des extensions et qui ont pratiquement doublé leur capacité, ainsi que la nécessité d'assurer aux navires qui sont de plus en plus grands des accès sécurisés", précise-t-elle. 

"En 2015, nous avons lancé les appels d'offres pour le démarrage des études de prolongement des digues de trois sites en même temps : Casablanca, Mohammedia et Jorf Lasfar. L'objectif était d'avoir les études prêtes et à disposition pour rapidement activer les projets quand il sera possible de les budgétiser", ajoute notre interlocutrice. 

"Ces études sont aujourd'hui terminées et le ministère a programmé pour l'année 2021 le début des travaux de prolongement de la jetée de Moulay Youssef objet de l'appel d'offres paru dans la presse", poursuit-elle. 

"Ce prolongement va non seulement répondre au besoin initial à savoir l'amélioration de l'exploitation au niveau des terminaux à conteneurs, mais il va en même temps mieux protéger le port de pêche, la zone navale et surtout le terminal de croisière", concède notre interlocutrice qui insiste toutefois sur le fait qu'il n'y a jamais eu aucun danger au niveau de l'actuel port de pêche. "Ceci étant, cela ne veut pas dire que les accès au port de pêche sont difficiles", nous explique-t-elle. 

La directrice générale de l'ANP nous explique aussi que les projets de prolongement des jetées et digues sont déconnectés des autres projets effectués dans le cadre du programme Wessal.

Les projets programmés selon les priorités

D'un autre côté, dans la mesure où ce sont des projets d'extension d'infrastructures de protection, leur financement relève exclusivement de l'Etat. L'ANP, elle, participe à l'investissement des infrastructures à l'intérieur des ports. 

Autrement dit, c'est le ministère de l'Equipement qui gère les priorités en fonction de son programme d'investissement et des budgets disponibles. 

"Nous avons aujourd'hui deux priorités : Casablanca et Jorf Lasfar. Nous avons démarré par Casablanca parce que l'urgence est aujourd'hui avérée. Et juste après, nous enchainerons sur l'extension des infrastructures de protection du port de Jorf Lasfar", affirme Nadia Laraki. 

En ce qui concerne les perturbations qu'occasionneront les travaux de prolongement de la digue, la DG de l'ANP promet de tout faire "pour que les travaux d'extension ne perturbent pas la bonne marche de l'exploitation du port.

"Nous avons fait de la continuité d'exploitation une exigence dans le cahier des charges de l'appel d'offres. L'entreprise qui mènera les travaux est amenée à ne pas gêner l'exploitation du port. On s'adaptera", assure Nadia Laraki.

Casa : L'extension de la jetée Moulay Youssef suscite des interrogations, l'ANP répond

Le 20 janvier 2021 à19:01

Modifié le 20 janvier 2021 à 23:10

Le ministère de l'Equipement a lancé le projet d'extension de la jetée Moulay Youssef à Casablanca. Ce qui a remis aux devants de la scène les critiques des armateurs. L'ANP s'explique. 

com_redaction-29

En juin 2020, les armateurs de la pêche ont tiré la sonnette d'alarme à propos de la dangerosité du nouveau port de pêche qui venait d'être achevé

Le président de la chambre des pêches maritimes de l'Atlantique Nord Kamal Sabri expliquait à Médias24 que "le nouveau port pose un vrai problème de sécurité car il n’est plus protégé de la houle par la jetée Moulay Youssef devenue trop courte. Pour éviter cette exposition à la houle, l’ANP aurait dû faire une extension de cette jetée avant de construire le port à l'intérieur d'une zone protégée par cette même digue".

La Jetée Moulay Youssef est une structure centenaire de longueur totale de 3.180 m, plus un prolongement submergé arasé à la côte -7,00 m (ZH) d’environ 400 m.

"Si le risque est plus grand, c’est parce que l'entrée du port est désormais à 200 m de la côte, alors que l’ancien était situé à 1 kilomètre", insistait Kamal Sabri.

A ces critiques, la Directrice Générale de l'ANP rétorquait, "A l’ANP, nos ingénieurs travaillent dans les règles de l’art et par conséquent, il n'y a ni malformation ni défaut de conception dans le nouveau port de Casablanca. Je ne veux pas m’étendre car c'est un débat stérile qui ne mérite pas d'être tenu en ce moment. Tout ce que je peux dire c'est qu’il n’a jamais été question d’étendre la jetée Moulay Youssef". 

Le prolongement de la jetée programmé en 2021

Six mois après ces déclarations, la direction Provinciale de Casablanca du ministère de l'Equipement lance un appel d'offres pour des "travaux de prolongement de la jetée Moulay Youssef au port de Casablanca" dont l'ouverture des plis est programmée pour le 9 mars 2021. Le budget estimatif de cet ouvrage est de près de 950 MDH.

Sur le cahier des prescriptions spéciales (CPS du marché consulté par Médias24), on peut lire que "le Plan Directeur Portuaire National (PDPN), élaboré en 2011, avait prévu, pour le Port de Casablanca, plusieurs nouveaux terminaux et quais, pour lesquels le prolongement de la Jetée Moulay Youssef s'avérait nécessaire, afin d'améliorer les conditions d'accès et d'accostage des navires". 

