Près de 17 MMDH pour améliorer les performances de la filière oléicole

CONTRAT-PROGRAMME. À l’horizon 2030, l’État et la Fédération interprofessionnelle marocaine de l'olive ont pour objectif de consolider les acquis et d'améliorer la productivité de la filière oléicole. Une enveloppe de 16,9 milliards de dirhams y sera consacrée.

Près de 17 MMDH pour améliorer les performances de la filière oléicole

Le 23 mai 2023 à 16h32

Modifié 23 mai 2023 à 17h11

CONTRAT-PROGRAMME. À l’horizon 2030, l’État et la Fédération interprofessionnelle marocaine de l'olive ont pour objectif de consolider les acquis et d'améliorer la productivité de la filière oléicole. Une enveloppe de 16,9 milliards de dirhams y sera consacrée.

  • Extension de la superficie pour atteindre 1,4 million ha.
  • Amélioration de la production pour atteindre 3,5 millions de tonnes.
  • Mise en place de nouvelles capacités additionnelles de trituration (600.000 tonnes) et de conserves d’olives (50.000 tonnes).

La filière oléicole est la principale culture fruitière du Maroc. D’une superficie de 1,2 million d’hectares, les oliviers représentent 65% de l'arboriculture nationale. Le contrat-programme signé par l’Etat et la Fédération interprofessionnelle marocaine de l'olive (Interprolive), le jeudi 4 mai à Meknès, en marge du SIAM, est d'ailleurs celui qui mobilise le plus de fonds parmi les 19 contrats-programmes.  

Grâce à ce contrat-programme, les parties prenantes visent un développement de l'ensemble de la chaîne de valeur de la filière oléicole d’ici 2030. Un investissement total de 16,9 milliards de dirhams est mobilisé à cet effet. L’Etat y contribue à hauteur de 8,3 MMDH, alors que la participation de la FIAC s’élève à 8,6 MMDH.

Une superficie additionnelle de 283.000 hectares 

Afin de consolider et d’améliorer les performances de la filière oléicole, l’augmentation de la superficie est indispensable. Ainsi, il est prévu une extension pour atteindre 1,4 million ha contre 1,2 million actuellement. Soit une superficie additionnelle de 283.000 ha.   

Si la sécheresse épargne quelque peu le pays, le Maroc a de fortes chances de voir sa production quasiment doubler en 2030, pour atteindre 3,5 millions de tonnes d’olives, contre 1,7 million de tonnes en 2020. La réhabilitation des plantations existantes sur une superficie de 100.000 ha va également concourir à cet effet, au même titre que la pérennisation des investissements sur une superficie équivalente. 

En vue de réaliser ces objectifs, l’engagement de l’Interprolive se décline comme suit : 

- la sensibilisation et l’accompagnement des producteurs oléicoles à adhérer et à réaliser les programmes arrêtés en matière d’extension et de réhabilitation des plantations ;

- le suivi de la mise en œuvre des programmes d’extension, de réhabilitation et de pérennisation au niveau des bassins de production ;

- la contribution à l’identification en concertation avec les Directions régionales de l’agriculture des plantations à réhabiliter ; 

- la sensibilisation et l’accompagnement des producteurs dans l'amélioration des performances des oliveraies, à travers l’adoption des bonnes pratiques culturales.

L’Etat s’engage quant à lui à maintenir la subvention accordée à l’extension des nouvelles plantations de l’olivier, de même que les systèmes d’irrigation économes en eau. Il y aura également un soutien de l’interprofession en matière de sensibilisation des producteurs sur l’importance de l’amélioration des techniques culturales. Le gouvernement sera aussi chargé d’identifier les plantations oléicoles à réhabiliter et les projets à pérenniser. 

En termes de développement de l’olivier biologique, Interprolive s’engage à encourager les producteurs pour la reconversion et la certification des vergers en oléiculture biologique pour multiplier par près de dix la superficie cultivée, passant de 3.800 ha à 30.000 ha. 

Pour ce faire, l’Etat promet d’accompagner le développement de l’oléiculture biologique à travers l’incitation pour la certification des exploitations et la mise en place d’une nouvelle subvention relative à la reconversion des cultures en mode biologique.

270.000 tonnes d’olives de table transformées 

Une fois cueillies, les olives sont valorisées et transformées industriellement. Un axe de progression important. Dans le cadre du renforcement de la valorisation des olives, les objectifs fixés à l’horizon 2030 sont les suivants : 

- l’augmentation du volume d’olives de table transformées industriellement pour passer de 200.000 t en 2020 à 270.000 t à l’horizon 2030 ;

- la mise en place de nouvelles capacités additionnelles de trituration (600.000 t) et de conserves d’olives (50.000 t)

- la mise à niveau et la modernisation des unités de trituration et de conserves d’olives pour des capacités respectives de 540.000 t et 60.000 t ; 

- la mise en place de nouvelles capacités pour le stockage et de conditionnement de l’huile d’olive pour des capacités respectives de 40.000 t chacune. 

A ce titre, l’Interprolive s’engage à accompagner les opérateurs dans la mise en place de nouvelles unités de trituration et de conserves d’olives. La Fédération interprofessionnelle participera également à la mise à niveau et à la modernisation des unités de trituration et de conserverie existantes. 

De surcroît, l’Interprolive a pour mission d’identifier et d’accompagner les opérateurs privés disposés à gérer les unités de trituration en difficulté, créées dans le cadre des projets de l’agriculture solidaire. La formation du personnel des unités de trituration et de conserverie, pour l’adoption des bonnes pratiques de production de l’huile d’olive et des olives de table, est également un pan important.

