Round up. Composition et zones desservies par la station de dessalement de Casablanca

Les travaux du projet de la station de dessalement de Casablanca ont été lancés par le Prince héritier Moulay El Hassan. Voici tout ce qu'il y a à retenir sur cet ouvrage stratégique, allant des zones qui seront desservies à la composition de la station en passant par la gouvernance du projet.

Round up. Composition et zones desservies par la station de dessalement de Casablanca

Le 13 juin 2024 à 15h23

Modifié 13 juin 2024 à 15h48

Les travaux du projet de la station de dessalement de Casablanca ont été lancés par le Prince héritier Moulay El Hassan. Voici tout ce qu'il y a à retenir sur cet ouvrage stratégique, allant des zones qui seront desservies à la composition de la station en passant par la gouvernance du projet.

Le lundi 10 juin 2024 est une date à retenir puisqu'elle correspond à la date du coup d'envoi des travaux de construction de la station de dessalement de Casablanca, par le Prince héritier Moulay El Hassan.

Ce mégaprojet extrêmement stratégique pour le Maroc va bon train. L'occasion de revenir sur les détails les plus importants à savoir sur celui-ci.

Composition de la station

Implémenté dans la province d'El Jadida, ce projet d’envergure porte sur la réalisation d’une unité de dessalement d’eau de mer par osmose inverse et la mise en place d’un système de transport de l’eau potable produite.

La première tranche de la station doit être opérationnelle fin 2026. Lors de cette première phase, la station doit atteindre une capacité de 548.000 m3 par jour (200 millions de m3 par an), extensible à 822.000 m3 par jour (300 millions de m3 par an) d’eau traitée dans une seconde phase, prévue pour la mi-2028.

De dernière génération, la station de dessalement de l’eau de mer de Casablanca comportera deux conduites d’amenée d’eau de mer de 1.850 ml de longueur, un émissaire de rejet de 2.500 ml de longueur, des installations de dessalement par osmose inverse (des filtres sous pression et des microfiltres), une unité de traitement des boues, un centre de contrôle et de gestion des stations de pompage, outre un réservoir de stockage de l’eau potable produite.

Ci-dessous les différentes composantes de la station :

Trois grandes zones desservies

Établie sur un site d'une superficie de 50 ha, la station de dessalement de l’eau de mer de Casablanca vise à sécuriser l’alimentation en eau potable du Grand Casablanca, de la zone de Berrechid-Settat et de celle d’El Jadida-Azemmour, et d’atténuer le déficit en eau enregistré dans le bassin de l’Oum Er-Rbia.

Elle est en effet appelée à desservir une aire géographique dont la population est estimée à 7,5 millions d’habitants.

Le projet comprend trois stations de pompage, plusieurs réservoirs de stockage et un réseau de distribution de près de 130 kilomètres de conduites d’adduction.

Selon la carte ci-dessous, plusieurs zones seront desservies. Il y a le grand Casablanca, Nouaceur, Berrechid, Sidi Rahal, Had Soualem, Bir Jdid, Settat et El Jadida.

Pour ce faire, la station sera raccordée à plusieurs réservoirs, à savoir ceux de Bouskoura, Médiouna, Ouled Ziane et Bir Jdid.

Le prix moyen sera inférieur à 4,50 DH/m3

Les 300 millions de mètres cubes (Mm3) iront essentiellement à l'eau potable. Une dotation de 50 Mm3 sera réservée à l'agriculture. Le prix moyen actualisé sur 27 ans, sortie usine, sera inférieur à 4,50 DH/m3.

Ce projet d'envergure nécessite un investissement privé total de 11 MMDH. Ce montant sera financé par l’apport en fonds propres des actionnaires et par de la dette.

Rappelons que l'entreprise projet dédiée à la station de dessalement de Casablanca a été créée. Dénommée Al Baidaa Desalination Company (ADEC), « شركة البيضاء لتحلية المياه », cette société aura pour actionnaire les trois membres du consortium avec une répartition de capital comme suit :

o Acciona : 50% ;
o Green of Africa (GOA) : 45% ;
o Afriquia Gaz : 5%.

Sur les 11 MMDH, 6,5 MMDH concernent la composante usine de dessalement, dont le financement est supporté par le consortium.

Un parc éolien de 360 MW

L'autre composante du projet est le parc éolien qui, lui, nécessitera un investissement de 4,5 MMDH, entièrement supporté par GOA et financé sur le marché national.

Ce sera la première usine de dessalement au monde qui sera alimentée à 100% par l'énergie renouvelable. L’électricité d’origine éolienne sera livrée à partir du parc éolien de Bir Anzarane de 360 MW de puissance installée. La demande de l’usine de dessalement représentera 45% de la production de ce parc.

Les contrats de travaux pour sa réalisation sont déjà signés avec les prestataires. La mise en service du parc éolien se fera bien avant le démarrage de l’usine de dessalement.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

Africa Stone Management: Valeur liquidative au 01/07/2024 de l'OPCI « CMR ASTONE SPI-RFA »

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.