Le Sri Lanka, en pleine crise monétaire, fustige l’abaissement de sa note par S&P

(AFP)

Le 13 janvier 2022

Le Sri Lanka a accusé les agences de notation internationales de saper les efforts qu’il déploie pour reconstituer ses réserves monétaires, jeudi, au lendemain de l’abaissement de sa note par S&P redoutant un défaut de paiement de la dette souveraine de l’île.

La Banque centrale du Sri Lanka se dit « perturbée » par la décision de S&P mercredi et a renouvelé l’engagement d’honorer toutes ses dettes, y compris 1,5 milliard de dollars d’obligations souveraines arrivant à échéance cette année.

« Ces pratiques de notation à répétition ont sapé et retardé les efforts des autorités en vue d’augmenter l’afflux de devises étrangères, et eu un impact négatif sur la confiance des investisseurs, l’afflux de potentiels investissements et sur la constitution progressive des réserves officielles du pays », accuse la Banque centrale sri-lankaise dans un communiqué.

Les réserves de change du Sri Lanka s’élevaient à 3 milliards de dollars à la fin du mois de décembre, précise-t-elle, ajoutant qu’elle s’attend à ce que de nouvelles entrées de devises permettent de rembourser près de 7 milliards de dollars cette année.

Alors que Colombo venait d’annoncer mercredi qu’elle était en pourparlers avec Pékin, en vue d’obtenir un nouveau prêt chinois, S&P Global a abaissé la note du Sri Lanka d’un cran supplémentaire, la faisant passer de CCC à CCC+.

La dette contractée auprès de Pékin, premier prêteur bilatéral de l’île, représente au moins 10% du total de sa dette extérieure qui se creuse. Sa dette colossale a placé le pays stratégique de l’Océan Indien dans une situation de dépendance vis-à-vis de la Chine.

En 2017, l’île avait dû lui céder, pour 99 ans, le port de Hambantota (sud), après s’être retrouvée dans l’incapacité de rembourser un prêt de 1,4 milliard de dollars pour sa construction.

S&P Global a argué que l’abaissement de sa note reflétait la détérioration de la capacité du Sri Lanka à maintenir des réserves de change et le risque plus élevé d’un défaut de paiement.

« Le service de la dette en temps voulu deviendra, probablement, de plus en plus difficile ces 12 prochains mois, compte tenu de l’état de vulnérabilité du Sri Lanka, d’importants déficits budgétaires, de la lourdeur de l’endettement du gouvernement et des paiements d’intérêts élevés », a expliqué S&P dans un communiqué.

S&P est la troisième des « trois grandes » agences de notation internationales à abaisser la note du Sri Lanka depuis octobre, après Moody’s et Fitch.

Les attentats de Pâques 2019 et la pandémie de Covid-19 ont eu des conséquences désastreuses sur l’économie de l’île, privée de sa manne touristique, principale pourvoyeuse de devises.

Le gouvernement a dû imposer des restrictions drastiques depuis 2020 pour contrôler ses réserves de devises étrangères, en interdisant notamment de nombreuses importations. Mais ces mesures ont eu pour effet de réduire aussi certaines activités économiques et d’entraîner de graves pénuries.

Le 13 janvier 2022

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.