Colombie: des militaires dans les rues de Bogota contre l’insécurité

(AFP)

Le 16 septembre 2021

Des centaines de militaires patrouillaient jeudi dans les rues de Bogota pour aider à lutter contre l’insécurité dans la capitale colombienne, selon les autorités.

Ce déploiement militaire pour épauler la police fait suite à une demande de la maire, Claudia Lopez, qui a réclamé des « renforts » pour juguler une vague de vols à main armée violents et parfois mortels.

Près de 360 soldats, membres de la police militaire, seront déployés en plusieurs points de Bogota, a expliqué mercredi soir, au lancement de l’opération, le ministre de la Défense Diego Molano, entouré de policiers et de militaires en armes, au cours d’une conférence de presse improvisée dans la rue.

Aux premières heures de leur déploiement, les militaires ont investi trois quartiers populaires de la ville, dont le quartier Kennedy, au sud de la capitale, réputé pour sa délinquance et son insécurité.

Armés, ils vont essentiellement vérifier des identités, fouiller des véhicules, et pourront procéder à des arrestations.

« La criminalité et la violence ont augmenté » ces derniers mois, a justifié M. Molano, attribuant cette aggravation à la hausse du chômage et de la pauvreté, et aux conséquences « psychologiques et culturelles du confinement » imposé par la pandémie de coronavirus.

Avec une pauvreté atteignant 42% de la population et un chômage à plus de 16%, l’économie colombienne a été particulièrement touchée par la pandémie.

La capitale a besoin de 10.000 policiers supplémentaires, en plus des 16.000 qu’elle compte aujourd’hui, selon la municipalité.

En 2021, 754 homicides et plus de 65.000 vols contre des personnes ont été enregistrés, selon les statistiques officielles. Ces chiffres sont encore inférieurs aux 1.031 homicides et 82.169 vols commis l’année dernière, mais les autorités affirment que les indicateurs sont en hausse constante depuis mars.

La présence de militaires dans les rues de Bogota n’est pas inédite : en mai, ils avaient été déployés dans la capitale et les principales villes du pays au plus fort d’une flambée sociale contre le président conservateur Ivan Duque, qui a fait plus de 60 morts.

– « Mesures désespérées » –

Dans un pays qui sort de décennies de violences rebelles, et où l’insécurité urbaine est un thème politique récurrent, souvent brandi par la droite, ce déploiement a cependant suscité le débat, en particulier dans le camp de la maire de gauche, Claudia Lopez.

« Nous ne pouvons pas céder à des mesures désespérées et fondées sur la peur », a réagi auprès de l’AFP le conseiller municipal Diego Cancino, du même parti que Mme Lopez, qui a qualifié cette décision d' »autoritaire ».

Michael Weintraub, professeur à l’Université des Andes et auteur d’études sur le sujet, s’est dit sceptique « sur l’efficacité de cette mesure », notant que ce n’est pas le rôle (de l’armée) dans l’État colombien ».

En plus de 60 ans de conflit armé, l’armée s’est concentrée sur la lutte contre les guérillas et le trafic de drogue.

« Militarisation ou dissuasion ? », s’est interrogé le quotidien El Espectador, pour qui la demande de renforts par la maire est d’abord une « reconnaissance que la sécurité est insuffisante » dans les rues de Bogota.

« Les normes sont que l’armée ne peut pas remplacer les fonctions constitutionnelles de la police. Là, il s’agit de soutenir notre police métropolitaine », a convenu Mme Lopez.

La remise en liberté de certains délinquants interpellés alimente aussi de nombreux articles de presses et polémiques, alors que l’insécurité s’annonce comme un thème majeur de la présidentielle du printemps 2022.

Le 16 septembre 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.