Beni Mellal-Khénifra: le manque d'eau inquiète

Après deux années de sécheresse, la problématique de l'eau est plus que jamais d'actualité dans différentes régions du Maroc, notamment à Beni Mellal-Khénifra, connue pourtant pour sa richesse en eau et en sites naturels. 

0-https://medias24.com//photos_articles/big/14-10-2020/situation-hydrique-a-Doukkala-Wikimedia-Commons-1.jpg-oui
Beni Mellal-Khénifra : Le manque d'eau inquiète

Le 14 octobre 2020 à 18:00

Modifié le 15 octobre 2020 à 12:00

La rareté des ressources hydriques au Maroc est devenue une réalité probante. Les régions les plus concernées sont Souss-Massa, El Haouz et Doukkala.

Cette pénurie commence également à se faire sentir dans la région de Beni Mellal-Khénitra, longtemps connue pour sa richesse en eau, et pour le rôle important qu'elle joue dans la production agricole nationale. 

En effet, les ressources en eau du bassin hydraulique de l'Oum Er Rabia, qui alimentent la région, se font de plus en plus rares, en raison de plusieurs facteurs, dont les changements climatiques, la surexploitation, la sécheresse et la pollution.  

Présentation de la région

Pour comprendre la situation hydrologique actuelle de la région, commençons par la présenter. Beni Mellal-Khénifra se situe au centre du Maroc. Née du découpage régional de 2015, elle regroupe cinq provinces: Azilal, Béni Mellal, Fquih Ben Salah, Khénifra et Khouribga. Mais le chef-lieu de la région est la province de Béni Mellal.

Provinces de la région de Beni Mellal-Khénifra.
Source: Ministère de l'Intérieur

Des barrages quasi vides 

Cette région est irriguée par un cours d’eau principal qui est Oued Oum Er-Rbia et ses affluents (Oued Derna, Oued El Abid, Oued Lakhdar et Oued Tassout).

Le territoire de la région se trouve à 80% au niveau du bassin versant d’Oum Er Rbia, et le reste, qui correspond à la zone nord de la région, se trouve au niveau du bassin versant de Bouregreg.

L’Oued Oum Er-Rbia s’alimente principalement du Moyen Atlas où les précipitations sont, en temps normal, importantes. Il a longtemps été connu pour être le cours d'eau le plus régulier du pays. Mais après deux années successives de sécheresse, sa situation se dégrade, et les barrages alimentés par ce fleuve commencent à se vider, ce qui représente un énorme risque pour l'une des principales régions agricoles du pays, tant sur le rendement, que sur les emplois.

La région Béni Mellal-Khénifra compte 15 barrages. Les neuf principaux gérés par l'Agence du bassin hydraulique de l'Oum Er-Rabia (Abhoer) disposaient, au 30 septembre 2020, d’une réserve totale de 809,8 Mm3 sur une capacité totale de 4.943,8 Mm3, soit un taux de remplissage de 16,4%, selon les derniers chiffres publiés par l'Agence.

Une année auparavant, ce chiffre était de 1.460,7 Mm3 (un taux de remplissage de 29,5%), soit une régression de 13,1 points

Situation des réserves d'eau stockée au 30 septembre 2020.
Source: Abhoer. 

Médias24 a calculé le taux de remplissage de ces neuf barrages au 14 octobre 2020, sur la base des chiffres quotidiens du département ministériel chargé de l'Eau (tableau ci-dessous). 

Situation des réserves d'eau enregistrée au 14 octobre 2020, Médias24

Nous remarquons que ceux-ci continuent à se vider, affichant un taux de remplissage de 15,64% (contre 28,55% à la même période de 2019). Les réserves totales, elles, sont passées à 773,4 Mm3. 

Les trois plus grands barrages de la région, à savoir Al Massira (2.657 Mm3), Bin El Ouidane (1.215,5 Mm3) et Ahmed El Hanssali (668,2 Mm3) affichent des taux de remplissage très faibles, respectivement de 13%, 20,9% et 13,2%. 

Voici par ailleurs une carte de Médias24 sur la situation des barrages dans cette zone, au 13 octobre 2020:

Une pluviométrie pas très clémente 

La réduction des réserves des barrages est principalement due à la sécheresse et à l'exploitation anarchique des ressources en eau. Il s'agit d'un constat propre au pays dans sa globalité et non à la seule région.

