Pas de passe rail cet été, gouvernement et régions se rejettent la responsabilité

(AFP)

Le 3 avril 2024

La mise en place d'un "passe rail" estival réservé aux jeunes ne pourra avoir lieu cette année comme l'avait promis le président Emmanuel Macron, le gouvernement et plusieurs régions s'en rejetant la responsabilité.

Le chef de l'Etat s'était dit en septembre "favorable" à l'instauration d'un forfait mensuel ouvert à tous pour voyager partout en France grâce aux trains régionaux et aux liaisons Intercités. L'initiative visait à rendre le train plus attractif et abordable, en s'inspirant du forfait existant en Allemagne à 49 euros par mois.

Le projet impliquant les régions - qui financent les trains régionaux et décident des tarifs, avait déjà été revu à la baisse - réservant dorénavant le passe rail aux moins de 27 ans pour la seule saison estivale.

Las, celui-ci ne verra pas le jour cette année, sauf accord de dernière minute.

"A moins d'un changement de pied des présidents de région, aujourd'hui même, nous ne pouvons pas être opérationnels en 2024. (...) Il n'y aura pas de passe rail cet été", a annoncé le ministre délégué aux Transports Patrice Vergriete sur franceinfo.

"On n'a toujours pas l'accord de l'ensemble des présidents de région. Il manque trois présidents de région", a-t-il ajouté, citant Hervé Morin (Normandie), Xavier Bertrand (Hauts-de-France) et Laurent Wauquiez (Auvergne-Rhône-Alpes) et en disant regretter une "attitude sans explication".

Le gouvernement a, selon le ministre, accepté la demande des régions que l'Etat finance à 80% le dispositif, qu'il estime à 15 millions d'euros.

Les exécutifs régionaux pointés du doigt n'ont pas tardé à répliquer, le Normand Hervé Morin dénonçant "encore une annonce (...) sans concertation préalable avec les régions qui sont pourtant organisatrices des transports ferroviaires", et les Haut-de-France déplorant que le passe rail ait été "transformé" par le ministre "en un passe au rabais uniquement pour les jeunes".

- "Précipitation et impréparation" -

Le président de la Région Normandie déplore notamment que les chiffrages des pertes de recettes pour la région soient "totalement improvisés et dans tous les cas ne correspondent pas aux chiffres annoncés par le ministre ce matin", ainsi que l'exclusion de la région Ile-de-France du dispositif.

"S'il doit y avoir un passe rail il doit être national et s'appliquer sur l'ensemble du réseau français et ne doit pas exclure le réseau francilien par lequel passe inexorablement la plupart des jeunes se rendant dans une autre région par le train", plaide-t-il dans un communiqué.

Mêmes critiques de la région Hauts-de-France qui se dit prête à signer si "deux points d'alerte sont pris en compte": la question de l'absence de l'Ile-de-France du dispositif et "la répartition du coût" entre Etat et régions.

Selon l'exécutif régional présidé par Xavier Bertrand, la "prise en charge de la perte de recettes aurait dû être assumée totalement par l'Etat".

Pour Patrice Vergriete, "80% pris en charge par l'Etat, c'était exactement ce que demandaient les régions".

La présidente de la région des Pays de la Loire, Christelle Morançais, se dit "favorable à la proposition du gouvernement", mais met en cause "la précipitation et l'impréparation" des annonces.

"En six mois, les régions n'ont obtenu ni le détail des estimations de coût, ni les garanties de compatibilité des systèmes de distribution de la billettique", abonde l'association Régions de France, qui demande dans un communiqué "du travail sérieux" et "qu'une garantie soit donnée d'une couverture nationale de cette offre en 2025".

"Le gouvernement reste ouvert et nous continuerons à faire ces propositions pour 2025", selon Patrice Vergriete, qui "n'a pas envie de lâcher le morceau".

Un passe rail estival uniquement réservé aux jeunes a déjà existé en France en 2020 et 2021. Il concernait les moins de 27 ans qui, pour 29 euros par mois, pouvaient emprunter n'importe quel TER partout en France — sauf en Ile-de-France —, mais pas les Intercités.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Le 3 avril 2024

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.