Avant l'Etat marocain, 3 sociétés étrangères ont cherché à louer les cuves Samir

Avant la demande effectuée par l'Etat marocain, trois offres étrangères, venues du secteur privé, ont été présentées au tribunal de commerce de Casablanca pour louer les capacités de stockage de la Samir. Voilà de quoi il s'agit.

0-https://medias24.com//photos_articles/big/18-05-2020/Tribunal-de-commerce--Casa061.jpg-oui
Avant l'Etat marocain, 3 sociétés étrangères ont cherché à louer les cuves Samir

Le 18 mai 2020 à 20:51

Modifié le 19 mai 2020 à 09:16

Le Maroc n'est pas le seul pays à penser à renforcer ses réserves stratégiques.

Avant que la requête marocaine ne soit déposée au tribunal de commerce de Casablanca, la Jordanie a mené une démarche similaire pour son marché intérieur. Il s'agit pour Amman, d'augmenter ses réserves stratégiques au maximum en profitant du prix bas des hydrocarbures sur le marché international.

La Jordanie est en train d'effectuer des achats au prix actuel par des contrats à terme, démarche dont elle escompte une réduction de 50% de sa facture pétrolière de l'année.

Plus près de nous, à Casablanca, la crise internationale a rendu le stockage plus stratégique que le produit lui-même. Le syndic de liquidation de la Samir a reçu les trois offres suivantes, toutes rejetées:

- Société "NEFTAN" : Selon nos recherches, il s'agit peut-être de la société biélorusse JSC Naftan, une compagnie pétrolière qui opère également dans le raffinage.

Dans les documents judiciaires marocains, elle est inscrite sous l'appellation "Neftan". Nous n'avons pas pu identifier de société pétrolière répondant à l'appellation NEFTAN.

Quoi qu'il en soit, cette société a écrit au syndic chargé de la liquidation de la Samir, en date du 22 avril 2020. L'objectif était de louer une capacité de stockage comprise entre 130.000 et 2 millions de m3. Elle a demandé au syndic de lui fournir un projet de contrat ainsi que de répondre à différentes questions d'ordre technique et financier. Le syndic lui a fourni les réponses demandées, grâce aux équipes de la Samir et lui a demandé de présenter elle-même une proposition financière. Il n'y a pas eu de suite à date.

- Société VERNES – PARTNERS de Genève, affirmant agir au nom de Shell International. Vernes-Partners est représentée au Maroc par Mohamed Krimi, ancien syndic de liquidation de la Samir

Elle a proposé par une lettre datée du 28 avril, de louer une capacité de 700.000 m3 proposant un loyer mensuel de 30 dollars/baril. Elle a proposé un contrat de six mois renouvelable et signé un accord de confidentialité.

- Société SOCAR. C'est la compagnie pétrolière d'Etat de l'Azerbaidjan. Son courrier consistait en fait en une manifestation d'intérêt pour la location, sans aucune autre précision.

Le tribunal de commerce a considéré qu'aucun de ces candidats n'a fait d'offre à la hauteur des attentes marocaines ni présenté une proposition précise.

>>Lire aussi : La Samir : Les contours du futur contrat de location avec l'Etat

Avant l'Etat marocain, 3 sociétés étrangères ont cherché à louer les cuves Samir

Le 18 mai 2020 à21:02

Modifié le 19 mai 2020 à 09:16

Avant la demande effectuée par l'Etat marocain, trois offres étrangères, venues du secteur privé, ont été présentées au tribunal de commerce de Casablanca pour louer les capacités de stockage de la Samir. Voilà de quoi il s'agit.

Le Maroc n'est pas le seul pays à penser à renforcer ses réserves stratégiques.

Avant que la requête marocaine ne soit déposée au tribunal de commerce de Casablanca, la Jordanie a mené une démarche similaire pour son marché intérieur. Il s'agit pour Amman, d'augmenter ses réserves stratégiques au maximum en profitant du prix bas des hydrocarbures sur le marché international.

La Jordanie est en train d'effectuer des achats au prix actuel par des contrats à terme, démarche dont elle escompte une réduction de 50% de sa facture pétrolière de l'année.

Plus près de nous, à Casablanca, la crise internationale a rendu le stockage plus stratégique que le produit lui-même. Le syndic de liquidation de la Samir a reçu les trois offres suivantes, toutes rejetées:

- Société "NEFTAN" : Selon nos recherches, il s'agit peut-être de la société biélorusse JSC Naftan, une compagnie pétrolière qui opère également dans le raffinage.

Dans les documents judiciaires marocains, elle est inscrite sous l'appellation "Neftan". Nous n'avons pas pu identifier de société pétrolière répondant à l'appellation NEFTAN.

Quoi qu'il en soit, cette société a écrit au syndic chargé de la liquidation de la Samir, en date du 22 avril 2020. L'objectif était de louer une capacité de stockage comprise entre 130.000 et 2 millions de m3. Elle a demandé au syndic de lui fournir un projet de contrat ainsi que de répondre à différentes questions d'ordre technique et financier. Le syndic lui a fourni les réponses demandées, grâce aux équipes de la Samir et lui a demandé de présenter elle-même une proposition financière. Il n'y a pas eu de suite à date.

- Société VERNES – PARTNERS de Genève, affirmant agir au nom de Shell International. Vernes-Partners est représentée au Maroc par Mohamed Krimi, ancien syndic de liquidation de la Samir

Elle a proposé par une lettre datée du 28 avril, de louer une capacité de 700.000 m3 proposant un loyer mensuel de 30 dollars/baril. Elle a proposé un contrat de six mois renouvelable et signé un accord de confidentialité.

- Société SOCAR. C'est la compagnie pétrolière d'Etat de l'Azerbaidjan. Son courrier consistait en fait en une manifestation d'intérêt pour la location, sans aucune autre précision.

Le tribunal de commerce a considéré qu'aucun de ces candidats n'a fait d'offre à la hauteur des attentes marocaines ni présenté une proposition précise.

>>Lire aussi : La Samir : Les contours du futur contrat de location avec l'Etat

A lire aussi


Communication financière

SOTHEMA : Communiqué Post Conseil d’Administration « Indicateurs Financiers S1 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.