La pluviométrie moyenne annuelle à Beni Mellal-Khénifra est estimée à 300 mm, selon l'Office régional de mise en valeur agricole de Tadla. Mais la région connaît d'importantes variations ces dernières années. Les précipitations enregistrées en 2020 sont très faibles par rapport à celles de l'an passé. L'Abhoer a récemment publié les statistiques relatives à la situation hydrologique au mois de septembre 2020, et il en ressort que: 

- Les pluies enregistrées à Beni Mellal durant ce mois s'élèvent à 27,50 mm contre 218,5 mm en septembre 2019, avec des précipitations moyennes de 88,12 mm;

- Les pluies enregistrées à Azilal s'élèvent à 61,40 mm contre 180,20 mm en septembre 2019, avec des précipitations moyennes de 161,85 mm;

- Les pluies enregistrées à Khouribga s'élèvent seulement à 7,1 mm contre 89 mm en septembre 2019, avec des précipitations moyennes de 91,07 mm.

Situation hydrologique de l'Abhoer au mois de septembre 2020, 
comparée aux précipitations moyennes du mois de septembre et à celles
de septembre 2019. Source: Abhoer. 

Inquiétudes pour la nouvelle saison agricole

Malgré le discours rassurant tenu par le ministère de l'Agriculture au sujet de la campagne agricole 2020-2021, celle-ci s'annonce difficile, selon différents acteurs contactés par nos soins dans des articles précédents. 

Les indicateurs ci-dessus confirment que la situation sera également délicate à Beni Mellal-Khénifra, où l’agriculture joue un rôle important dans son économie.

En effet, l'activité agricole constitue, à côté de l’élevage, la principale source d’emplois dans le milieu rural de la région. Une agriculture dominée par la production céréalière (environ 70% de la production de la région), qui reste étroitement liée aux conditions climatiques.

La région est également connue par la production de betteraves, d’olives, d'agrumes, et par le maraîchage. 

La superficie agricole utile de Beni Mellal-Khénifra s'élève à environ 259.600 Ha selon l'ORMVAT, dont 49% sont irrigués. 

Notons toutefois que sur les 9 barrages gérés par l'Abhoer, 7 sont notamment utilisés dans l'irrigation (Bin El Ouidane, Hassan 1er, Sidi Driss, Moulay Youssef, Ahmed El Hanssali, Ait Messoud et Al Massira). Ceux-ci affichent un taux de remplissage très faible: 15,51%, avec des réserves de 767,1 Mm3, sur une capacité totale de 4.935,9 Mm3.

Production végétale en irrigué dans la région de Beni Mellal-Khénifra 
Source: ORMVAT, Monographie de la région pour l'année 2019

La qualité des ressources en eau souterraines se dégrade

La zone d’action de l’Agence du bassin hydraulique de l’Oum-Er-Rbia recèle des ressources en eaux souterraines importantes, dont les principales sont : le Turonien de Tadla, l’Eocène de Tadla, Tessaout-Aval, Béni-Amir, Béni-Moussa-ouest, Béni Moussa-Est (Dir), la Bahira, les Doukkala, le Sahel, Khémisset Chaouia et le Dogger d’Azilal.

Selon le site web de l'Abhoer, la qualité de ces eaux se dégrade continuellement. Les taux de nitrates observés ne cessent d'évoluer pour atteindre des niveaux préoccupants. S’ajoute à cela l’observation des taux élevés en salinité dans certaines nappes (Béni-Amir et Béni-Moussa-ouest ).

Pour ce qui est des eaux superficielles, toujours selon la même source, la qualité est généralement bonne en amont du bassin (amont Khénifra) et elle est dégradée en aval à cause de tous les rejets urbains ou industriels. 

Malgré nos nombreuses tentatives de les joindre, afin de connaître la situation actuelle de ces ressources, les responsables de l'Abhoer sont restés injoignables. 

Eau potable: plusieurs projets en cours 

De nombreux projets ont été lancés dans la région de Beni Mellal-Khénifra en début d'année afin d'assurer l'approvisionnement en eau potable, pour un coût total de 1,17 MMDH. Il s'agit notamment de: 

- la mise en œuvre de deux grands barrages (Tagzirth et Tioughza) d'une capacité de 85 millions de m3, pour un coût global estimé à 900 millions de DH;

- l'achèvement de 61 petits barrages, répartis comme suit dans la région : 27 dans la province d'Azilal, 10 dans la province de Béni Mellal, 20 dans la province de Khénifra, 3 barrages dans la province de Khouribga et un petit barrage dans la province de Fkih Ben Saleh. Ces projets nécessitent un budget de 260 MDH.

- la mise sur pied de projets structurants dans la région. Ces derniers visent le renforcement de la production des stations de traitement des eaux usées et des canaux d'approvisionnement, ainsi que la sécurisation des réseaux de l'Office national de l'électricité et de l'eau potable (ONEE) au niveau des villes et des centres de la région.

