Le retard du futur long-courrier de Boeing exaspère Emirates

(AFP)

Le 17 novembre 2021

Le retard dans la certification du futur avion long-courrier 777X coûte des milliards à Boeing et exaspère son principal client, Emirates, la compagnie aérienne de Dubaï. Mais l’avionneur américain parie toujours sur son succès avec la croissance à terme du trafic aérien.

Le plus grand biréacteur du monde, pour de longs mois encore en phase d’essai, a été présenté pour la première fois hors des Etats-Unis cette semaine à l’occasion du salon aéronautique de Dubaï aux Emirats arabes unis, le premier d’ampleur depuis la pandémie.

Dans sa version bleue et blanche, l’avion aux ailes d’albatros s’est livré à des démonstrations en vol, enchaînant virages serrés et ascensions rapides.

Sa présentation à Dubaï ne doit rien au hasard: c’est le fief de son principal client, la compagnie Emirates qui en a commandé 115 exemplaires. La région du Golfe, avec les commandes de Qatar Airways et Etihad, représente les deux-tiers des 320 commandes passées depuis le lancement du programme en 2013.

Mais depuis, les premières livraisons ont été repoussées à plusieurs reprises et sont attendues fin 2023. Conséquence, Boeing, déjà très endetté, a dû prévoir un surcoût de 6,5 milliards de dollars (plus de 5,7 milliards d’euros).

« Boeing a repoussé la certification à juillet 2023 alors que nous devions en prendre livraison en juin 2020. Personne ne sait s’ils y parviendront ou non », a affirmé dans une froide colère le président d’Emirates, Tim Clark, devant quelques journalistes.

Ces retards coûtent des millions à sa compagnie, la contraignant à moderniser des appareils plus anciens en attendant les 777X.

« Pour restaurer notre réseau, nous avons besoin de tous nos avions et nous ne pouvons pas permettre aux constructeurs de nous ralentir », s’est-il exaspéré.

A Dubaï, Boeing cherche à rassurer sur l’avancée des essais en vue de l’obtention du précieux sésame permettant son exploitation commerciale.

« Nous en sommes à 600 vols d’essai, soit 1.700 heures de vol, et ses performances sont au rendez-vous », assure le directeur commercial de l’avionneur, Ihssane Mounir.

Les deux accidents de son 737 MAX qui ont cloué au sol l’appareil pendant 20 mois avaient mis en évidence des erreurs dans la conception de l’appareil et un processus de certification défaillant. Pour voler à nouveau, le MAX a dû passer par un exigeant processus de re-certification devant l’autorité américaine de régulation, la FAA.

« Les accidents nous ont amenés à réfléchir aux programmes de développement et à ce que nous faisons. Nous tirons les leçons apprises sur le MAX et les appliquons aux prochains programmes de développement », explique Mike Fleming, un haut-responsable de Boeing.

– « Vague de remplacements » –

Doté d’ailes composites dont les extrémités sont repliables, de nouveaux moteurs, le 777X sera décliné en deux variantes, le 777-8 et le 777-9, ainsi qu’une version cargo dont le lancement doit être officialisé prochainement.

Boeing promet aussi une réduction d’environ 20% de la consommation de carburant et donc des émission de CO2 par rapport à la génération précédente.

Son arrivée sur le marché fin 2023 arrivera finalement au moment opportun, alors que le trafic aérien mondial, particulièrement sur les longues distances, s’est effondré avec le Covid, veut-on croire chez Boeing.

« Nous nous attendons à une reprise en trois étapes, la demande pour les long-courriers étant la dernière à repartir » et à retrouver son niveau d’avant-crise « vers 2024 », explique Tom Sanderson, directeur du marketing des produits de l’avionneur.

Cela correspondra selon lui au début d’une « vague de remplacements » d’avions gros-porteurs, de loin les plus lucratifs pour les avionneurs.

« De nombreux avions long-courriers d’ancienne génération commenceront à arriver en fin de vie et nous continuerons à voir le nombre d’avions retirés du service augmenter jusque dans les années 2030 », prévoit-il.

Et c’est sans compter sur la croissance attendue du trafic aérien mondial qui devrait doubler d’ici 2050 par rapport à son niveau d’avant-crise, selon l’Association internationale du trafic aérien (Iata).

La flotte mondiale devrait suivre: Boeing estime qu’il faudra près de 7.700 nouveaux gros-porteurs d’ici 2040.

Le 17 novembre 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.