Études médicales : le gouvernement maintient les dates d'examens et lance un appel à la responsabilité

Le porte-parole du gouvernement a tenu ce mardi 25 juin un point de presse pour détailler, expliquer et apporter un éclairage précis sur le dossier des études en médecine et pharmacie, particulièrement la proposition et la position du gouvernement. Objectif : corriger d'éventuelles fausses informations véhiculées dans le cadre de cette crise.

Études médicales : le gouvernement maintient les dates d'examens et lance un appel à la responsabilité

Le 25 juin 2024 à 13h13

Modifié 25 juin 2024 à 17h48

Le porte-parole du gouvernement a tenu ce mardi 25 juin un point de presse pour détailler, expliquer et apporter un éclairage précis sur le dossier des études en médecine et pharmacie, particulièrement la proposition et la position du gouvernement. Objectif : corriger d'éventuelles fausses informations véhiculées dans le cadre de cette crise.

Le gouvernement, via son porte-parole Mustapha Baitas, a tenu ce mardi 25 juin un point de presse pour apporter des éclaircissements sur le dossier des études en médecine et pharmacie.

Une crise qui dure depuis des mois, et dans laquelle les étudiants boycottent les examens et les stages malgré les différentes réunions avec le gouvernement qui a répondu favorablement à la majorité de leurs doléances, sauf celle relative à la 6e année de médecine.

La sortie du gouvernement ce mardi fait suite à une réunion tenue le vendredi 21 juin avec les représentants des étudiants durant laquelle le gouvernement a détaillé sa proposition de sortie de crise. La réaction des étudiants n'était pas positive. Plus de 90% des étudiants se disent prêts à boycotter les examens dont les dates ont été annoncées à partir de ce 26 juin. Dans un communiqué, la Commission nationale des étudiants en médecine au Maroc a demandé un nouveau report.

En réponse, le gouvernement officialise sa position via un point de presse et confirme le maintien des nouvelles dates, sans aucun nouveau report possible.

L'exécutif dit "assumer sa responsabilité afin de garantir la qualité de la formation", a indiqué le porte-parole du gouvernement.

Voici les mesures proposées par le gouvernement

>> Les mesures immédiates liées aux examens :

- La session de printemps s'ouvre le 26 juin 2024, sa session de rattrapage débute avant fin août 2024, alors que les examens de la session de rattrapage du premier semestre sont prévus en septembre 2024 ;
- Récupérer les périodes des stages interrompus à partir de la prochaine année universitaire ;
- Remplacer le zéro sur les relevés par la note obtenue lors de la session de rattrapage du premier semestre (prévue en septembre 2024) ;
- Révision des mesures disciplinaires.

>> Les mesures liées à la réforme de la formation médicale :

1- Cursus du diplôme de docteur en médecine :

- Activer la nouvelle structure (6 ans de formation) à partir de la prochaine année universitaire (2024-2025), qui concernera la nouvelle cohorte d'étudiants inscrits dans les facultés de médecine et de pharmacie à partir de septembre 2024, tout en conservant la valeur académique et juridique du diplôme ;

- Inclusion de modules sur la digitalisation, l'IA, la télémédecine, la médecine familiale, la simulation, les soft skills et les langues étrangères. Ce nouveau système s'appuie également sur de nouveaux modèles pédagogiques qui incluent l'enseignement à distance comme modèle complémentaire à l'enseignement présentiel.

- Les étudiants qui poursuivent actuellement leurs études dans les facultés de médecine et de pharmacie (de la 1re année à la 5e année) restent soumis à la structure pédagogique actuelle de la formation médicale. Ceux de la 6e année peuvent bénéficier de stages cliniques dans les services hospitaliers agréés avant la soutenance de la thèse. Ces formations s'effectuent sur une durée d'au moins trois mois et d'un an au maximum. Les concernés bénéficieront d'une rémunération similaire à celle des étudiants de 7e année. Ils reçoivent également une attestation pour chaque période de formation.

- Inclusion de deux modules de médecine de famille en 6e année ;

- Adopter un cadre de référence pour l'apprentissage par simulation qui bénéficiera à toutes les facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire.

2- Indemnités

- Augmenter les indemnités accordées aux externes inscrits en troisième année, quatrième année, cinquième année et sixième année en médecine et pharmacie.

3- Thèses

- Augmenter le nombre de thèses pouvant être préparées simultanément pour chaque professeur-chercheur ;
- Accorder un délai maximum de 3 mois pour s'inscrire et soutenir la thèse, et ne pas limiter le nombre de cas étudiés dans la partie analytique de la thèse ;
- Adopter la plateforme numérique destinée à la gestion des sujets de thèse au niveau de toutes les facultés de médecine et de pharmacie à partir de la prochaine année universitaire 2024-2025.

4- Spécialité médicale (troisième cycle) :

- Des commissions ont été créées au niveau national pour réviser les conditions d'accès, les programmes de formation, les méthodes d'évaluation et les conditions d'obtention du diplôme ;
- Adopter des fiches descriptives liées à la spécialisation, sur la base des propositions de ces commissions, et activer la réforme du troisième cycle en médecine, pharmacie et médecine dentaire en janvier 2025 ;
- Unifier le statut juridique des résidents tout en œuvrant à préserver les acquis et à réduire la durée d'engagement de 8 à 3 ans pour la cohorte 2025 et au-delà ;
- Le résident bénéficie d'un salaire mensuel équivalent à l'indice 509, et du reste des indemnités prévues par la loi ;
- Augmenter le nombre de postes alloués au concours de résidence à partir de janvier 2025 au prorata de l'effectif des diplômés des deux promotions au cours de la même année ;
- Intégrer le résident dès sa prise de fonction, tout en conservant tous les acquis (promotion, retraite, démission après la fin de la durée contractuelle...);
- Adopter une procédure claire de changement de spécialité et de mouvement pendant la période de résidence.

