Dernier atterrissage pour Alitalia qui passe le relais à ITA

(AFP)

Le 15 octobre 2021

Alitalia éteint ses moteurs après 74 années de vol mouvementées pour laisser piste libre à une jeune start-up, ITA, née de ses cendres, dans un marché aérien qui peine à se relever des turbulences de la pandémie de coronavirus.

Le premier vol d’Italia Trasporto Aereo devait décoller vendredi à 6h20 (04h20 GMT) de Milan-Linate en direction de Bari dans le sud du pays, sept heures après le dernier atterrissage d’Alitalia la veille à Rome, en provenance de Cagliari.

Née le 5 mai 1947, Alitalia a symbolisé la réussite économique de l’Italie après la Seconde Guerre mondiale, devenant dans les années 70 la septième compagnie mondiale, avant de connaître un long déclin, qui s’est aggravé ces dernières années.

Son histoire se confond avec celle du pays: les premières hôtesses arrivent à bord en 1950, Alitalia devient transporteur officiel des Jeux olympiques de Rome en 1960 et franchit la barre du million de passagers, Paul VI est le premier pape à l’emprunter en 1964 et Antonella Celletti la première femme à piloter l’un de ses avions en 1989.

« C’est avec une tristesse profonde qu’on assiste à la fin d’Alitalia, c’était notre fleuron national, symbole de l’histoire de ce pays », raconte, émue, Laura Facchini, 47 ans, hôtesse de l’air chez Alitalia depuis 20 ans.

Comme tant d’autres, elle a posé en vain sa candidature pour être reprise par ITA dans le cadre du premier contingent de 2.800 personnes recrutées cette année. 5.750 salariés devraient être embauchés en 2022, sur un total de 10.500 employés d’Alitalia.

– Fronde syndicale –

« Beaucoup d’entre nous sont désespérés, car ils n’ont plus de travail. On était très attachés à cette compagnie, très motivés, on avait toujours le sourire aux lèvres », témoigne cette déléguée nationale du syndicat UGL Trasporto Aereo.

Les syndicats d’Alitalia multiplient les manifestations, protestant contre les « contrats au rabais » proposés par ITA, avec des baisses de salaires atteignant 20%, voire 40% pour les pilotes, et la « vente à la découpe » de la compagnie.

Si le secteur aviation a été transféré à ITA, une société 100% publique, les services au sol et la maintenance seront vendus séparément, par le biais d’appels d’offres, comme l’a exigé Bruxelles durant d’âpres négociations avec Rome.

La Commission européenne a donné en septembre son feu vert au décollage de la jeune pousse et a autorisé l’injection de 1,35 milliard d’euros de fonds publics. Constatant « une discontinuité économique » entre Alitalia et ITA, elle a dispensé cette dernière de rembourser les « aides d’Etat illégales » perçues par son prédécesseur.

Au fil des années, l’Etat italien a déboursé plus de 13 milliards d’euros pour tenter de remettre à flot la compagnie, entre recapitalisations et prêts relais. Mais rien n’y a fait, Alitalia a cumulé des pertes de 11,4 milliards d’euros entre 2000 et 2020.

« La grande erreur aura été de ne pas investir sur le marché lucratif du long-courrier », a commenté à l’AFP Andrea Giuricin, économiste des transports à l’université Bicocca de Milan.

D’autant que des low cost comme Ryanair et Easyjet cassaient les prix sur les court-courriers et que le TGV a réduit de 6 à 3 heures le temps de trajet entre Rome et Milan.

– Course vers la faillite –

Au bord de la faillite, Alitalia a été placée sous tutelle de l’administration publique en 2017, mais sa situation s’est encore dégradée sous l’effet de la crise du Covid-19 qui a cloué au sol les compagnies aériennes mondiales.

En 2020, Alitalia perdait deux millions d’euros par jour, transportant seulement 6,3 millions de passagers, là où Ryanair en a fait voyager 52,1 millions et Air France-KLM 34 millions.

Avec une flotte réduite de moitié, à 52 appareils, dont 7 gros porteurs, ITA aura du mal à prendre son envol, juge Andrea Giuricin.

« Résister à la concurrence des géants Air France-KLM et Lufthansa sur les routes internationales et des compagnies à bas coût sur le marché intérieur relève d’une mission impossible ».

Depuis la mise sous tutelle publique d’Alitalia il y a quatre ans, le gouvernement a cherché en vain des repreneurs.

Dans le passé, Alitalia avait pourtant attiré des prétendants, comme Air France-KLM qui a soumis une offre en mars 2008 mais s’est heurtée au refus de Silvio Berlusconi, arrivé au pouvoir peu après, menant campagne sur le thème de la défense de « l’italianité ».

Sauvée dans la foulée par le gotha du patronat italien, Alitalia à dû être secourue en 2014 par la compagnie émiratie Etihad, qui a acquis 49% de son capital, sans toutefois arrêter sa folle course vers la faillite.

Le 15 octobre 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.