Arrêt de l'irrigation à El Guerdane : Léger soulagement après les dernières pluies

Après l’amélioration des réserves d’eau dans le barrage d’Aoulouz, la commission régionale de l’eau de Souss-Massa a décidé de consacrer une dotation de 450 000 m3 d’eau au projet d’El Guerdane pour l’irrigation. Une décision dénoncée par les agrumiculteurs de la région, estimant cette quantité d’eau insuffisante.

0-https://medias24.com//photos_articles/big/30-11-2020/agrumes.jpg-oui
Arrêt de l'irrigation à El Guerdane : Léger soulagement après les dernières pluies

Le 30 novembre 2020 à 17:15

Modifié le 30 novembre 2020 à 19:42

La problématique du stress hydrique persiste dans la région de Souss-Massa, poussant les autorités à maintenir les mesures déjà mises en place depuis le mois d'octobre pour rationaliser l’usage de l’eau.

Malgré une légère amélioration des réserves du barrage d’Aoulouz, le projet d’El Guerdane reste privé d’eau d'irrigation.

 450 000 m3 d'eau pour 10 jours d'irrigation

Une série de réunions ont été tenues à Souss-Massa pour examiner les moyens de gérer les ressources d’eau potable et d’irrigation.

La dernière en date a eu lieu le 13 novembre dernier par la commission régionale de l’eau. Présidée par le Wali de Souss-Massa, Gouverneur de la préfecture d’Agadir-Ida Outanane, Ahmed Hajji, elle a connu la participation de tous les acteurs concernés par le problème du stress hydrique dans la région, notamment l’Association des producteurs d’agrumes du Maroc (ASPAM) et l’Association des usagers des eaux agricoles (AUEA) "Al Mostaqbal".

Lors de cette réunion, le directeur de l’Agence du bassin hydraulique de Souss-Massa a exposé la situation hydrique dans la région, relevant que les principaux barrages ont reçu 7,5 millions de m3 d’eau depuis le mois d’octobre, dont 5,5 Mm3 enregistrés au niveau du barrage d’Aoulouz.

Suite à cette légère amélioration et pour venir en aide aux agriculteurs d'El Guerdane, le président de la Chambre d’agriculture Souss-Massa, Ali Kayouh, également présent à cette réunion, a appelé à consacrer un million de mètres cubes d’eau pour la reprise de l’irrigation en faveur de ce périmètre agricole, dédié à la production d’agrumes.

En effet, sur une capacité totale de 89 Mm3, les réserves d’Aoulouz s’élèvent à 25,9 Mm3 au 30 novembre 2020, soit un taux de remplissage de 29,1%, contre 19,6% (17,4 Mm3) au 7 octobre dernier, date à laquelle il a été décidé de l’arrêt de l’irrigation à El Guerdane, pour assurer l’approvisionnement en eau potable dans le Grand Agadir.

La proposition de M. Kayouh n’a pas été retenue. En revanche, il a été décidé d’allouer une dotation de 450 000 m3 d’eau pour l’irrigation dans le projet durant dix jours.

Une décision dénoncée par les agrumiculteurs

Dans un communiqué conjoint (fac-similé ci-dessous), l’ASPAM et l’AUEA ont dénoncé cette décision, expliquant que cette quantité d’eau ne suffira pas à répondre aux besoins de ce périmètre.

En effet, le projet d’El Guerdane s’étend sur une superficie de 10 000 ha et représente entre 12 à 15% de la production nationale en agrumes, et jusqu’à 40% de la production régionale.

"Les 450 000 m3 ne suffiront qu’à deux jours d’irrigation, dans des conditions climatiques normales", indiquent sur le document ces deux associations, qui se disent prêtes à toutes formes de protestations si les choses ne reviennent pas à l'ordre.

Contacté par Médias 24, Mohamed Bouhdoud Boudlal, président de la section Souss de l’Aspam nous confie que le projet a un besoin minimum mensuel de 2 Mm3 d'eau, à raison de deux à trois irrigations par mois. 

"Cette dotation va nous poser un problème, dans la mesure où elle sera très vite absorbée par les arbres. S'il n'y a pas une continuité, celles-ci vont se dessécher".

"En temps normal, chaque arbre a besoin de 120 litres d'eau par jour. Dans les conditions actuelles, nous ne lui apportons que 40 litres par jour". 

Un petit soulagement après le récent passage de pluie

"Le récent passage de pluie a résolu temporairement le problème de l'eau dans le projet d'El Guerdane. On n'aura besoin d'irriguer que d’ici 15 jours et la nappe phréatique, qui était quasi vide, va se reconstituer partiellement". 

Toutefois "on ne conçoit pas les agissements et les décisions prises par la commission régionale de l'eau". Celle-ci a décidé, dans un premier temps, de réduire la durée d’alimentation des fermes branchées au projet d’El Guerdane durant 4 mois (entre juin et septembre), avant de l’arrêter début octobre, alors que le barrage d'Aoulouz est censé attribuer 45 Mm3 par an à ce périmètre, pour couvrir la déficience des ressources hydriques pour l’irrigation.

