ONDA : quels sont les enjeux de la nomination de Adel El Fakir ?

Nommé en Conseil des ministres, l’ancien directeur général de l’Office national marocain du tourisme sera chargé de mener à bien la transformation de l’Office national des aéroports. Selon une source fiable, le profil et le bilan positif de Adel El Fakir à la tête de l’ONMT permettront d’améliorer la qualité et d’accélérer la mise à niveau des prestations aéroportuaires de l’ONDA à l’horizon 2030.

Cérémonie de passation entre Habiba Laklalech et Adel El Fakir.

ONDA : quels sont les enjeux de la nomination de Adel El Fakir ?

Le 5 juin 2024 à 18h06

Modifié 5 juin 2024 à 20h21

Nommé en Conseil des ministres, l’ancien directeur général de l’Office national marocain du tourisme sera chargé de mener à bien la transformation de l’Office national des aéroports. Selon une source fiable, le profil et le bilan positif de Adel El Fakir à la tête de l’ONMT permettront d’améliorer la qualité et d’accélérer la mise à niveau des prestations aéroportuaires de l’ONDA à l’horizon 2030.

"Le bilan très positif du désormais ancien directeur général de l’Office national marocain du tourisme (ONMT) justifiait de lui confier la lourde tâche d’accélérer la transformation de l’Office national des aéroports (ONDA), qui devra être achevée avant le Mondial de football de 2030", nous confie une source autorisée.

Cette nomination inattendue a surpris de nombreux opérateurs du secteur privé, qui espéraient que Adel El Fakir poursuive durant quelques années "son formidable travail" de promotion de la destination Maroc, souligne notre source.

Selon un professionnel du secteur aéroportuaire, qui a longtemps travaillé à l’ONDA, les ressorts de cette nomination reposent sur le fait que, depuis un an, les chantiers aéroportuaires s’éternisent et les problèmes avec les contrôleurs aériens se multiplient, avec des menaces de grève qui pourraient porter atteinte aux chiffres du tourisme.

"Heureusement que, de ce côté, la bonne raison a prévalu, mais les problèmes n’ont pas été résolus pour autant. De plus, les récentes images ultramédiatisées des aéroports de Marrakech et de Casablanca complètement saturés, avec des flux impressionnants de passagers mécontents n’ont pas arrangé les choses", rappelle notre interlocuteur.

Il tient cependant à exonérer l’ancienne direction de l’ONDA, soulignant qu’elle a simplement été dépassée par la croissance du trafic aérien qui a rendu caduques les prévisions de son plan de développement 2030.

En effet, les échéances fixées par ce plan de développement qui prévoyaient des chantiers aéroportuaires énormes en termes d’extension de la capacité d’accueil, de terminaux, de pistes… n’étaient pas adaptées à la croissance actuelle.

"Le Mondial de 2030 n’est qu’un prétexte révélateur de la volonté du Maroc d’anticiper pour profiter de l’explosion internationale du trafic aérien"

La proximité du Mondial offre une ligne d’horizon au Maroc qui veut donner l’image d’un pays capable d’anticiper pour accueillir dans les meilleures conditions un nombre exponentiel de visiteurs, à l’instar de la Turquie qui, après avoir étendu la capacité d’accueil annuelle de son aéroport d’Istanbul à 90 millions de passagers, a entamé des travaux pour atteindre 200 millions à partir de 2028 et ainsi devenir le plus grand aéroport du monde en termes de capacité d’accueil.

Un modèle d’anticipation pour l’ONDA rendu nécessaire par l’explosion du trafic et la volonté d’attirer un nombre croissant de compagnies en leur offrant les slots, pistes et parkings d’avions afin d’avoir une visibilité qui permette de maximiser l’exploitation de leur flotte et, in fine, de booster les arrivées étrangères au Maroc.

Si cette nomination permettra de relever le défi du Mondial, notre interlocuteur estime qu’elle n’est en réalité qu’un prétexte pour mettre à niveau l’ONDA, à l’instar de l’ONMT et de la RAM, qui sont en pleine restructuration pour être en mesure de contribuer aux objectifs de la feuille de route qui prévoit d’accueillir 26 millions de visiteurs au moment même où le Maroc accueillera le plus grand événement sportif de la planète.

"Il faut être dans les temps du plan de développement"

"Après avoir multiplié les ouvertures de nouvelles lignes low-cost, renforcé le nombre de fauteuils aériens et lancé plusieurs campagnes de communication aussi bien locales qu’internationales, le nom du directeur général de l’ONMT s’est donc imposé pour mettre sur les mêmes rails l’ONDA en termes de développement aéroportuaire", estime notre source. Adel El Fakir a le bon mindset pour donner un coup de fouet aux chantiers nécessaires.

Un état d’esprit qui s’impose pour mettre un terme aux retards des chantiers, engendrés par l’annulation de plusieurs appels d’offres relatifs aux extensions aéroportuaires programmées.

De plus, le nouveau directeur général devra prendre des décisions stratégiques pour trouver des solutions à certains aéroports, comme celui de Rabat qui sera bientôt surchargé, et savoir s’il faudra construire de nouveaux aéroports (Benslimane pour les low-cost) ou les déménager, comme celui de Marrakech qui est situé à proximité du centre-ville.

"Un profil idéal pour relever les défis qui se posent"

Le choix s’est porté sur Adel El Fakir, un dirigeant qui a fait ses preuves en termes de gestion et de communication et qui est capable de motiver ses équipes pour les embarquer vers un nouveau décollage de l’ONDA, mais aussi pour débarquer les éléments qui ralentissent la marche forcée vers le développement aéroportuaire.

Selon notre source, Adel El Fakir a en effet un profil de manager capable d’anticiper et de mettre en place une feuille de route nationale pour la mise à niveau des grands aéroports du Maroc comme ceux de Casablanca, Marrakech et Agadir, qui continuent de susciter les critiques de nombreux passagers qui leur opposent ceux de Dubaï ou de Doha.

Au regard de son expérience à l’ONMT, qu’il a su moderniser en matière de digitalisation en introduisant les meilleurs logiciels de gestion, le nouveau directeur général, qui connaît bien le secteur aérien, a toutes les compétences nécessaires pour transformer totalement l’ONDA d’ici 2030, considèrent nos interlocuteurs.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

MOROCCO REAL ESTATE MANAGEMENT: Valeur Liquidative semestrielle du 01/07/2024

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.