χ

Entre espoir et frustration, l’avenir incertain de migrants africains au Rwanda

(AFP)

AFP

Le 27 juin 2022

Cela fait presque un an qu’Ismail Hmdan Banaga est arrivé au Rwanda. Un an « frustrant et infructueux » d’attente sur sa demande d’asile au Canada et ce Soudanais s’impatiente, au point d’envisager de repartir en Libye pour retenter sa chance vers l’Europe.

Cet homme de 33 ans fait partie des près de 1.100 migrants accueillis depuis 2019 dans le cadre d’un programme d’accueil de réfugiés venus de Libye.

Le Rwanda doit désormais recevoir des migrants clandestins expulsés du Royaume-Uni, dans le cadre d’un accord qui a suscité les condamnations d’ONG, de l’ONU et de l’Eglise anglicane.

Aucun n’est arrivé pour l’instant, après que le premier charter a été bloqué par une décision de la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH). Le gouvernement rwandais a assuré se tenir « prêt à leur offrir sécurité et opportunités » sur son sol.

Au Centre de Transit de Gashora, à une soixantaine de kilomètres de la capitale Kigali, personne n’envisage de s’installer dans ce petit Etat d’Afrique de l’Est.

Ils sont environ 400 migrants, vivant dans des maisonnettes en briques, avec à leur disposition cafétéria, terrains de basket et de volley, circuit d’entraînement à la conduite – certains disent vouloir devenir chauffeurs de taxi en Europe – et ateliers de formation au tissage et à la coiffure.

« Au camp, j’ai la liberté de faire ce que je veux, c’est bien mieux qu’en Libye. Mais la vitesse de traitement des demandes d’asile est très lente », explique Ismail Hmdan Banaga: « J’ai fait plusieurs entretiens pour aller au Canada mais je n’ai pas eu de retour. Les responsables ne sont pas très clairs sur la suite ».

« Le fait est que je ne retournerai pas au Soudan et que je ne vais pas rester ici toute ma vie. Je préfère repartir pour essayer de traverser la mer » Méditerranée, affirme-t-il.

– « Rwanda à la rescousse » –

« Je regrette d’être venu au Rwanda », lâche un autre Soudanais, qui se confie sous couvert d’anonymat, estimant ne pas pouvoir s’exprimer librement en présence de responsables rwandais et de l’agence des Nations Unies pour les réfugiés.

Lui aussi est arrivé depuis un an et attend des nouvelles de sa demande d’asile. « S’il s’avère qu’ils me laissent tomber, alors ce sera mieux de retourner en Libye que de rester ici dans cette humiliation », assure-t-il.

Pour Zemen Fesaha, en revanche, le rêve est devenu réalité.

La demande d’asile de cet Erythréen de 26 ans a été acceptée il y a quelques mois. « Je m’envole la semaine prochaine pour le Canada, je suis excité », sourit-il, soulagé de voir son long calvaire prendre fin.

Il raconte avoir tenté plusieurs fois de traverser la Méditerannée, versant au total environ 20.000 dollars à des passeurs.

« Un jour, le bateau s’est retourné et beaucoup se sont noyés. J’ai nagé pendant des heures avec d’autres survivants jusqu’au rivage et nous avons été arrêtés. Ils nous ont mis en prison et nous y sommes restés pendant des mois jusqu’à ce que le Rwanda vienne à la rescousse ».

Depuis le début du programme, plus de 600 réfugiés ont été réinstallés au Canada, en Finlande, en France ou en Suède.

Aucun n’a demandé de séjour permanent au Rwanda, selon le HCR et les autorités locales.

« Nous sommes venus au Rwanda pour partir, pas pour rester », résume Nyalada Gatkouth Jany, une Sud-Soudanaise dont la Finlande a accepté la demande d’asile avec son fils d’un an.

Elle a laissé son frère, sa mère au pays, tenté « quatre fois » de traverser la Méditerranée, été en prison, « vu la mort de gens de (ses) propres yeux ». « Et ici, nous sommes juste assis comme ça. Nous voulons travailler parce que nous voulons les soutenir », explique-t-elle.

« Le Rwanda a été gentil avec moi mais je ne souhaite pas rester ici », affirme aussi Tesfay, un Erythréen de 27 ans: « C’est un pays pauvre avec ses propres problèmes. Je ne peux pas quitter l’Erythrée pour me réinstaller au Rwanda ».

Le 27 juin 2022

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.