Accusée de détournement de fonds, la CAF réagit

Un rapport de la situation financière de la Confédération africaine de football, réalisé par PwC pour le compte de la FIFA, révèle des irrégularités financières de la part de la CAF, rapportent plusieurs médias étrangers.

0-https://medias24.com//photos_articles/big/10-02-2020/ahmad-ahmad-et-infantino0.jpg-oui
Accusée de détournement de fonds, la CAF réagit

Le 10 février 2020 à 13:00

Modifié le 10 février 2020 à 23:29

Ce document de 55 pages pourrait créer des remous au sein de la CAF, si les informations qui circulent ces derniers jours sur les réseaux sociaux et relayées par plusieurs médias, s'avèrent exactes.

La CAF dément, accuse et promet de "hisser l'institution aux meilleurs standards internationaux"

Ces informations ont été démenties par la Confédération dans un communiqué publié dimanche 9 février sur son site web. 

"Les réformes structurelles de la CAF continueront malgré les tentatives de dérailler ce processus par presse interposée. Le Comité exécutif de la CAF se réserve par ailleurs le droit de poursuivre en justice tous les auteurs d’allégations mensongères et non fondées qui circulent depuis quelques jours dans la presse et sur les réseaux sociaux", lit-on sur le document.

"Conscient des lacunes dans la gestion des affaires de la CAF, legs d’une gestion familiale de plus de 30 ans, le Comité exécutif avait entériné le lancement d’un audit général le 11 avril 2019. C’est également le Comité exécutif de la CAF qui a demandé à la FIFA de mettre en place un partenariat de 6 mois afin d’accélérer les réformes entamées".

"Plusieurs mesures structurantes avaient été prises avant et pendant le partenariat de 6 mois avec la FIFA. Ces mesures concernent à la fois la gouvernance et la gestion courante des affaires de la CAF. Nous allons donc continuer dans cette voie des réformes et ainsi hisser la CAF aux meilleurs standards internationaux. La conduite du changement après plusieurs décennies de gestion artisanale ne peut se concrétiser en quelques semaines. Le Comité exécutif est résolu à finaliser la transformation de la CAF pendant son mandat".

"Le Comité exécutif a prévu une session le 14 février 2020 pour entériner la feuille de route 2020-2021 qui prendra en compte les différentes recommandations.", conclut le document.

Les conclusions de l'audit de PwC: documents "peu fiables et peu dignes de confiance"

PwC a remporté en septembre 2019 l'appel d'offres pour effectuer un audit complet de la CAF, avait annoncé le président de la CAF, Ahmad Ahmad, sur son compte Twitter. 

Selon les médias étrangers, notamment The New York Times, le rapport de PwC révèle des "irrégularités financières de la part de la CAF".

L’audit indique de "possibles abus de pouvoir" et des "ajustements frauduleux potentiels". Il souligne aussi que les documents comptables disponibles depuis 2015 sont jugés "peu fiables et peu dignes de confiance". L’ancienne gouvernance dirigée par Issa Hayatou est donc aussi pointée du doigt puisque le président Ahmad a été élu en 2017.

Le rapport mentionne également le paiement de cadeaux.

Selon NYT, le rapport révèle que la FIFA a remis un total de 51 millions de dollars à la CAF de 2015 à 2018 et que depuis lors, environ 24 millions de dollars de ce montant ont été décaissés par des responsables africains du football.

En examinant 40 paiements provenant de fonds de développement de la FIFA totalisant 10 millions de dollars, les vérificateurs ont constaté que seuls 5 paiements, totalisant 1,6 million de dollars, disposaient de documents suffisants pour confirmer l'affectation de l'argent  dépensé.

Notons que ces révélations interviennent une semaine après que la FIFA a annoncé la fin d'une mission dirigée par sa secrétaire générale, Fatma Samoura, destinée à rétablir l'ordre au sein de la CAF.

Des recommandations pour réformer la CAF

Selon RFI, "le comité exécutif de la CAF a pris connaissance, début février 2020 à Rabat, des recommandations formulées pour réformer la confédération, faites à l'issue de l'audit mené par PwC". De profonds changements dans la gouvernance au sein de cet organisme sont à effectuer.

Toujours selon le même journal, qui a consulté la synthèse des travaux menés au Maroc le 2 février, la CAF doit "introduire une séparation claire des pouvoirs entre les organes législatif, exécutif et judiciaire". 

Parmi les recommandations, figure également "la nécessité de renforcer la gestion financière et la responsabilisation". Les principales solutions indiquées sont, notamment, "que toutes les associations membres de la CAF se dotent de comptes bancaires dédiés pour les fonds de la CAF, et que tous les paiements soient effectués via des comptes bancaires officiellement désignés". "Les paiements en espèces et par chèques doivent être maintenus à un strict minimum". 

D'après Reuters, le rapport a également déclaré que la CAF doit examiner le manque de documentation pour les dépenses, et de manière plus détaillée, les accords sur les droits de diffusion, conclus avec la société française de marketing sportif Lagardère. 

Selon des médias marocains et étrangers, le rapport de PwC parle d'une implication du Maroc. Toutes nos recherches à cet égard se sont avérées peu concluantes. Fouzi Lekjaa, président de la FRMF, a par ailleurs démenti toute implication marocaine. A suivre.

