χ

Exploitation laitière cherche repreneurs désespérément

(AFP)

AFP

Le 13 septembre 2022

Une ferme laitière transmise depuis trois générations et deux frères, co-exploitants, qui approchent de l’âge de la retraite sans savoir ce qu’il adviendra de leur exploitation… C’est un cas de figure semblable à celui rencontré par un tiers des exploitants agricoles français de plus de 60 ans.

La route serpente entre 95 hectares de parcelles de céréales jusqu’au bâtiment des animaux où une soixantaine de vaches produisent chaque jour plus de 1.000 litres de lait. Dans le village de Bassy, en Haute-Savoie, les deux frères Chatelain, âgés de 60 et 61 ans, représentent la troisième génération d’éleveurs depuis 1928.

« Tout petits déjà, on aidait sur la ferme, il y a eu la transmission d’un savoir-faire qu’on est en train de perdre », regrette l’aîné, Gilles Chatelain, président de la Coordination Rurale des Savoie, un syndicat agricole.

Si en 1970 la France comptait près de 1,6 million d’exploitants agricoles, ils n’étaient plus que 496.000 en 2020, selon le dernier recensement en date du ministère de l’Agriculture. D’ici 2030, quelque 100.000 fermes devraient changer d’exploitants.

Les deux frères, à la tête d’une « bonne installation, économiquement viable », font « tout pour céder à leur tour quelque chose qui n’est pas endetté », mais l’élevage bovin souffre d’un manque d’attractivité.

C’est dans les filière bovines – viande et lait – que le ministère a recensé le moins de nouvelles installations de 2010 à 2020, alors que dans les dix prochaines années 45% des éleveurs laitiers seront en âge de partir à la retraite.

– « Casse-pipe » –

Avec une seule semaine de vacances par an, des horaires quotidiens allant de 6 heures à 20 heures et un week-end travaillé sur deux, la charge de travail est conséquente.

« Quel salarié l’accepterait ? », lance Gilles Chatelain, qui se paye un peu plus de 2.000 euros par mois, « une rémunération toujours assez faible et peu concordante une fois ramenée aux heures travaillées », dit-il.

Pourtant, « on fait 150.000 litres de lait de plus qu’il y a vingt ans », mais la rémunération ne suit pas l’augmentation de la production, explique-t-il.

Pour ne rien arranger, le coût de l’alimentation des animaux s’est considérablement accru depuis le début de la guerre en Ukraine, alors que cet été il a fait bien trop chaud et trop sec pour que l’herbe, qui nourrit les bovins en cette saison, pousse dans les prairies.

« On est en train de décapitaliser 10% du cheptel pour avoir moins de bouches à nourrir cet hiver », poursuit Gilles Chatelain, pointant du doigt l’espace de stockage du foin, qui devrait déborder à cette période de l’année.

S’il est prêt à travailler « tant que la santé suit », il ne voudrait pas dépasser 65 ans: la retraite serait « idéalement à la fin de l’année 2023, mais au plus tard en 2025 ».

– Faciliter la transmission –

« Il y a un service installation/transmission pour des mises en relation entre cédants et repreneurs », sur lequel les deux frères comptent pour faire perdurer la production de lait après leur départ.

Gilles Chatelain, qui estime la valeur de sa ferme – bâtiment, équipement, cheptel compris – à près d’un demi-million d’euros, pense rester propriétaire du bâtiment qui constitue l’essentiel de ce patrimoine. Il le louerait aux futurs accédants pour réduire le coût de leur installation tout en s’assurant un revenu pendant sa retraite.

Le défi de la transmission des exploitations, enjeu clé de la politique agricole, doit faire l’objet de vastes consultations par le ministère dans les mois à venir pour élaborer une loi d’orientation d’ici au premier semestre 2023.

Quatre axes se dégagent : l’orientation et la formation des jeunes agriculteurs, la transmission des exploitations, le renouvellement des générations et le foncier, et enfin, l’adaptation au changement climatique.

Le 13 septembre 2022

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.