Ethiopie: dans la capitale, des manifestants promettent de repousser les rebelles

(AFP)

Le 7 novembre 2021

Des dizaines de milliers d’Éthiopiens ont juré dimanche lors d’un rassemblement pro-gouvernemental à Addis Abeba de défendre la capitale contre les rebelles tigréens et dénoncé les efforts diplomatiques pour mettre fin au conflit dans le nord du pays.

Ce rassemblement s’est tenu cinq jours après que le gouvernement a décrété l’état d’urgence sur l’ensemble du territoire, officiellement pour protéger la population du Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) qui revendique depuis une semaine la prise plusieurs villes stratégiques et n’a pas exclu de marcher sur Addis Abeba.

Présente à ce rassemblement sur la célèbre place Meskel, la maire d’Addis Abeba, Adanech Abebe, a accusé « les ennemis » de l’Éthiopie de vouloir « terroriser notre population ».

« Ils disent qu’Addis Abeba est encerclée, mais Addis Abeba n’est entourée que par son peuple incroyable, par ses enfants héroïques et vigilants », a-t-elle lancé.

Elle a également dénoncé l’attitude de l’administration Biden, très critique sur ce conflit et qui a annoncé la semaine dernière son intention de mettre fin à un accord commercial avec l’Ethiopie en raison des violations des droits de l’homme durant cette guerre.

« Nous ne sacrifierons pas notre liberté », a-t-elle déclaré, affirmant que « la place du TPLF est en enfer ».

Des manifestants brandissaient des pancartes exhortant les États-Unis à « arrêter de nous sucer le sang » ou dénonçant les médias occidentaux accusés de diffuser des « fausses nouvelles » exagérant l’avancée rebelle.

Le 4 novembre 2020, Abiy Ahmed a envoyé l’armée dans la région septentrionale du Tigré pour destituer les autorités régionales issues du TPLF, qu’il accusait d’avoir attaqué des bases militaires.

Il a proclamé la victoire le 28 novembre. Mais en juin, les combattants pro-TPLF ont repris l’essentiel de la région puis avancé dans les régions voisines de l’Afar et de l’Amhara.

Plusieurs habitants d’Addis Abeba ont déclaré dimanche ne pas craindre le TPLF.

« Ils ne viendront pas à Addis parce que je pense que l’armée peut les détruire », a déclaré Kebede Hailu, vendeur de vêtements: « Il n’y aura pas de négociation. Ce sont des terroristes, ils devraient être enterrés et anéantis. »

Le chanteur Tariku Gankisi a passé un message plus modéré lorsqu’il est monté sur scène, appelant à des pourparlers de paix.

« Pourquoi disons-nous qu’il faut avancer et mourir ? Que les jeunes restent, que les plus âgés partent (au front). Il vaut mieux avoir des négociations », a-t-il déclaré, ajoutant: « Assez des armes, ce n’est pas une solution. »

Pendant qu’il parlait, on pouvait entendre une des personnes présentes sur scène demander: « Qui l’a invité ? »

Le 7 novembre 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.