5- Internat

- Maintenir le cursus ;
- Augmenter le nombre de postes alloués au concours d'internat à partir de janvier 2025 au prorata des effectifs des deux promotions au cours d'une même année ;
- Augmenter l'indemnité accordée aux internes.

6- Terrains de stages hospitaliers

- Elargir les terrains pour être en adéquation avec le nombre d'étudiants, conformément aux critères d'encadrement pédagogique approuvés par les commissions régionales mixtes de coordination de la formation aux métiers de la santé, comprenant, outre les CHU, des établissements de santé affiliés aux groupements territoriaux de santé, tout en accréditant comme unités universitaires les unités hospitalières au sein des hôpitaux régionaux et provinciaux et en œuvrant à leur mise à niveau ;
- Publication par les facultés de médecine et de pharmacie des listes des nouveaux terrains de stages hospitaliers qui seront approuvées par les commissions régionales mixtes de coordination de la formation aux métiers de la santé au début de l'année universitaire, après l'évaluation annuelle ;
- Renforcement de l'encadrement des stages hospitaliers en associant des encadrants issus des établissements de santé qui seront agréés par les commissions régionales mixtes de coordination de la formation aux métiers de la santé, tout en faisant bénéficier les étudiants des repas lors des permanences assurées dans les services hospitaliers et de l’assurance maladie obligatoire (AMO), conformément aux lois en vigueur ;
- Poursuite du renforcement de la mise à niveau des établissements de santé ;
- Adoption d’une charte nationale des stages hospitaliers et d’un cahier des charges des stages hospitaliers ;
- Approbation, dans les plus brefs délais, des deux décrets relatifs aux commissions régionales mixtes de coordination de la formation aux métiers de la santé, et aux superviseurs des stages et encadrants dans les établissements.

7- Infrastructures et ressources humaines

- Programmation d’importants crédits et postes budgétaires pour la période 2022-2030, en vue de créer trois nouvelles facultés à Guelmim, Errachidia et Béni Mellal et d’accompagner les augmentations du nombre d'étudiants à travers le renforcement de la capacité d’accueil, l’extension, le réaménagement et l’équipement des facultés.

8- Étudiants externes, internes et résidents

- Encadrement de la situation de ces étudiants par la voie d’un nouveau décret déjà élaboré, qui définit la situation des étudiants des facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire stagiaires dans les établissements publics de santé relevant des groupements sanitaires territoriaux.

9- Médecine dentaire

- Soutien aux travaux pratiques ;
- Renforcement des stages de terrain ;
- Création d’espaces dédiés à la simulation en pharmacie et en médecine dentaire ;
- Augmentation du nombre de fauteuils de soins ;
- Mise à disposition, en quantité suffisante, du matériel et des équipements nécessaires pour la formation des étudiants de médecine dentaire.

10- Volet social

- Les étudiants inscrits dans les filières de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire bénéficieront de bourses de mérite social ;
- Mise en place d’une plateforme numérique au niveau du ministère de la Santé et de la protection sociale pour gérer les indemnités pour missions, qui seront versées de façon mensuelle à compter de janvier 2025.

11- Stages hospitaliers réservés à la filière de pharmacie :

- 6e année : possibilité de stage au sein des pharmacies, des laboratoires de biologie ou des laboratoires pharmaceutiques selon le choix de l’étudiant, tout en veillant à son encadrement, et ce à compter de l’année universitaire 2024-2025.
- 5e année : reprogrammation des stages, en effectuant 4 stages d’une durée de deux mois et demi au lieu de deux stages d’une durée de cinq mois.
- 4e année : examen de la durée du stage selon la spécificité de chaque faculté et le maintien de ce stage préliminaire au cours de la 4e année.
- 3e année : ajout d’un stage dans les pharmacies d’une durée de 4 semaines, en fixant ses objectifs en vue de renforcer les acquis, et ce à compter de l’année universitaire 2024-2025, outre l’élargissement des terrains de stages hospitaliers, avec la mobilisation d’un nombre suffisant d’encadrants.
- Equipement des laboratoires et fourniture des appareils et des matières premières nécessaires à la formation pratique des étudiants en pharmacie pour effectuer les séances pratiques ;
- 3e cycle : le passage du concours de résidanat immédiatement après obtention du diplôme de doctorat en pharmacie au lieu d’imposer l’exercice en qualité de docteur pharmacien d’officine pour une période d’une année complète avant la possibilité de passer le concours de spécialité, et ce à compter de l’année universitaire 2024-2025.Il s'agit aussi d'adapter le nombre de places relatives aux concours de résidanat et d’internat, toutes spécialités confondues, tout en fixant les pourcentages qui doivent accompagner la hausse du nombre d'étudiants, de développer les spécialités de pharmacie clinique et de fabrication de médicaments, d’intégrer des modules des compétences entrepreneuriales et de développement de l’autonomisation des étudiants afin de les aider à accéder au marché de l’emploi, et de programmer le concours d’accès à la 3e année du diplôme de docteur en pharmacie avant le début de l’année universitaire.

Pour conclure, le gouvernement a appelé l’ensemble des parties à faire preuve de "collaboration, d’engagement et d’un esprit de patriotisme sincère, en vue de garantir la concrétisation des objectifs escomptés en matière de développement du système de formation en santé et de dépasser cette situation qui n’a que trop duré", affirmant qu’il "poursuivra la mise en œuvre des diverses réformes ayant pour objectif d’améliorer la qualité de la formation en médecine et de réhabiliter les professionnels du secteur de la santé".

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

Aradei Capital: Assemblée Générale Ordinaire du 28 juin 2024

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.