Ce projet a été lancé par le Roi Mohammed VI en 2009, dans le cadre de la sauvegarde des fermes d’agrumes, pour un coût global de 987 millions de DH. "Les agriculteurs ont contribué à hauteur de 80 MDH, notamment pour l'aménagement des prises d'eau au niveau du barrage, mais aussi pour la pose de la conduite principale depuis le barrage jusqu'au projet d'El Guerdane".

D'un autre côté, depuis que le problème de l'eau se pose sérieusement dans le Grand Agadir, il a été convenu lors des précédentes réunions de garder 10 Mm3 des réserves d'Aoulouz pour approvisionner la ville en eau potable, en attendant l'opérationnalisation de la station de dessalement, et de consacrer le reste pour l'irrigation. Ce qui n'a pas été respecté par les autorités compétentes. 

"Une petite campagne agrumicole"

Résultat : "Une très mauvaise production d'agrumes cette année, tant en termes de qualité que de quantité".

Pour ce qui est de la qualité, "on n'a que de petits calibres, qui ne sont pas demandés par le marché extérieur et les fruits ne sont pas juteux". 

En termes de quantité, "il s'agit d'une petite campagne, où on ne sera même pas capable de satisfaire les besoins de nos clients".

En temps normal, El Guerdane assure 250 000 à 300 000 tonnes d'agrumes par an, sur une moyenne nationale annuelle de 2,4 millions de tonnes. Les exportations oscillent, quant à elles, autour d’une moyenne de 700 000 T. Des chiffres qui semblent difficiles à réaliser cette année.

"Nous sommes en train de perdre en crédibilité au niveau national. El Guerdane est connue pour sa production précoce, ainsi que ses produits de qualité. Mais cette année, nous n'avons ni la qualité ni la quantité", déplore M. Boudlal.

Les agrumiculteurs croisent les doigts pour les mois à venir. "S'il n'y a pas de pluies, et que les autorités continuent de refuser de nous attribuer l'eau à partir d'Aoulouz, on commencera à arracher les arbres. Déjà qu'on économise l'eau le plus possible, en ayant recours à une micro-irrigation (goutte à goutte) et en empêchant l'herbe de pousser pour éviter la concurrence sur l'eau, on ne pourra pas tenir", conclut notre source.  

Communiqué de la chambre d'Agriculture Souss-Massa relatif à la dotation de 450 000 m3 d'eau à El Guerdane

Communiqué conjoint Aspam-AUEA

Arrêt de l'irrigation à El Guerdane : Léger soulagement après les dernières pluies

Le 30 novembre 2020 à17:19

Modifié le 30 novembre 2020 à 19:42

Après l’amélioration des réserves d’eau dans le barrage d’Aoulouz, la commission régionale de l’eau de Souss-Massa a décidé de consacrer une dotation de 450 000 m3 d’eau au projet d’El Guerdane pour l’irrigation. Une décision dénoncée par les agrumiculteurs de la région, estimant cette quantité d’eau insuffisante.

com_redaction-43

La problématique du stress hydrique persiste dans la région de Souss-Massa, poussant les autorités à maintenir les mesures déjà mises en place depuis le mois d'octobre pour rationaliser l’usage de l’eau.

Malgré une légère amélioration des réserves du barrage d’Aoulouz, le projet d’El Guerdane reste privé d’eau d'irrigation.

 450 000 m3 d'eau pour 10 jours d'irrigation

Une série de réunions ont été tenues à Souss-Massa pour examiner les moyens de gérer les ressources d’eau potable et d’irrigation.

La dernière en date a eu lieu le 13 novembre dernier par la commission régionale de l’eau. Présidée par le Wali de Souss-Massa, Gouverneur de la préfecture d’Agadir-Ida Outanane, Ahmed Hajji, elle a connu la participation de tous les acteurs concernés par le problème du stress hydrique dans la région, notamment l’Association des producteurs d’agrumes du Maroc (ASPAM) et l’Association des usagers des eaux agricoles (AUEA) "Al Mostaqbal".

Lors de cette réunion, le directeur de l’Agence du bassin hydraulique de Souss-Massa a exposé la situation hydrique dans la région, relevant que les principaux barrages ont reçu 7,5 millions de m3 d’eau depuis le mois d’octobre, dont 5,5 Mm3 enregistrés au niveau du barrage d’Aoulouz.

Suite à cette légère amélioration et pour venir en aide aux agriculteurs d'El Guerdane, le président de la Chambre d’agriculture Souss-Massa, Ali Kayouh, également présent à cette réunion, a appelé à consacrer un million de mètres cubes d’eau pour la reprise de l’irrigation en faveur de ce périmètre agricole, dédié à la production d’agrumes.

En effet, sur une capacité totale de 89 Mm3, les réserves d’Aoulouz s’élèvent à 25,9 Mm3 au 30 novembre 2020, soit un taux de remplissage de 29,1%, contre 19,6% (17,4 Mm3) au 7 octobre dernier, date à laquelle il a été décidé de l’arrêt de l’irrigation à El Guerdane, pour assurer l’approvisionnement en eau potable dans le Grand Agadir.

