De Prades à Brassens, le « retour aux sources » de Castex

(AFP)

Le 22 octobre 2021

De son fief de Prades au centenaire de la naissance de Brassens à Sète, en passant par la relance du train des primeurs à Perpignan, Jean Castex s’est façonné une journée cousue main vendredi, célébrant action locale et « pieds sur terre ».

L’intensité des journées d’un Premier ministre se mesure parfois au niveau du flacon de gel hydroalcoolique qu’une aide de camp, parfois un peu dépassée par les effusions, dégaine entre deux tournées de salutations et embrassades.

Vendredi, ladite bouteille s’est singulièrement allégée avec le « retour aux sources » de M. Castex sur ses terres des Pyrénées-Orientales, dans la petite ville de Prades où chacun l’imagine encore maire, après avoir occupé le fauteuil 12 ans jusqu’à sa nomination à Matignon en juillet 2020. Même si le dogme des gestes barrières s’est quelque peu effacé dans ce maelström de retrouvailles avec des habitants qu’il se plaît à alpaguer par leurs prénoms.

S’il n’a pu – à regrets – embrasser les 6.000 âmes de la commune, le Premier ministre s’est enquis de la santé de Richard le boulanger et a serré dans ses bras Martine, pris la température des affaires de Jean-Jacques à l’agence immobilière, demandé des nouvelles du petit Gabriel dont le père dit qu’il « pousse comme un champignon ». Et bien sûr avalé un café avec « les sénateurs du Conflent », une joyeuse bande de septuagénaires solidement arrimés à l’arrière-salle du bar « Chez Féfé », surnommée par M. Castex « le saint des saints ».

Dans les échanges avec les siens, aucun commentaire sur l’annonce, la veille, d’un « chèque inflation » de 100 euros. On évoque plutôt de vieux souvenirs ou les affaires courantes de la ville.

Arrivé dans son ancien bureau de maire, à la décoration intacte depuis 30 ans, M. Castex soupire: « ça me manque et ça me sert. Ici, on est dans des tailles de collectivités où l’on prend tout en direct. On ne peut pas déléguer, subdéléguer. C’est très formateur. »

Devant la photo d’un de ses prédécesseurs à l’hôtel de ville, qui fut en même temps édile, sénateur RPR et conseiller général, il défend aussi l’ancrage local des élus nationaux, mis à mal par l’interdiction du cumul des mandats.

« Quand il s’agit de communes de taille modeste, je pense que ce serait fort utile pour l’exercice des mandats nationaux d’avoir les pieds sur terre, ce contact permanent avec la réalité. Sinon ça coupe un peu », avance-t-il, en plaidant pour « un aménagement » de la loi.

– Le train siffle deux fois –

Plus tard, et avant d’aller déjeuner dans son restaurant fétiche situé dans la galerie commerciale de l’Intermarché, avec vue sur le Canigou, M. Castex a posé la première pierre d’une passerelle piétonne sur la rivière coupant la ville, le Têt. L’occasion de vanter ces projets à petite échelle en partie co-financés par l’Etat, « la meilleure façon de réconcilier la politique avec les citoyens ».

Une illustration de la méthode Castex, auto-proclamé Premier ministre des « territoires », friand d’inaugurations de tronçons de route nationale et d’antennes 4G, et conduisant ses politiques à la boussole du « bon sens ».

C’est d’ailleurs au nom de ce même « bon sens » qu’il a relancé vendredi après-midi avec gourmandise le « train des primeurs », acheminant fruits et légumes méditerranéens de Perpignan au marché de Rungis, après deux ans d’interruption « incompréhensible ».

Un dossier dont ce ferrovipathe notoire s’est emparé dès son arrivée à Matignon et qu’il a porté de bout en bout, en ajoutant vendredi le plaisir personnel et quasi enfantin de grimper dans la locomotive et de faire siffler par deux fois le train.

En fin de journée, M. Castex était attendu à Sète, où les festivités autour du centenaire de la naissance de Georges Brassens (22 octobre 1921) battent leur plein.

Fan absolu du chanteur, dont il connaît le répertoire par coeur, le chef du gouvernement doit visiter une exposition consacrée à celui qui a grandi sur les pentes du mont Saint-Clair, avant d’assister à une représentation du spectacle-anniversaire du comédien François Morel.

Le 22 octobre 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.