Le scénario d’extension de la jetée consiste en son prolongement sur une longueur de 400 mètres. "La structure de prolongement est une digue à talus protégée côté mer par une carapace en blocs cubiques (...) surmontée par une dalle et un mur de couronnement en béton. Coté intérieur la protection est assurée par des blocs cubiques".  

Dans le CPS, il est indiqué que "l'entrepreneur prendra toutes les dispositions nécessaires pour terminer les travaux dans un délai de quarante-huit (48) mois". 

Aussi, à peine livré après cinq ans de travaux, le nouveau port de pêche devra fonctionner en cohabitation avec des travaux pour l'extension de la jetée qui prendront, eux, 4 ans si l'agenda est respecté. 

Ce qui soulève une interrogation principale. Pourquoi le prolongement de la jetée Moulay Youssef n'a pas été programmé plus tôt, puisque cela était nécessaire comme le prévoyait le Plan Directeur Portuaire National (PDPN) élaboré en 2011 ? Ou du moins en même temps que le projet de construction du nouveau port de pêche et du chantier naval ? N'y avait-il aucun moyen d'anticiper cette problématique et d’éviter la situation actuelle ?

Médias24 a contacté l'Agence Nationale des Ports (ANP) pour tirer au clair ce grand cafouillage, d'autant plus que la directrice générale de l'agence affirmait sur nos colonnes il y a six mois "qu’il n’a jamais été question d’étendre la jetée Moulay Youssef". 

"Mes propos était relatifs au port de pêche. Ce que j'avais dit, c'est que pour le port de pêche le prolongement de la jetée n'était pas utile. Le port de pêche dispose de sa digue et sa contre-digue. Il est déjà protégé et le prolongement programmé viendra le protéger davantage. L'investissement d'un milliard de DH est conséquent et répond donc aux besoins de l'ensemble des composantes du port de Casablanca", s'explique la directrice générale de l'ANP, Nadia Laraki. 

"Un projet dont la vocation est d'accompagner le développement du port dans son ensemble"

En ce qui concerne le projet de prolongement de la jetée, Nadia Laraki nous apporte plusieurs éclairages. "La genèse du prolongement de le jetée remonte à bien avant le projet du nouveau port de pêche. Elle remonte au moment de la mise en service du terminal à conteneurs de Casablanca et d'un certain nombre de nouvelles infrastructures. Le prolongement s'explique par la nécessité d'accompagner le développement du port de Casablanca comme pour d'autres ports du Royaume qui ont connu des extensions et qui ont pratiquement doublé leur capacité, ainsi que la nécessité d'assurer aux navires qui sont de plus en plus grands des accès sécurisés", précise-t-elle. 

"En 2015, nous avons lancé les appels d'offres pour le démarrage des études de prolongement des digues de trois sites en même temps : Casablanca, Mohammedia et Jorf Lasfar. L'objectif était d'avoir les études prêtes et à disposition pour rapidement activer les projets quand il sera possible de les budgétiser", ajoute notre interlocutrice. 

"Ces études sont aujourd'hui terminées et le ministère a programmé pour l'année 2021 le début des travaux de prolongement de la jetée de Moulay Youssef objet de l'appel d'offres paru dans la presse", poursuit-elle. 

"Ce prolongement va non seulement répondre au besoin initial à savoir l'amélioration de l'exploitation au niveau des terminaux à conteneurs, mais il va en même temps mieux protéger le port de pêche, la zone navale et surtout le terminal de croisière", concède notre interlocutrice qui insiste toutefois sur le fait qu'il n'y a jamais eu aucun danger au niveau de l'actuel port de pêche. "Ceci étant, cela ne veut pas dire que les accès au port de pêche sont difficiles", nous explique-t-elle. 

La directrice générale de l'ANP nous explique aussi que les projets de prolongement des jetées et digues sont déconnectés des autres projets effectués dans le cadre du programme Wessal.

Les projets programmés selon les priorités

D'un autre côté, dans la mesure où ce sont des projets d'extension d'infrastructures de protection, leur financement relève exclusivement de l'Etat. L'ANP, elle, participe à l'investissement des infrastructures à l'intérieur des ports. 

Autrement dit, c'est le ministère de l'Equipement qui gère les priorités en fonction de son programme d'investissement et des budgets disponibles. 

"Nous avons aujourd'hui deux priorités : Casablanca et Jorf Lasfar. Nous avons démarré par Casablanca parce que l'urgence est aujourd'hui avérée. Et juste après, nous enchainerons sur l'extension des infrastructures de protection du port de Jorf Lasfar", affirme Nadia Laraki. 

En ce qui concerne les perturbations qu'occasionneront les travaux de prolongement de la digue, la DG de l'ANP promet de tout faire "pour que les travaux d'extension ne perturbent pas la bonne marche de l'exploitation du port.

"Nous avons fait de la continuité d'exploitation une exigence dans le cahier des charges de l'appel d'offres. L'entreprise qui mènera les travaux est amenée à ne pas gêner l'exploitation du port. On s'adaptera", assure Nadia Laraki.

A lire aussi


6
Les dernières annonces judiciaires
5
Les dernières annonces légales

Communication financière

Microdata - Indicateurs financiers trimestriels T4 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.