La proposition de M. Kayouh n’a pas été retenue. En revanche, il a été décidé d’allouer une dotation de 450 000 m3 d’eau pour l’irrigation dans le projet durant dix jours.

Une décision dénoncée par les agrumiculteurs

Dans un communiqué conjoint (fac-similé ci-dessous), l’ASPAM et l’AUEA ont dénoncé cette décision, expliquant que cette quantité d’eau ne suffira pas à répondre aux besoins de ce périmètre.

En effet, le projet d’El Guerdane s’étend sur une superficie de 10 000 ha et représente entre 12 à 15% de la production nationale en agrumes, et jusqu’à 40% de la production régionale.

"Les 450 000 m3 ne suffiront qu’à deux jours d’irrigation, dans des conditions climatiques normales", indiquent sur le document ces deux associations, qui se disent prêtes à toutes formes de protestations si les choses ne reviennent pas à l'ordre.

Contacté par Médias 24, Mohamed Bouhdoud Boudlal, président de la section Souss de l’Aspam nous confie que le projet a un besoin minimum mensuel de 2 Mm3 d'eau, à raison de deux à trois irrigations par mois. 

"Cette dotation va nous poser un problème, dans la mesure où elle sera très vite absorbée par les arbres. S'il n'y a pas une continuité, celles-ci vont se dessécher".

"En temps normal, chaque arbre a besoin de 120 litres d'eau par jour. Dans les conditions actuelles, nous ne lui apportons que 40 litres par jour". 

Un petit soulagement après le récent passage de pluie

"Le récent passage de pluie a résolu temporairement le problème de l'eau dans le projet d'El Guerdane. On n'aura besoin d'irriguer que d’ici 15 jours et la nappe phréatique, qui était quasi vide, va se reconstituer partiellement". 

Toutefois "on ne conçoit pas les agissements et les décisions prises par la commission régionale de l'eau". Celle-ci a décidé, dans un premier temps, de réduire la durée d’alimentation des fermes branchées au projet d’El Guerdane durant 4 mois (entre juin et septembre), avant de l’arrêter début octobre, alors que le barrage d'Aoulouz est censé attribuer 45 Mm3 par an à ce périmètre, pour couvrir la déficience des ressources hydriques pour l’irrigation.

Ce projet a été lancé par le Roi Mohammed VI en 2009, dans le cadre de la sauvegarde des fermes d’agrumes, pour un coût global de 987 millions de DH. "Les agriculteurs ont contribué à hauteur de 80 MDH, notamment pour l'aménagement des prises d'eau au niveau du barrage, mais aussi pour la pose de la conduite principale depuis le barrage jusqu'au projet d'El Guerdane".

D'un autre côté, depuis que le problème de l'eau se pose sérieusement dans le Grand Agadir, il a été convenu lors des précédentes réunions de garder 10 Mm3 des réserves d'Aoulouz pour approvisionner la ville en eau potable, en attendant l'opérationnalisation de la station de dessalement, et de consacrer le reste pour l'irrigation. Ce qui n'a pas été respecté par les autorités compétentes. 

"Une petite campagne agrumicole"

Résultat : "Une très mauvaise production d'agrumes cette année, tant en termes de qualité que de quantité".

Pour ce qui est de la qualité, "on n'a que de petits calibres, qui ne sont pas demandés par le marché extérieur et les fruits ne sont pas juteux". 

En termes de quantité, "il s'agit d'une petite campagne, où on ne sera même pas capable de satisfaire les besoins de nos clients".

En temps normal, El Guerdane assure 250 000 à 300 000 tonnes d'agrumes par an, sur une moyenne nationale annuelle de 2,4 millions de tonnes. Les exportations oscillent, quant à elles, autour d’une moyenne de 700 000 T. Des chiffres qui semblent difficiles à réaliser cette année.

"Nous sommes en train de perdre en crédibilité au niveau national. El Guerdane est connue pour sa production précoce, ainsi que ses produits de qualité. Mais cette année, nous n'avons ni la qualité ni la quantité", déplore M. Boudlal.

Les agrumiculteurs croisent les doigts pour les mois à venir. "S'il n'y a pas de pluies, et que les autorités continuent de refuser de nous attribuer l'eau à partir d'Aoulouz, on commencera à arracher les arbres. Déjà qu'on économise l'eau le plus possible, en ayant recours à une micro-irrigation (goutte à goutte) et en empêchant l'herbe de pousser pour éviter la concurrence sur l'eau, on ne pourra pas tenir", conclut notre source.  

Communiqué de la chambre d'Agriculture Souss-Massa relatif à la dotation de 450 000 m3 d'eau à El Guerdane

Communiqué conjoint Aspam-AUEA

A lire aussi


6
Les dernières annonces judiciaires
5
Les dernières annonces légales

Communication financière

DOUJA PROMOTION : Indicateurs du 4ème trimestre 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.