Privé de l’arme militaire, Washington doit réinventer sa relation aux talibans

(AFP)

Le 31 août 2021

Les Etats-Unis, qui n’ont plus que l’aide économique pour faire pression sur les talibans, vont devoir inventer une nouvelle relation avec l’Afghanistan pour tenter de défendre leurs intérêts après avoir mis fin à vingt ans de présence militaire.

L’armée américaine est définitivement partie lundi. Mais Washington ne peut pas se désintéresser d’un pays d’où ont été orchestrés par Al-Qaïda, sous le précédent règne des talibans, les attentats du 11 septembre 2001.

« Nous avons des moyens de pression pour nous assurer que les engagements » des nouveaux maîtres islamistes de Kaboul « sont respectés », a martelé mardi le président américain Joe Biden.

Le secrétaire d’Etat Antony Blinken a assuré que l’Afghanistan redeviendrait un « Etat paria », comme lorsqu’ils étaient au pouvoir de 1996 à 2001, s’ils remettaient en cause les avancées en matière de droits des femmes ou s’ils transformaient à nouveau leur pays en sanctuaire pour le jihadisme international.

Mardi, le conseiller de la Maison Blanche pour la sécurité nationale, Jake Sullivan, s’est montré plus explicite encore: « Nous allons attendre de voir leurs actes avant de décider de l’avenir de l’aide économique et au développement ».

– « Seule flèche » –

Selon Michael Kugelman, du cercle de réflexion Wilson Center, « l’aide économique est désormais la seule flèche à l’arc de Washington », d’autant que les Etats-Unis possèdent les clés d’accès aux neuf milliards de dollars en réserves en devises étrangères de l’Afghanistan, actuellement gelés.

L’aide internationale représentait, en 2019, 75% de la dépense publique de ce pays parmi les plus pauvres au monde, et les Américains, d’après certaines estimations, contribuaient pour plus de la moitié aux salaires des fonctionnaires, jusqu’à la chute du gouvernement pro-occidental.

Or aujourd’hui, le pays est menacé par « un effondrement total des services de base », a prévenu mardi le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres.

Pour autant, la « flèche » économique est émoussée. Car d’autres puissances, à commencer par la Chine, « ne demanderont pas autant de garanties aux talibans pour leur octroyer reconnaissance et assistance financière », dit à l’AFP Michael Kugelman.

« Les diplomates occidentaux sont obsédés par les moyens de pression », mais la réalité c’est que « nous avons perdu la guerre », balaye Graeme Smith, consultant pour l’organisation de prévention des conflits International Crisis Group.

Il prédit une relation « donnant-donnant », faite de « marchandage et non de coercition ».

Dans l’immédiat, le gouvernement américain a une priorité: permettre le départ d’Afghanistan de ses ressortissants toujours coincés sur place, et faciliter celui des autres étrangers et des Afghans qui ont travaillé avec l’US Army mais n’ont pu être évacués à temps.

– Crise humanitaire –

Pour l’instant, le département d’Etat mise sur la pression diplomatique.

Les ex-insurgés « sont soumis aujourd’hui aux mêmes sanctions qu’hier, et je m’attends à ce que cela reste le cas demain et dans un avenir proche », a déclaré mardi le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price, soulignant que leur éventuelle levée dépendra de leur attitude.

Des sanctions, il pourrait toutefois être question beaucoup plus rapidement.

Graeme Smith, comme plusieurs organisations, juge nécessaire une dérogation pour faciliter l’acheminement de l’aide humanitaire et éviter une crise de grande ampleur qui « déstabiliserait » la région et « engendrerait des vagues migratoires sans précédent ».

Sur le plus long terme, les intérêts américains portent avant tout sur la lutte contre le terrorisme.

Joe Biden a affirmé que l’Amérique avait atteint son objectif initial en Afghanistan, à savoir éviter que ce pays lointain serve à nouveau de « rampe de lancement » pour des attaques sur son sol. Il doit maintenant s’assurer de ne pas être contredit.

Sur toutes ces questions, les Etats-Unis peuvent paradoxalement compter sur le dialogue qu’ils ont instauré, au cours de longs mois de négociations au Qatar mais aussi à la faveur de la crise des derniers jours, avec leurs ennemis jurés des vingt dernières années.

« Ils ont commencé à apprendre à se connaître », dit Graeme Smith.

Depuis mi-août, militaires et diplomates américains ont multiplié les commentaires positifs au sujet des nouveaux dirigeants afghans, alors que leurs intérêts convergeaient de manière spectaculaire. Les Américains voulaient partir, les talibans voulaient les voir partir — et tous voulaient éviter les attaques de l’ennemi commun, le groupe jihadiste Etat islamique.

Pour l’ex-diplomate Elizabeth Threlkeld, chercheuse au think tank Stimson Center, c’est d’ailleurs sur les garanties antiterroristes, et peut-être sur la formation d’un gouvernement « inclusif », que la pression américaine peut avoir un certain « succès ». Des concessions « à la marge », donc, plutôt que « sur les questions au coeur de l’idéologie des talibans », comme la place des femmes dans la société ou les droits humains en général.

Le 31 août 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.