Libye: l’homme fort de l’Est Haftar se porte candidat à la présidentielle

(AFP)

Le 16 novembre 2021

L’homme fort de l’Est de la Libye Khalifa Haftar s’est porté mardi candidat à la présidentielle de décembre, deux jours après un fils de Mouammar Kadhafi, leurs détracteurs dénonçant des penchants autoritaires qui risquent de torpiller le passage du pays à la démocratie.

« Je déclare ma candidature à l’élection présidentielle, non pas parce que je cours après le pouvoir mais pour conduire notre peuple en cette période cruciale vers la gloire, le progrès et la prospérité », a lancé le maréchal Haftar dans un discours retransmis en direct depuis Benghazi, son fief.

Le 22 septembre, le maréchal Haftar, 77 ans, s’était provisoirement retiré de ses fonctions à la tête de l’autoproclamée Armée nationale libyenne (ANL), comme le stipule la loi électorale, pour pouvoir se présenter à la présidentielle le 24 décembre.

La loi électorale en question, critiquée par les détracteurs du maréchal Haftar, lui permet de se porter candidat à la présidentielle et de pouvoir retrouver son poste militaire s’il n’était pas élu.

Le militaire, accusé par ses adversaires de vouloir instaurer une dictature militaire, est soutenu par des acteurs régionaux clefs impliqués dans le dossier libyen comme l’Egypte et les Emirats arabe unis.

Il cherche à conquérir le pouvoir par les urnes après l’échec retentissant de son aventure militaire aux portes de Tripoli, siège du gouvernement reconnu par l’ONU, en 2019.

Depuis la chute du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, la Libye est en proie à des violences sanglantes et à des luttes entre pouvoirs rivaux dans l’est et l’ouest du pays.

Dans son discours mardi, M. Haftar a affirmé que l’élection de décembre était « le seul moyen pour sortir la Libye du chaos ».

– « Un tournant » –

« La Libye se trouve aujourd’hui à un tournant. Soit elle opte pour la liberté et l’indépendance, soit pour la corruption et le chaos », a-t-il ajouté.

Après son discours, il devait se rendre dans un bureau de la Haute Commission électorale (HNEC) pour formellement déposer sa candidature.

Selon Wolfram Lacher, expert sur la Libye de l’institut allemand SWP, les forces dirigées par Haftar « sont de loin les principaux auteurs de crimes de guerre depuis 2014 et elles pourraient recourir à la violence pour influer sur les élections ».

La candidature du maréchal Haftar, survient deux jours après celle de Seif al-Islam Kadhafi, recherché lui par la Cour pénale internationale pour « crimes contre l’humanité ». Outre MM. Haftar et Kadhafi, quatre autres candidats peu connus ont à ce jour déposé leur candidature.

En 2019, le maréchal Haftar qui contrôle l’Est et une partie du Sud du pays avait lancé ses combattants à la conquête de Tripoli (ouest), siège alors d’un gouvernement d’union reconnu par l’ONU. Ses troupes ont été repoussées en juin 2020 par les forces rivales aidées militairement par la Turquie.

A l’époque, le militaire s’était présenté comme un « sauveur » de la Libye, qualifiant ses opposants de « terroristes » ou de « mercenaires ».

Ses rivaux, eux, l’accusaient de vouloir instaurer une dictature militaire dans ce pays pétrolier d’Afrique du Nord, en proie au chaos.

Son échec à conquérir la capitale a été suivi de la signature d’un cessez-le-feu en octobre 2020 et, surtout, de l’installation en mars 2021 sous l’égide de l’ONU d’un gouvernement chargé de mener la transition d’ici les élections de décembre.

Des dignitaires de plusieurs villes avaient appelé lundi au boycott de l’élection présidentielle et des bureaux de vote –où les électeurs retirent leur carte– ont fermé dans l’ouest du pays sous la pression de groupes hostiles à la candidature de Seif al-Islam Kadhafi et celle du maréchal Haftar avant même l’officialisation de cette dernière.

Lors d’une conférence internationale organisée à Paris vendredi, la communauté internationale a appelé la tenue d’élections « inclusives » et « crédibles » en décembre en Libye, menaçant de sanctions tous ceux qui y feraient obstacle.

Le 16 novembre 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.