χ

L’Ukraine dit reprendre du terrain près de Kherson, Zelensky s’adresse aux Européens

(AFP)

AFP

Le 30 mai 2022

L’Ukraine affirme reprendre du terrain dans la région de Kherson, aux mains des Russes depuis le début de l’invasion, au moment où le président Volodymyr Zelensky doit s’adresser lundi aux dirigeants européens réunis à Bruxelles pour un sommet extraordinaire consacré à son pays.

« Kherson, tiens bon, nous sommes proches! », affirme l’état-major ukrainien sur sa page Facebook.

Dans son point de situation publié dans la nuit de dimanche à lundi, l’armée ukrainienne affirme avancer dans la région de Kherson, du côté des villages de Andriyivka, Lozove et Bilohirka.

Aucun commentaire côté russe n’a été fait dans un premier temps concernant ces affirmations de Kiev faisant état de « la construction de lignes défensives » par les troupes russes autour de Kherson.

Cette offensive ukrainienne sur Kherson intervient alors que les nouvelles autorités de Kherson, désignées par le Kremlin, ont d’ores et déjà exprimé le souhait d’être rattachées à la Russie, laquelle a annoncé qu’elle allait permettre aux habitants de demander un passeport russe via « une procédure simplifiée ».

Si Kherson retombait aux mains de Kiev, ce serait une avancée symbolique forte, cette région ayant été entièrement conquise par l’armée russe depuis son offensive lancée le 24 février.

A cela s’ajoute le fait que Kherson est stratégiquement située dans le sud de l’Ukraine, près de l’embouchure du Dniepr sur la mer Noire.

– Nouvelles sanctions au menu –

Le président ukrainien doit parler lundi au début du sommet européen, par visioconférence depuis Kiev. De nouvelles sanctions contre Moscou sont au menu de cette réunion des Vingt-Sept.

Outre l’embargo pétrolier, le paquet de sanctions vise l’exclusion de banques russes du système financier international Swift, une aide à l’Ukraine allant jusqu’à neuf milliards d’euros en 2022.

Cette adresse du président Zelensky intervient au lendemain de sa visite très médiatisée dimanche à Kharkiv, la deuxième ville d’Ukraine, dans le nord-est du pays. Une sortie inédite depuis l’invasion russe de fin février.

« Nous défendrons notre terre jusqu’au bout. Ils n’ont aucune chance », a déclaré M. Zelensky dimanche, allant à la rencontre de militaires sur le terrain, en gilet pare-balles et treillis, et visitant les décombres de bâtiments détruits à Kharkiv.

– Médiation au point mort –

Les tentatives de médiation entre Moscou et Kiev sont au point mort.

Ce weekend encore le président français Emmanuel Macron et le chancelier allemand Olaf Scholz ont eu un entretien téléphonique avec le président russe Vladimir Poutine, l’enjoignant d’entamer des « négociations directes sérieuses » avec Kiev.

Les forces russes, qui se sont repliées de la région de Kharkiv, ont continué leur progression ce week-end en direction des villes clefs de Severodonetsk, pilonnée sans relâche, et Lyssytchansk, sa ville jumelle, dans le Donbass.

Situées de part et d’autre de la rivière Siversky Donets, elles sont menacées d’encerclement par les forces russes et les séparatistes prorusses, qui cherchent à établir un contrôle complet sur le bassin minier du Donbass.

Le dirigeant de la république russe de Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, avait revendiqué quant à lui samedi soir avoir pris le contrôle de Severodonetsk, ville qui comptait 100.000 habitants avant la guerre.

Le maire de Severodonetsk, Olexander Stryuk, a alerté sur l’aggravation de la situation sanitaire dans sa ville privée d’électricité depuis plus de deux semaines et vidée de ses habitants. Les « bombardements constants » compliquent beaucoup l’approvisionnement, notamment en eau potable, des milliers d’habitants encore sur place.

Alors que l’Ukraine, grande puissance agricole, ne peut plus exporter ses céréales en raison du blocage de ses ports, Vladimir Poutine a assuré, lors de sa conversation avec ses pairs français et allemands, que son pays était « prêt » à aider une exportation « sans entraves » des céréales de l’Ukraine.

– Blocage hongrois –

A Bruxelles, à la veille du sommet de l’UE, les représentants des Vingt-Sept ont examiné dimanche une nouvelle proposition qui exempterait temporairement un oléoduc clé pour la Hongrie d’un embargo progressif de l’UE sur le pétrole russe, afin de tenter de lever le blocage sur leur 6e paquet de sanctions contre Moscou.

Ces nouvelles sanctions sont pour l’instant bloquées par la Hongrie, pays enclavé sans accès à la mer et dépendant du pétrole acheminé de Russie par l’oléoduc Droujba, qui lui fournit 65% de sa consommation.

Parallèlement, les Occidentaux continuent à revoir leurs politiques de défense face à la menace russe.

Le chef adjoint de l’Otan, Mircea Geoana, a estimé dimanche que l’Alliance n’était plus tenue par ses anciens engagements envers Moscou de ne pas déployer ses forces en Europe orientale.

Dans l’Acte fondateur sur les relations entre l’Otan et la Russie, signé il y a 25 ans, les Russes s’étaient « engagés à ne pas agresser les voisins, c’est ce qu’ils sont en train de faire, et à tenir des consultations régulières avec l’Otan, ce qu’ils ne font pas », déclaré M. Geoana.

Selon lui, l’Acte fondateur « ne fonctionne simplement pas, à cause de la Russie », et l’Otan n’a désormais plus « aucune restriction » pour se doter d’une « posture robuste sur le flanc est ».

Et en Allemagne, gouvernement et opposition conservatrice ont trouvé dimanche soir un accord pour faire une entorse aux règles budgétaires imposées par la constitution, afin de débloquer 100 milliards d’euros pour moderniser l’armée.

burx-dth/roc

Le 30 mai 2022

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.