Beni Mellal-Khénifra: le manque d'eau inquiète

Le 14 octobre 2020 à18:38

Modifié le 15 octobre 2020 à 12:00

Après deux années de sécheresse, la problématique de l'eau est plus que jamais d'actualité dans différentes régions du Maroc, notamment à Beni Mellal-Khénifra, connue pourtant pour sa richesse en eau et en sites naturels. 

com_redaction-43

La rareté des ressources hydriques au Maroc est devenue une réalité probante. Les régions les plus concernées sont Souss-Massa, El Haouz et Doukkala.

Cette pénurie commence également à se faire sentir dans la région de Beni Mellal-Khénitra, longtemps connue pour sa richesse en eau, et pour le rôle important qu'elle joue dans la production agricole nationale. 

En effet, les ressources en eau du bassin hydraulique de l'Oum Er Rabia, qui alimentent la région, se font de plus en plus rares, en raison de plusieurs facteurs, dont les changements climatiques, la surexploitation, la sécheresse et la pollution.  

Présentation de la région

Pour comprendre la situation hydrologique actuelle de la région, commençons par la présenter. Beni Mellal-Khénifra se situe au centre du Maroc. Née du découpage régional de 2015, elle regroupe cinq provinces: Azilal, Béni Mellal, Fquih Ben Salah, Khénifra et Khouribga. Mais le chef-lieu de la région est la province de Béni Mellal.

Provinces de la région de Beni Mellal-Khénifra.
Source: Ministère de l'Intérieur

Des barrages quasi vides 

Cette région est irriguée par un cours d’eau principal qui est Oued Oum Er-Rbia et ses affluents (Oued Derna, Oued El Abid, Oued Lakhdar et Oued Tassout).

Le territoire de la région se trouve à 80% au niveau du bassin versant d’Oum Er Rbia, et le reste, qui correspond à la zone nord de la région, se trouve au niveau du bassin versant de Bouregreg.

L’Oued Oum Er-Rbia s’alimente principalement du Moyen Atlas où les précipitations sont, en temps normal, importantes. Il a longtemps été connu pour être le cours d'eau le plus régulier du pays. Mais après deux années successives de sécheresse, sa situation se dégrade, et les barrages alimentés par ce fleuve commencent à se vider, ce qui représente un énorme risque pour l'une des principales régions agricoles du pays, tant sur le rendement, que sur les emplois.

La région Béni Mellal-Khénifra compte 15 barrages. Les neuf principaux gérés par l'Agence du bassin hydraulique de l'Oum Er-Rabia (Abhoer) disposaient, au 30 septembre 2020, d’une réserve totale de 809,8 Mm3 sur une capacité totale de 4.943,8 Mm3, soit un taux de remplissage de 16,4%, selon les derniers chiffres publiés par l'Agence.

Une année auparavant, ce chiffre était de 1.460,7 Mm3 (un taux de remplissage de 29,5%), soit une régression de 13,1 points

Situation des réserves d'eau stockée au 30 septembre 2020.
Source: Abhoer. 

Médias24 a calculé le taux de remplissage de ces neuf barrages au 14 octobre 2020, sur la base des chiffres quotidiens du département ministériel chargé de l'Eau (tableau ci-dessous). 

Situation des réserves d'eau enregistrée au 14 octobre 2020, Médias24

Nous remarquons que ceux-ci continuent à se vider, affichant un taux de remplissage de 15,64% (contre 28,55% à la même période de 2019). Les réserves totales, elles, sont passées à 773,4 Mm3. 

Les trois plus grands barrages de la région, à savoir Al Massira (2.657 Mm3), Bin El Ouidane (1.215,5 Mm3) et Ahmed El Hanssali (668,2 Mm3) affichent des taux de remplissage très faibles, respectivement de 13%, 20,9% et 13,2%. 

Voici par ailleurs une carte de Médias24 sur la situation des barrages dans cette zone, au 13 octobre 2020:

Une pluviométrie pas très clémente 

La réduction des réserves des barrages est principalement due à la sécheresse et à l'exploitation anarchique des ressources en eau. Il s'agit d'un constat propre au pays dans sa globalité et non à la seule région.

