χ

En quête d'économies, la BBC coupe dans son service international

(AFP)

AFP

Le 29 septembre 2022

Contrainte à des "choix difficiles" pour atteindre ses objectif d'économies, la BBC a annoncé jeudi la suppression de centaines de postes dans son service international, avec un transfert massif en ligne de programmes en langues étrangères diffusés jusqu'à présent à la radio et télévision.

Sous pression financière du gouvernement conservateur et à la peine face à l'exode de son public vers les plateformes, le groupe audiovisuel public britannique, qui s'apprête à fêter son centenaire, avait annoncé en mai un plan drastique de transformation.

L'objectif est de réaliser 500 millions de livres annuels (559,2 millions d'euros) d'économies, afin de combler le trou laissé dans ses comptes par le gel de la redevance et d'investir pour accélérer sa mutation vers le numérique.

Pour le prestigieux BBC World Service, qui touche 365 millions de personnes dans le monde chaque semaine et constitue un outil majeur du "soft power" britannique, le couperet est tombé.

Sur les 1.000 postes supprimés dans le groupe, sur 22.000 employés, il en perdra 382, pour des économies estimées à 28,5 millions de livres par an (31 millions d'euros).

Le projet va se traduire par la fermeture des radios en arabe, en perse et en chinois, ainsi que l'arrêt de certains programmes TV en Afrique ou Asie, a précisé dans un communiqué le groupe audiovisuel public britannique.

"L'évolution des habitudes du public dans le monde, avec un nombre croissant de personnes accédant aux informations par voie numérique, s'accompagne d'un climat financier difficile", a rappelé le groupe.

La BBC assure qu'aucun des 41 services en langue étrangère ne sera complètement fermé. Presque la moitié d'entre eux ne seront plus disponibles qu'en ligne, certains d'entre eux vont déménager de Londres, vers Bangkok pour la rédaction thaïlandaise, vers Nairobi pour le bulletin télévisé africain.

Un hub spécialisé sur la Chine sera mis en place à Londres, tandis qu'un service se consacrera à produire des contenus "originaux" orientés vers le numérique sur l'Afrique, en 12 langues.

Les programmes proposés par les rédactions étrangères de la BBC sont cruciaux pour certains pays où il existe peu de médias indépendants et où la liberté de la presse est strictement restreinte.

- Redevance menacée -

"Des centaines de millions de personnes font confiance à la BBC pour obtenir des informations justes et impartiales, notamment dans les pays où elles sont rares", a souligné Liliane Landor, directrice du BBC World Service, dans le communiqué.

"Il existe des arguments convaincants en faveur de l'expansion de nos services numériques au sein du World Service, afin de mieux servir nos publics", a-t-elle ajouté. "La façon dont le public accède aux informations et aux contenus évolue et toucher les audiences du monde entier avec un journalisme de qualité et de confiance représente de plus en plus un défi."

Déjà difficile, le contexte s'est encore dégradé pour la "Beeb" ces derniers mois avec l'envolée des prix et donc de ses coûts, la poussant à "des choix difficiles".

Pour atteindre ses objectifs d'économies globaux, le groupe a déjà annoncé son intention de fusionner ses chaînes d'informations britannique et internationale. Il va également cesser de diffuser en linéaire certaines chaînes, pour les enfants ou culturelle notamment.

Le groupe s'est fixé comme objectif de réaliser 75% de ses audiences via sa plateforme numérique de programmes télévisés iPlayer, avec des investissements pour créer de nouveaux contenus et également de nouveaux podcasts.

Aux bouleversements des habitudes de consommation de ses audiences, avec l'émergence de Netflix ou Disney+, s'ajoutent des relations difficiles avec le pouvoir conservateur, qui l'a accusé de biais anti-Brexit et plus généralement d'être centré sur les élites urbaines plutôt que les classes populaires.

Le gouvernement a gelé en janvier pour deux ans la redevance (159 livres, 177 euros) et remis en question la survie à long terme de ce mode de financement mal aimé, surtout en période d'inflation historique.

Le 29 septembre 2022

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.