Accusée de détournement de fonds, la CAF réagit

Le 10 février 2020 à17:06

Modifié le 10 février 2020 à 23:29

Un rapport de la situation financière de la Confédération africaine de football, réalisé par PwC pour le compte de la FIFA, révèle des irrégularités financières de la part de la CAF, rapportent plusieurs médias étrangers.

Ce document de 55 pages pourrait créer des remous au sein de la CAF, si les informations qui circulent ces derniers jours sur les réseaux sociaux et relayées par plusieurs médias, s'avèrent exactes.

La CAF dément, accuse et promet de "hisser l'institution aux meilleurs standards internationaux"

Ces informations ont été démenties par la Confédération dans un communiqué publié dimanche 9 février sur son site web. 

"Les réformes structurelles de la CAF continueront malgré les tentatives de dérailler ce processus par presse interposée. Le Comité exécutif de la CAF se réserve par ailleurs le droit de poursuivre en justice tous les auteurs d’allégations mensongères et non fondées qui circulent depuis quelques jours dans la presse et sur les réseaux sociaux", lit-on sur le document.

"Conscient des lacunes dans la gestion des affaires de la CAF, legs d’une gestion familiale de plus de 30 ans, le Comité exécutif avait entériné le lancement d’un audit général le 11 avril 2019. C’est également le Comité exécutif de la CAF qui a demandé à la FIFA de mettre en place un partenariat de 6 mois afin d’accélérer les réformes entamées".

"Plusieurs mesures structurantes avaient été prises avant et pendant le partenariat de 6 mois avec la FIFA. Ces mesures concernent à la fois la gouvernance et la gestion courante des affaires de la CAF. Nous allons donc continuer dans cette voie des réformes et ainsi hisser la CAF aux meilleurs standards internationaux. La conduite du changement après plusieurs décennies de gestion artisanale ne peut se concrétiser en quelques semaines. Le Comité exécutif est résolu à finaliser la transformation de la CAF pendant son mandat".

"Le Comité exécutif a prévu une session le 14 février 2020 pour entériner la feuille de route 2020-2021 qui prendra en compte les différentes recommandations.", conclut le document.

Les conclusions de l'audit de PwC: documents "peu fiables et peu dignes de confiance"

PwC a remporté en septembre 2019 l'appel d'offres pour effectuer un audit complet de la CAF, avait annoncé le président de la CAF, Ahmad Ahmad, sur son compte Twitter. 

Selon les médias étrangers, notamment The New York Times, le rapport de PwC révèle des "irrégularités financières de la part de la CAF".

L’audit indique de "possibles abus de pouvoir" et des "ajustements frauduleux potentiels". Il souligne aussi que les documents comptables disponibles depuis 2015 sont jugés "peu fiables et peu dignes de confiance". L’ancienne gouvernance dirigée par Issa Hayatou est donc aussi pointée du doigt puisque le président Ahmad a été élu en 2017.

Le rapport mentionne également le paiement de cadeaux.

Selon NYT, le rapport révèle que la FIFA a remis un total de 51 millions de dollars à la CAF de 2015 à 2018 et que depuis lors, environ 24 millions de dollars de ce montant ont été décaissés par des responsables africains du football.

En examinant 40 paiements provenant de fonds de développement de la FIFA totalisant 10 millions de dollars, les vérificateurs ont constaté que seuls 5 paiements, totalisant 1,6 million de dollars, disposaient de documents suffisants pour confirmer l'affectation de l'argent  dépensé.

Notons que ces révélations interviennent une semaine après que la FIFA a annoncé la fin d'une mission dirigée par sa secrétaire générale, Fatma Samoura, destinée à rétablir l'ordre au sein de la CAF.

Des recommandations pour réformer la CAF

Selon RFI, "le comité exécutif de la CAF a pris connaissance, début février 2020 à Rabat, des recommandations formulées pour réformer la confédération, faites à l'issue de l'audit mené par PwC". De profonds changements dans la gouvernance au sein de cet organisme sont à effectuer.

Toujours selon le même journal, qui a consulté la synthèse des travaux menés au Maroc le 2 février, la CAF doit "introduire une séparation claire des pouvoirs entre les organes législatif, exécutif et judiciaire". 

Parmi les recommandations, figure également "la nécessité de renforcer la gestion financière et la responsabilisation". Les principales solutions indiquées sont, notamment, "que toutes les associations membres de la CAF se dotent de comptes bancaires dédiés pour les fonds de la CAF, et que tous les paiements soient effectués via des comptes bancaires officiellement désignés". "Les paiements en espèces et par chèques doivent être maintenus à un strict minimum". 

D'après Reuters, le rapport a également déclaré que la CAF doit examiner le manque de documentation pour les dépenses, et de manière plus détaillée, les accords sur les droits de diffusion, conclus avec la société française de marketing sportif Lagardère. 

Selon des médias marocains et étrangers, le rapport de PwC parle d'une implication du Maroc. Toutes nos recherches à cet égard se sont avérées peu concluantes. Fouzi Lekjaa, président de la FRMF, a par ailleurs démenti toute implication marocaine. A suivre.

A lire aussi


Communication financière

Sonasid : communiqué post assemblée générale ordinaire & extraordinaire des actionnaires, tenue le 30 juin 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.