La pluviométrie moyenne annuelle à Beni Mellal-Khénifra est estimée à 300 mm, selon l'Office régional de mise en valeur agricole de Tadla. Mais la région connaît d'importantes variations ces dernières années. Les précipitations enregistrées en 2020 sont très faibles par rapport à celles de l'an passé. L'Abhoer a récemment publié les statistiques relatives à la situation hydrologique au mois de septembre 2020, et il en ressort que: 

- Les pluies enregistrées à Beni Mellal durant ce mois s'élèvent à 27,50 mm contre 218,5 mm en septembre 2019, avec des précipitations moyennes de 88,12 mm;

- Les pluies enregistrées à Azilal s'élèvent à 61,40 mm contre 180,20 mm en septembre 2019, avec des précipitations moyennes de 161,85 mm;

- Les pluies enregistrées à Khouribga s'élèvent seulement à 7,1 mm contre 89 mm en septembre 2019, avec des précipitations moyennes de 91,07 mm.

Situation hydrologique de l'Abhoer au mois de septembre 2020, 
comparée aux précipitations moyennes du mois de septembre et à celles
de septembre 2019. Source: Abhoer. 

Inquiétudes pour la nouvelle saison agricole

Malgré le discours rassurant tenu par le ministère de l'Agriculture au sujet de la campagne agricole 2020-2021, celle-ci s'annonce difficile, selon différents acteurs contactés par nos soins dans des articles précédents. 

Les indicateurs ci-dessus confirment que la situation sera également délicate à Beni Mellal-Khénifra, où l’agriculture joue un rôle important dans son économie.

En effet, l'activité agricole constitue, à côté de l’élevage, la principale source d’emplois dans le milieu rural de la région. Une agriculture dominée par la production céréalière (environ 70% de la production de la région), qui reste étroitement liée aux conditions climatiques.

La région est également connue par la production de betteraves, d’olives, d'agrumes, et par le maraîchage. 

La superficie agricole utile de Beni Mellal-Khénifra s'élève à environ 259.600 Ha selon l'ORMVAT, dont 49% sont irrigués. 

Notons toutefois que sur les 9 barrages gérés par l'Abhoer, 7 sont notamment utilisés dans l'irrigation (Bin El Ouidane, Hassan 1er, Sidi Driss, Moulay Youssef, Ahmed El Hanssali, Ait Messoud et Al Massira). Ceux-ci affichent un taux de remplissage très faible: 15,51%, avec des réserves de 767,1 Mm3, sur une capacité totale de 4.935,9 Mm3.

Production végétale en irrigué dans la région de Beni Mellal-Khénifra 
Source: ORMVAT, Monographie de la région pour l'année 2019

La qualité des ressources en eau souterraines se dégrade

La zone d’action de l’Agence du bassin hydraulique de l’Oum-Er-Rbia recèle des ressources en eaux souterraines importantes, dont les principales sont : le Turonien de Tadla, l’Eocène de Tadla, Tessaout-Aval, Béni-Amir, Béni-Moussa-ouest, Béni Moussa-Est (Dir), la Bahira, les Doukkala, le Sahel, Khémisset Chaouia et le Dogger d’Azilal.

Selon le site web de l'Abhoer, la qualité de ces eaux se dégrade continuellement. Les taux de nitrates observés ne cessent d'évoluer pour atteindre des niveaux préoccupants. S’ajoute à cela l’observation des taux élevés en salinité dans certaines nappes (Béni-Amir et Béni-Moussa-ouest ).

Pour ce qui est des eaux superficielles, toujours selon la même source, la qualité est généralement bonne en amont du bassin (amont Khénifra) et elle est dégradée en aval à cause de tous les rejets urbains ou industriels. 

Malgré nos nombreuses tentatives de les joindre, afin de connaître la situation actuelle de ces ressources, les responsables de l'Abhoer sont restés injoignables. 

Eau potable: plusieurs projets en cours 

De nombreux projets ont été lancés dans la région de Beni Mellal-Khénifra en début d'année afin d'assurer l'approvisionnement en eau potable, pour un coût total de 1,17 MMDH. Il s'agit notamment de: 

- la mise en œuvre de deux grands barrages (Tagzirth et Tioughza) d'une capacité de 85 millions de m3, pour un coût global estimé à 900 millions de DH;

- l'achèvement de 61 petits barrages, répartis comme suit dans la région : 27 dans la province d'Azilal, 10 dans la province de Béni Mellal, 20 dans la province de Khénifra, 3 barrages dans la province de Khouribga et un petit barrage dans la province de Fkih Ben Saleh. Ces projets nécessitent un budget de 260 MDH.

- la mise sur pied de projets structurants dans la région. Ces derniers visent le renforcement de la production des stations de traitement des eaux usées et des canaux d'approvisionnement, ainsi que la sécurisation des réseaux de l'Office national de l'électricité et de l'eau potable (ONEE) au niveau des villes et des centres de la région.

A lire aussi


6
Les dernières annonces judiciaires
5
Les dernières annonces légales

Communication financière

IMMOLOG : Avis de Réunion_2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.