Plan d'épargne en actions : ce qu'il faut savoir sur cet intéressant produit d'épargne

| Le 11/6/2024 à 15:29
Le 10 juin, Red Med Securities a lancé son offre Plan d'Epargne en Actions. L'occasion de revenir sur ce produit d'épargne qui existe depuis plus de 10 ans mais reste encore méconnu du public. Quels sont ses avantages, ses plafonds, ses modalités d'investissement ? Voici ce que l'on sait.

Pour les épargnants, plusieurs produits sont disponibles sur le marché pour effectuer des placements. L’un d’entre eux, encore peu connu du grand public, est le plan d’épargne en actions (PEA) réservés aux particuliers. Créé dans le cadre de la loi de finances 2011, il a connu quelques modifications de fonctionnement depuis son lancement, notamment sur son plafond d’apport.

Quasiment tous les opérateurs l’ont dans leur catalogue produit. Mais récemment, l’acteur financier Red Med Securities a remis le sujet au goût du jour en lançant son offre d’investissement innovante à travers un PEA disponible à partir du 10 juin 2024. Qu’offre ce produit ?

Le plan d’épargne en actions (PEA) est un contrat d’épargne qui permet, à travers des cotisations périodiques et/ou libres, de constituer une épargne à investir dans des actions et/ou dans des OPCVM actions. L’avantage clé de ce produit est fiscal. En effet, après cinq années minimum à compter de la date de souscription, le souscripteur bénéficie d’une exonération d’impôts sur les dividendes et les plus-values.

"Le dispositif permet d’exonérer les revenus et profits de capitaux mobiliers résultants de souscription dans des PEA, et ce à condition que le total des montants investis ne dépasse pas 2 millions de dirhams et qu’ils soient conservés avec leurs profits dans le PEA pendant une durée minimale de 5 ans à compter du jour de la souscription", précise l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC).

Deux comptes ouverts et une exonération des plus-values si absence de rachat avant 5 ans

Si un particulier souscrit à un PEA, il se verra ouvrir deux comptes. "Il y a deux comptes ouverts, un compte titre et un compte espèces", nous explique une source de la place. Dans le compte titre, il y a les titres actions et OPCVM détenus, et dans le compte espèces, il y a les apports en espèces et les dividendes perçus.

"Si par exemple, vous percevez des dividendes des actions auxquelles vous avez souscrit, il y a une exonération des taxes sur ces dividendes à la source. Si vous détenez 100 actions qui rémunèrent à 10 dirhams le titre, vous serez crédité sur votre compte de 1.000 dirhams", explique notre interlocuteur.

L’impôt n’est payable que si un rachat est effectué avant les 5 années à compter du jour de souscription. Dans ce cas, il s’agit de 15% de taxation sur la plus-value mobilière.

Un maximum de 2 MDH de souscription

Dans l’investissement dans ses actions, le souscripteur peut constituer son propre portefeuille et/ou investir dans un OPCVM.

"Soit le souscripteur constitue son portefeuille lui-même et décide dans quelles actions il souhaite investir, soit il achète un OPCVM actions logé dans le PEA. C’est comme un compte titre sauf que c’est un compte titre PEA, c’est aussi simple que ça", nous explique un autre spécialiste de la place.

Le souscripteur peut investir un maximum de 2 millions de dirhams en souscription, c’est-à-dire en liquidités apportées au PEA. "Il y a un minimum de 2.400 dirhams par an [200 dirhams par mois, ndlr] à placer chaque année si le souscripteur souhaite faire de l’épargne progressive. Sinon, un apport libre peut être réalisé sans dépasser 2 MDH en souscription. On ne parle pas ici de valeur nette de portefeuille mais de souscription. Si vous placez 2 MDH le premier jour et que 5 ans après, ils en valent 3 MDH, il n’y a aucun problème", explique notre source.

Le rendement sur ce type de produit varie fortement en fonction du type d’OPCVM investi ou de la composition du portefeuille choisie par l’épargnant. Il faut tenir compte du fait que la mise placée peut être perdue. "Théoriquement, vous achetez de l’action donc cela fluctue. Sur le papier, il est possible de perdre son argent ou une partie de son argent. Après, il faut raison garder. Sur une période de 5 ans, l’historique de la bourse de Casablanca montre qu’il y a très peu de risques, si ce n’est aucun, de perdre son argent. Et encore une fois, 5 ans est un minimum, mais le souscripteur peut laisser son argent placé pendant plus longtemps s’il le souhaite", conclut notre source.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.
lire aussi
  • | Le 18/7/2024 à 16:39

    Marsa Maroc veut se positionner comme un acteur majeur en Méditerranée occidentale

    Après plusieurs annonces marquantes qui impacteront positivement la dynamique de développement du groupe à Agadir, à Nador West Med ou encore à Cotonou au Bénin, Marsa Maroc nous explique ses choix.
  • | Le 17/7/2024 à 18:16

    Akdital réussit son augmentation de capital et comptera 51 établissements de santé d'ici 2026

    Souscrite 29 fois, l'augmentation de capital réalisée par le groupe a connu un grand succès. Le groupe accélérera sa croissance dans les mois à venir pour livrer un établissement de santé par mois au cours des quinze prochains mois. D'ici fin 2026, Akdital devrait en détenir 51 au total, avec une capacité de plus de 5.700 lits.
  • | Le 16/7/2024 à 14:29

    La hausse des cours des métaux précieux devrait se poursuivre sur le reste de l'année

    Les anticipations de la hausse du taux directeur de la FED joue en faveur du cours du dollar. Ce dernier augmente quand la rentabilité de la monnaie américaine diminue. Les facteurs géopolitiques mondiaux et l'instabilité qui en découle, jouent également dans l'appréciation de l'Or. Cette situation sera bénéfique aux minières qui l'ont dans leurs portefeuilles.
  • | Le 16/7/2024 à 10:26

    Comptes bancaires : 3,3 millions de nouveaux comptes bancaires ouverts en 2023

    Fin 2023, 36,3 millions de comptes bancaires étaient ouverts. 17,4 millions de personnes physiques détenaient des comptes bancaires. On y compte 38% de femmes et 62% appartenant à des hommes. La majorité de ces comptes bancaires sont des comptes chèques et 30% sont des comptes sur carnet.
  • | Le 15/7/2024 à 15:47

    Dislog Group : deux prochaines acquisitions dans le pipe avant fin 2024

    Après huit acquisitions effectuées en 2023, le groupe en prévoit quatre cette année, dont deux déjà actées. Les deux restantes porteront sur le secteur de la santé et de l'alimentaire. Voici ce que l'on sait des deals à venir. 
  • | Le 14/7/2024 à 11:31

    Trésor : les recettes de l'Etat augmentent de 13% à 175 MMDH à fin juin 2024

    Les recettes à fin juin progressent nettement, alors que les dépenses enregistrent un léger retrait par rapport à la même période l'année dernière. La charge de compensation enregistre une détente de 67,5% à 4,56 MMDH au premier semestre.