« Ouvrez-la rapidement! »: impatience et exaspération à la frontière Colombie-Venezuela toujours fermée

(AFP)

Le 6 octobre 2021

A quand la réouverture effective? De strictes restrictions étaient toujours imposées mardi au principal point frontalier entre la Colombie et le Venezuela, forçant les candidats au passage à continuer d’emprunter les habituels et pénibles chemins de contrebande.

Jugeant bon de « tourner la page », le Venezuela avait pourtant annoncé lundi la « réouverture commerciale » de ses frontières terrestres avec la Colombie, plus de deux ans après leur fermeture en 2019 en pleine crise politique et diplomatique entre les deux pays.

Le jour-même, les conteneurs qui bloquaient depuis deux ans le pont Simon Bolivar, principal point frontalier, entre la ville vénézuélienne de San Antonio del Tachira et celle de Cucuta en Colombie ont été retirés, suscitant immédiatement l’espoir d’une reprise rapide des échanges et des flux de véhicules sur ce pont emblématique.

Las! Vingt-quatre heures plus tard, rien n’a bougé, ou presque, a constaté l’AFP.

Comme à l’accoutumée, seuls quelques centaines de piétons ont été autorisés à franchir le pont de ciment blanc. Pour la plupart, des citoyens vénézuéliens justifiant d’un rendez-vous médical du côté colombien, des écoliers, et des bi-nationaux aussi.

Beaucoup se sont heurtés au mur habituel des restrictions et tracasseries en tout genre, en particulier du côté vénézuélien.

– Toujours « payer » –

« Le passage est terrible », commente une femme âgée à l’abondante chevelure grise, se préparant à rentrer chez elle à San Antonio del Táchira, la première ville du côté vénézuélien.

D’une démarche lente, son autorisation médicale en main, elle ne souhaite qu’une chose: une ouverture rapide du pont pour permettre « d’éliminer les abus ».

Aujourd’hui elle a pu passer légalement. Mais autrement il n’y a d’autre choix que les « trochas », dénomination locale de ces centaines de sentiers illégaux qui relient les deux pays, dans toute la zone frontalière, et à proximité même de l’emblématique pont Bolivar.

Là-bas, « ils (les passeurs) nous exploitent encore », s’emporte-t-elle. « S’ils portent un sac, ils vous font payer, vous passez et ils vous font payer », fustige-t-elle.

« Ouvrez-la rapidement! Ce sera bien plus facile comme ça », renchérit Elizabeth Cáseres, une femme au foyer de 47 ans.

« Les gens attendent que le passage normal soit rouvert, pour se débarrasser du problème des +trochas+ », dit-elle, tenant un ticket certifiant qu’elle était en Colombie pour recevoir des soins médicaux.

« Du côté vénézuélien, l’ouverture (de la frontière) n’a pas eu lieu », a constaté le directeur de Migration Colombie, Juan Francisco Espinosa, lors d’une visite sur place.

La Colombie n’entend sans doute pas par ailleurs se voir dicter l’agenda de cette réouverture par Caracas.

« Nous, Colombiens, n’allons pas être les idiots utiles des prétentions électorales » du gouvernement vénézuélien, « car nous savons aussi que ces gestes ont une intention politique », a ainsi commenté mardi le président colombien Ivan Duque.

La frontière est presque totalement fermée depuis 2015 en raison de la tension entre les deux voisins, rivaux idéologiquement, aux 2.200 kilomètres de frontières communes et poreuses.

« Le passage de véhicules sur les ponts internationaux ne sera autorisé qu’après des contrôles techniques (…) », a prévenu lundi le gouvernement colombien.

« Il n’y a qu’un passage humanitaire », annonce une autorité vénézuélienne à un couple de jeunes gens, forcés de rebrousser chemin dans leur tentative de passage sur le sol vénézuélien.

– « 100% meilleure » –

Et sur les sentiers illégaux, les « trocheros » ont donc continué leur commerce, transportent bagages et marchandises sur les épaules en échange d’argent. De petits chariots chargés d’œufs, de riz, de papier toilette et lessive circulent à bout de bras, vers le Venezuela, en pleine crise économique.

Des personnes âgées traversent la rivière Tachira, dont le niveau est bas en cette saison, portés par des jeunes contre quelques pesos colombiens.

Sur la rive vénézuélienne, un homme encapuchonné, une radio à la main, surveille les mouvements de deux policiers colombiens qui font le guet de l’autre côté du fleuve.

Ces passeurs, souvent armés, font autorité des deux côtés de la rivière, se faufilant dans les sous-bois pour éviter la police et les soldats colombiens.

Ils contrôlent les berges de la rivière et facturent chaque mouvement. Pas de prix fixe, mais une « collaboration », explique Inti Mella, un habitant de San Antonio qui s’apprête à rentrer de Colombie chargé de matériel de quincaillerie et de menuiserie « pour travailler ces jours-ci ».

Suite à l’annonce de la réouverture de la frontière, l’homme de 49 ans a tenté de rentrer normalement en traversant le pont Simon Bolivar. Mais « vous y allez et on vous met mille obstacles ». Des « obstacles qui m’obligent à prendre ce chemin » de contrebande, peste-t-il, avant d’entamer les dix minutes de trajet dans le sous-bois.

Le jour où il pourra traverser le pont asphalté, sa vie « sera 100% meilleure », lâche-t-il.

« Les mêmes sentiers continuent de fonctionner et ce sont eux qui génèrent le passage de tout ce qui est illégal », a commenté mardi Jaime Marthey, chef du bureau du médiateur (ombudsman) dans le département frontalier de Norte de Santander.

« Les restrictions (du Venezuela) restent les mêmes », a-t-il pointé.

Le 6 octobre 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.