χ

Brésil: à Rio, un ballon d’essai pour sortir les favelas de l’abandon

(AFP)

AFP

Le 23 janvier 2022

Après des décennies d’échecs répétés, Rio de Janeiro va tenter de libérer son millier de favelas du joug de gangs et des milices en lançant un ballon d’essai dans seulement deux d’entre elles, une initiative qui laisse les experts sceptiques.

Les favelas de Jacarezinho, qui compte 90.000 habitants, et de Muzema, vont servir de laboratoire d’un nouveau programme combinant sécurité et projets sociaux.

Mais si le gouverneur Claudio Castro a promis de « changer la vie de la population » en la soustrayant au joug du crime organisé, des spécialistes restent sceptiques, dénonçant un « spectacle médiatique » en année électorale.

Tout a commencé par une démonstration de force.

Mercredi à l’aube, plus de 1.200 hommes ont été déployés à Jacarezinho, où plus 28 personnes avaient trouvé la mort en mai lors du raid policier le plus sanglant de l’histoire de Rio.

Les habitants se sont terrés chez eux, tandis que des hommes en treillis lourdement armés patrouillaient dans chaque ruelle aux mansardes délabrées et aux forêts de fils électriques qui pendent parfois jusqu’au sol.

Ce quartier situé dans le nord de Rio est l’un des bastions du « Commando Vermelho » (commando rouge), gang de narcotrafic qui sème la terreur depuis la fin des années 70.

D’autres policiers ont été envoyés à Muzema, où les habitants vivent sous la tutelle de milices para-militaires qui les extorquent pour leur fournir le gaz ou internet.

En juin 2019, 24 personnes sont mortes dans ce quartier de l’ouest de Rio, lors de l’effondrement de deux constructions illégales.

– Questions sans réponse –

Cette vaste opération de « reconquête », comme l’a qualifiée M. Castro, a pris tout le monde de court, y compris le maire de Rio, Eduardo Paes, qui a dit n’avoir été prévenu que « la veille au soir ».

Samedi matin, le gouverneur a dévoilé des détails de son programme, « Cidade Integrada » (ville intégrée).

Contrairement aux rumeurs selon lesquelles d’autres opérations de grande envergure auraient lieu prochainement dans d’autres favelas, M. Castro a annoncé que, dans un premier temps, le programme ne concernerait que Jacarezinho et Muzema.

« Nous ne penserons à mettre en oeuvre le programme dans d’autres favelas que quand il fonctionnera pleinement » dans ces deux favelas-pilote, a-t-il expliqué.

En dehors du maintien d’une présence policière importante, il a prévu un véritable plan Marshall des favelas, avec 500 millions de réais (environ 80 millions d’euros) d’investissements en projets sociaux et en infrastructures, notamment de traitement des eaux.

Des centres de formation professionnels verront le jour, ainsi que des installations sportives et culturelles.

Une allocation de 300 réais (environ 48 euros) par mois sera versée aux jeunes mères de famille de 16 à 30 ans.

Mais pour Cecilia Olliveira, directrice de Fogo Cruzado, plateforme numérique qui recense les fusillades à Rio, cette annonce a apporté « plus de questions que de réponses ».

« Ça veut dire quoi, ‘fonctionner pleinement’? Si on veut vraiment intégrer toute la ville, deux favelas, c’est clairement insuffisant. Et est-ce vraiment faisable d’étendre ce programme à toutes les favelas? ».

Jacarezinho et Muzema ne sont qu’une goutte d’eau dans l’océan d’un millier de favelas où vivent plus d’un quart des 6,7 millions d’habitants de Rio.

– Le mirage des UPP –

Pour Julita Lemgruber, coordinatrice du Centre de recherches sur la sécurité et la citoyenneté (Cesec) de l’Université Candido Mendes, « Cidade Integrada » n’est qu’un « spectacle médiatique ».

« Je n’attends rien de ce programme parce qu’il n’y a eu aucune concertation avec les habitants », déplore-t-elle.

Elle craint un nouvel échec après celui des Unités de Police Pacificatrices (UPP), créées en 2008 par l’ex-gouverneur Sergio Cabral, incarcéré depuis 2016 pour corruption.

Elle cite l’exemple du Complexo do Alemao, où un téléphérique spectaculaire a été installé jusqu’au sommet de la colline.

« Quand l’annonce a été faite, l’appel d’offre avait déjà eu lieu. Mais de nombreux habitants ont dit: ‘on a besoin de tant de choses ici, il n’y a même pas de tout-à l’égout’. Personne ne leur a demandé quoi que ce soit », rappelle-t-elle.

Les UPP ont permis dans un premier temps de réduire la violence dans une quarantaine de favelas, mais la situation s’est ensuite détériorée, notamment avec la crise financière qui a miné l’Etat de Rio après les jeux Olympiques de 2016.

Le 23 janvier 2022

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.