Meknès. Ce que l'on sait de la découverte de vestiges archéologiques à la kasbah El Nasrani

L'Institut national des sciences de l'archéologie et du patrimoine a annoncé, ce lundi 10 juin, la découverte, près du monument funéraire d'El Gour, de contours de murs et de couches archéologiques d'un site disparu, remontant au début de la période médiévale. Le directeur de cette mission, le professeur Mohamed Belatik, a partagé avec Médias24 les détails de cette importante découverte.

Meknès. Ce que l'on sait de la découverte de vestiges archéologiques à la kasbah El Nasrani

Le 11 juin 2024 à 15h03

Modifié 11 juin 2024 à 16h15

L'Institut national des sciences de l'archéologie et du patrimoine a annoncé, ce lundi 10 juin, la découverte, près du monument funéraire d'El Gour, de contours de murs et de couches archéologiques d'un site disparu, remontant au début de la période médiévale. Le directeur de cette mission, le professeur Mohamed Belatik, a partagé avec Médias24 les détails de cette importante découverte.

Le projet de recherche archéologique mené entre Meknès et Fès couvre un vaste territoire encore peu exploité par les archéologues.

La mission, qui s'est déroulée du 15 mai au 9 juin, s'inscrit dans un programme de coopération internationale maroco-américain, reliant l'Institut national des sciences de l'archéologie et du patrimoine (INSAP), la Faculté des sciences Aïn Chock (Université Hassan II) et l'Université Old Dominion aux États-Unis.

"L'objectif principal du projet est d'établir une carte archéologique du territoire concerné et d'identifier les phases de son occupation", nous apprend le Pr Mohamed Belatik.

source (INSAP)

Les travaux se sont concentrés sur des prospections pédestres et le ramassage de matériaux archéologiques de surface, notamment la céramique.

"Le travail de prospection a conduit à la découverte de plusieurs sites archéologiques. Toutes les informations concernant ces sites ont été recueillies sur le terrain et intégrées dans un système d'information géographique", précise le Pr Belatik.

Outre les prospections, des fouilles archéologiques ont été réalisées sur le site de la kasbah El Nasrani. "Une autre opération consistait à procéder à des prospections géophysiques. L'intérêt de cette méthode pour révéler les vestiges et anomalies souterraines est indiscutable", souligne notre interlocuteur.

source (INSAP)

L'utilisation de drones pour des couvertures photographiques et des levés topographiques a également été cruciale pour la réalisation de cette découverte.

Résultats préliminaires

"Les prospections menées sur le territoire ont conduit à concentrer notre action sur plusieurs sites majeurs. Par exemple, le site archéologique d'El Gour, dans la province d'El Hajeb, étudié pendant l'époque coloniale et souvent attribué à l'époque antique, a révélé des vestiges et des céramiques d'époque islamique, prouvant une occupation également médiévale", explique le Pr Belatik.

La prospection géophysique a confirmé ces découvertes avec des anomalies positives dans le sous-sol, et des échantillons de charbon ont été prélevés pour une datation au carbone 14.

À la kasbah El Nasrani, dans le territoire de Moulay Driss Zerhoun, une prospection pédestre a permis d'identifier des zones de concentration de céramiques, conduisant à l'ouverture de trois sondages archéologiques.

"Ces sondages ont permis d'identifier la porte principale de la kasbah et d'étudier son système défensif. Nous prévoyons pour l'année prochaine une prospection géophysique et une couverture par drone de ce site", indique notre interlocuteur.

source (INSAP)

Le directeur de la mission a souligné l'importance de la recherche dans les territoires ruraux, souvent négligée au Maroc. "Nous avons des sites majeurs de l'Antiquité marocaine comme Volubilis, mais aussi de nombreux sites islamiques autour de Fès et Meknès, des villes inscrites au patrimoine mondial. Il y a un énorme travail à réaliser pour comprendre les relations entre ville et campagne".

Projets et perspectives

Le projet de recherche archéologique dans la région s'étend sur plusieurs années et vise à explorer plus profondément le territoire entre Meknès et Fès.

"Nous avons l'intention de continuer nos recherches avec des prospections géophysiques et des couvertures par drone pour cartographier plus précisément les sites identifiés. L'objectif est de créer une base de données exhaustive des vestiges archéologiques de cette région", souligne le Pr Belatik.

L'équipe américaine, dirigée par Jared Benton, spécialisée dans le territoire méditerranéen, a contribué de manière significative à l'élargissement du champ d'investigation. "Les premiers contacts et investigations de Benton au Maroc, en commençant par Volubilis, ont jeté les bases d'une collaboration fructueuse. En collaboration avec le Pr Mustapha Atki de la Faculté des sciences Aïn Chock (Université Hassan II), nous avons pu intégrer nos efforts à travers l'INSAP pour formaliser ce projet de coopération".

La collaboration maroco-américaine a permis d'enrichir les compétences locales grâce à l'apport technologique et méthodologique des partenaires étrangers. "Les étudiants marocains bénéficient également de cette coopération en accédant à des formations spécialisées et à des techniques de pointe en archéologie".

Le financement et la formation au cœur de la recherche archéologique

Malgré les progrès que connaît actuellement la recherche archéologique dans le Royaume, des défis subsistent, notamment en matière de financement et de formation. "Il y a peu de spécialistes en patrimoine, et l'INSAP manque de synergie avec les universités. Cependant, les choses évoluent dans le bon sens", se réjouit le Pr Belatik.

L'INSAP a bénéficié d'une modernisation significative ces dernières années. "Avec le soutien du ministre actuel, nous avons mobilisé des moyens substantiels pour la recherche archéologique. L'INSAP se modernise, avec des laboratoires en cours d'installation et l'acquisition de matériel technologique de pointe. Des fonds importants ont été alloués à des programmes de recherche, tant au niveau international que national", conclut notre interlocuteur.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Zine El Abidine Charafeddine : “Le capital culturel local de Dakhla est immensément riche et nous voulons le montrer et le partager avec tous”(2/2)

Tout le monde connaît aujourd'hui les atouts balnéaires de Dakhla, la perle du Sud. Beaucoup moins soupçonnent son potentiel pour devenir une destination culturelle de premier choix. Dans cette deuxième et dernière partie de notre échange, Zine El Abidine Charafeddine, président de l’Association pour l’animation culturelle et artistique dans les provinces du Sud, évoque les ambitions et les perspectives de développement de Dakhla dans les domaines culturel et touristique.

Laâyoune. L'exception naturelle en trois lieux mémorables (2/2)

Tourisme culturel, patrimonial, historique ou encore, pour les plus experts, archéologique, la province de Laâyoune se prête aussi au tourisme naturaliste. Dans cette immensité désertique aride, l’humidité à certains endroits, le tracé atypique de certains oueds et toutes les retenues d’eau qui parsèment ce territoire ont forgé des paysages où se mêlent le bleu de l’eau et le rouge du sable. Trois lieux en particulier illustrent cette exception naturelle (Suite et fin).

Communication financière

LafargeHolcim Maroc: Communication trimestrielle T1 2024

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.