Biden salue l’avancée « colossale » de ses projets de réforme

(AFP)

Le 6 novembre 2021

Joe Biden a célébré samedi son premier grand succès législatif, au lendemain de l’adoption dans la douleur d’un vaste plan d’investissements dans les infrastructures, mais il doit encore surmonter les divisions démocrates pour faire voter le grand volet social et écologique de ses ambitieuses réformes.

« Je ne pense pas exagérer en affirmant que c’est une avancée colossale pour notre pays », a lancé le président des Etats-Unis devant les caméras, la mine visiblement soulagée après des mois de tractations laborieuses.

Il a affirmé qu’il promulguerait « bientôt » cette loi, pour un montant de 1.200 milliards de dollars d’investissements pour moderniser les routes et les ponts vétustes de la première économie mondiale, et rattraper les retards dans l’internet à haut débit. Elle a reçu vendredi soir l’aval définitif du Congrès américain, avec le soutien de l’immense majorité des démocrates mais aussi d’une poignée de républicains.

« A tous ceux qui, chez vous, se sentent abandonnés et laissés-pour-compte dans une économie qui change si rapidement: cette loi est pour vous », a-t-il lancé, vantant un « plan pour les cols bleus » porteur de « milliers d’emplois » qui « ne nécessiteront pas de diplôme universitaire ».

Selon lui, les effets concrets commenceront à se faire sentir sur le terrain « d’ici ou trois mois ».

Le président démocrate avait déséspérement besoin de cette victoire, face à la dégringolade de sa cote de popularité, après une défaite électorale retentissante de son camp dans l’Etat-clé de Virginie, et à un an des scrutins parlementaires de mi-mandat au cours desquelles les démocrates risquent fort de perdre leurs infimes majorités parlementaires.

– Verre à moitié plein –

Il lui aura fallu faire la preuve de ses talents de négociateur que cet ancien sénateur chevronné a tant vanté durant la campagne électorale face à Donald Trump, mais qui jusqu’ici ne lui avaient pas permis de surmonter les positions difficilement réconciliables de l’aile gauche et des centristes du parti démocrate.

Mais le verre de ses projets de réforme à hauteur de quelque 3.000 milliards de dollars sur dix ans, censés remodeler en profondeur l’Etat-providence américain, n’est qu’à moitié plein.

Joe Biden n’a pas encore pu convaincre une poignée d’élus modérés de son camp de voter aussi les 1.750 milliards de dollars du grand volet social et écologique, qui prévoit notamment l’école maternelle pour tous, une profonde amélioration de la couverture maladie et des investissements significatifs pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Ce plan, baptisé « Build Back Better » (BBB), ou « reconstruire en mieux », reste donc dans les limbes parlementaires.

Samedi, depuis la Maison Blanche, le président s’est de nouveau engagé à le faire voter par le Congrès.

« Je vais être clair: nous allons le passer à la Chambre des représentants et nous allons le passer au Sénat », a-t-il martelé, évoquant « un investissement historique » qui, selon lui, n’augmentera ni l’inflation ni le déficit public, et ne fera monter les impôts que pour les très riches.

S’il prédit un examen à la Chambre dans la semaine du 15 novembre — lorsqu’il fêtera ses 79 ans –, le président Biden n’a toutefois pas fixé d’échéance pour une adoption définitive. Au Sénat, le démocrate centriste de Virginie occidentale, Joe Manchin, continue en effet de faire de la résistance, rendant difficile tout pronostic.

Interrogé sur les raisons de sa confiance en dépit des obstacles qu’il doit encore franchir, Joe Biden a répondu, dans un sourire: « Moi ».

Le 46e président des Etats-Unis s’est personnellement investi, à force de tractations dans les coulisses, dans un compromis qui a été esquissé samedi pour permettre d’avancer sur les infrastructures. Les élus modérés de la Chambre se sont ainsi engagés à voter le plan BBB si une évaluation attendue prochainement des services du Congrès confirme le chiffrage de son coût pour les finances publiques.

Cela a débloqué le veto de l’aile progressiste, qui réclamait initialement un vote quasi-simultané sur les deux volets — même si six élus de l’aile gauche ont malgré tout voté contre le texte sur les infrastructures.

Le 6 novembre 2021

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.