Netflix poursuit sa marche en avant, veut dépasser Disney comme empire du divertissement

(AFP)

Le 19 octobre 2021

Netflix a engrangé 4,4 millions d’abonnés supplémentaires en net, mieux qu’attendu malgré une concurrence de plus en plus féroce, et avec son entrée dans les jeux vidéo et les produits dérivés, ambitionne de dépasser Disney comme empire du divertissement.

Le service de vidéo en ligne compte désormais 213,5 millions d’abonnements payants dans le monde, et table sur 222 millions en fin d’année, selon un communiqué publié mardi. À titre de comparaison, son principal rival sur ce marché, Disney, revendiquait, début juillet, 116 millions d’abonnés.

« Nous sommes encore petits », a pourtant commenté le groupe, « avec beaucoup d’opportunités de croissance ». Netflix mentionne ainsi un chiffre du cabinet Nielsen, qui a calculé qu’en septembre, le géant au N rouge représentait 6% « seulement » du temps passé devant un écran aux Etats-Unis, à égalité en tête avec YouTube.

Après un coup de fouet lié à la pandémie de coronavirus et aux confinements (+25 millions d’abonnés en un an), Netflix avait vu son rythme de croissance ralentir durant les derniers trimestres. Mais sur les trois mois de juillet à septembre, le service de streaming a de nouveau accéléré (+9,4% sur un an), dopé par les région Europe, Afrique et Moyen-Orient, ainsi que l’Asie.

Le groupe de Los Gatos en Californie prévoit de gagner encore 8,5 millions d’abonnés en net au quatrième trimestre, en ligne avec les prévisions du marché.

Au troisième trimestre, Netflix a enregistré un chiffre d’affaires de 7,48 milliards de dollars, en hausse de 16% sur un an, soit très légèrement mieux que les attentes des analystes, selon le consensus établi par FactSet.

Le bénéfice net est, lui, ressorti en hausse de 83% à 1,44 milliard de dollars, ou 3,19 dollars par action, soit nettement mieux que les 2,56 dollars qu’anticipait le marché.

– « Squid Game » à 142 millions –

Déjà, de très loin, la plateforme vidéo de référence dans le monde, Netflix a encore récemment frappé un gros coup ces dernières semaines avec sa série « Squid Game ».

Lancé mi-septembre, le programme, au budget limité de 21 millions de dollars, a déjà été vu par plus de 142 millions d’abonnés, un record, selon des chiffres actualisés mardi, soit quelque deux tiers des utilisateurs. C’est près du double de « Bridgerton », deuxième série la plus populaire, regardée par 82 millions de foyers abonnés.

Netflix a récemment évalué, selon des documents internes cités par l’agence Bloomberg, la valeur de « Squid Game » à près de 900 millions de dollars, même s’il ne s’agit pas de revenus directement générés par le groupe.

Le service de vidéo par abonnement a également fait parler de lui récemment pour le spectacle filmé de l’humoriste Dave Chappelle. Il y tient notamment des propos moqueurs vis-à-vis des personnes transgenres, ce qui a suscité une polémique.

Sous pression, Netflix a refusé de retirer le programme de la plateforme.

A la différence de Disney, Amazon ou AT&T (HBO), ses principaux concurrents dans le streaming, Netflix n’est pas un groupe diversifié et ne peut, pour l’instant, compter que sur sa plateforme.

Pour élargir ses activités, il a récemment fait l’acquisition d’un studio de jeux vidéo, Night School Studio. Lors de la présentation des résultats, le co-directeur général Reed Hastings a imaginé à haute voix la sortie, dans trois ans, d’un jeu « Squid Game », totalement intégré à la plateforme.

Le numéro trois Greg Peters a indiqué que le groupe pourrait réaliser d’autres acquisitions dans l’univers des jeux vidéo, mais « ne vous attendez pas à ce que nous nous lancions dans une frénésie d’achats », a-t-il déclaré.

Netflix a aussi conclu un partenariat avec Walmart pour créer un espace dédié à ses produits dérivés sur le site de commerce en ligne du géant de la distribution. Mardi, il a indiqué que la demande de produits affiliés à l’univers « Squid Game » était « forte » et que les premières livraisons étaient déjà en route.

« Une entreprise comme Disney est toujours devant nous en ce qui concerne la capacité à monter un univers, mais nous faisons de sacrés progrès », a commenté Reed Hastings, laissant pointer l’immense ambition du groupe au-delà du seul contenu vidéo. C’est « très excitant de refaire son retard dans les trois à cinq années à venir et, espérons-le, de les dépasser en matière d’offre complète », qui mêle tous les aspects du divertissement.

L’objectif, selon le co-fondateur? « Etre l’endroit où le monde entier se rend pour l’essentiel de son divertissement ».

Le 19 octobre 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.