Le gouvernement n’est pas en reste, puisqu'il sera à l'initiative de plusieurs mesures, dont la révision à la hausse du taux et du plafond des aides accordées pour la création et la mise à niveau des unités de trituration.

L’objectif est d’atteindre un taux de 25% contre 10%, et un plafond variant de 1,5 MDH à 6 MDH, selon les capacités, au lieu de 2 MDH actuellement en vigueur. Autre révision envisagée, la hausse du taux et du plafond de la subvention relative au conditionnement d’huile d’olive respectivement à 25% et 2,5 MDH, contre 10 % et 1 MDH

Outre l’accompagnement en termes de management et de bonnes pratiques, l’Etat va instaurer une nouvelle aide pour l’acquisition des équipements de stockage de l’huile d’olive, avec un taux et un plafond respectivement de 25% et 75.000 DH/citerne, d’une capacité de 80 tonnes. 

Un nouveau salon international biannuel de l’olivier 

La filière oléicole contribue grandement à l’équilibre de la balance commerciale du Royaume. Elle garantit une entrée en devises équivalente à 2 MMDH/an, en contrepartie d’exportations en moyenne de 91.300 t/an d’olives de table, 15.000 t/an d’huile d’olive et 13.700 t/an d’huile de grignons d’olive. 

Des performances qui font du Maroc le 3e plus grand exportateur d’olive de table dans le monde et le 9e en matière d’exportation d’huile d’olive. La volonté du gouvernement et de l’Interprolive est de développer et diversifier les exportations des produits oléicoles comme suit :

- 100.000 tonnes exportées en huile d’olive et huile de grignons d’olive contre 32.000 tonnes comme moyenne des trois dernières années ;

- 150.000 tonnes en olives de table contre 83.000 tonnes comme moyenne des trois dernières années.

Pour y parvenir, l’Interprolive s'apprête à lancer des campagnes de sensibilisation auprès des opérateurs pour vanter les mérites de la diversification des débouchés potentiels d’exportation. Une volonté qui passera également par des initiatives privées pour la promotion des exportations (consortium, partenariat…), ainsi que la réalisation d’une campagne de promotion autour de l'“Origine Maroc”. 

En ce sens, la Fédération interprofessionnelle encourage les opérateurs à participer aux salons, séminaires et foires au niveau national et international. Plus important encore, la programmation d’un nouveau salon international biannuel de l’olivier. 

Dans l'optique de booster le développement de l’exportation oléicole, l'Etat s'engage quant à lui à instaurer une nouvelle aide à l’export, sur une période de 3 ans. Cette aide concerne l’huile d’olive raffinée destinée aux conserves alimentaires (poisson) et l’huile de grignons d’olive raffinée. 

De plus, le gouvernement prévoit une aide à l’export pour les différentes catégories d’huile d’olive sur une période de 3 ans, et une nouvelle subvention à l’export pour les olives de table (3 ans) pour un emballage inférieur ou égal à 10 kg. Par ailleurs, l’Etat envisage la mise en place, à travers Morocco Foodex, d’un système de veille permettant de suivre l’évolution des marchés potentiels.

Des marchés solidaires supplémentaires

Selon la Fédération interprofessionnelle marocaine de l'olive, la vente en vrac d'huile d'olive est un fléau à bannir, car elle constitue un risque pour la santé des consommateurs. Lors de la campagne précédente, 85% de la consommation nationale d'huile d'olive s'est faite à travers la vente en vrac. Afin de s’en prémunir, l’Interprolive s’engage à :

- sensibiliser les opérateurs pour l’application sur le marché local, de la réglementation en matière de commercialisation pour lutter contre l’informel et le vrac ;

- signer des contrats avec les marchés organisés et le réseau de distribution (cafés, restaurants, hôtels) fixant les modalités et les conditions d’approvisionnement en huile d’olive et olives de table de qualité et conditionnées ;

- contribuer à la mise en place de nouveaux marchés solidaires au niveau des villes de grande consommation (Casablanca, Marrakech, Agadir, Fès, Rabat, Tanger, Oujda) ;

- contribuer à la mise en place de deux bourses d’olivier au niveau de deux grands bassins de production (Marrakech-Safi et Fès-Meknès). 

Dans ce cadre, l’action de l’Etat s’articulera principalement autour de la lutte contre l’informel et le vrac, ainsi que l’accompagnement de l’interprofession pour la conclusion d'accords avec les marchés organisés et le réseau de distribution. 

Énergie solaire et irrigation localisée 

La pénurie d’eau qui sévit dans le pays impose aux producteurs d’huile d’olive une nouvelle approche, notamment en matière d’irrigation, indispensable pour préserver des ressources qui ne sont ni disponibles ni renouvelables à la demande.

Pour assurer le développement durable de la filière oléicole concomitamment à la préservation des ressources naturelles, l’Interprolive accompagnera l’ensemble des producteurs dans la promotion de l’équipement des vergers oléicoles en irrigation localisée goutte à goutte. 

L’utilisation de l’énergie solaire est également déterminante. L'objectif est d'atteindre 20% de la superficie oléicole irriguée à l’horizon 2030. S’agissant de la promotion de la valorisation des déchets, l‘engagement de l’Interprolive concerne la sensibilisation des opérateurs des unités de trituration en vue d’adopter les mesures relatives au traitement des déchets oléicoles, notamment les margines.

De son côté, l’Etat va soutenir les opérateurs dans la mise en œuvre de l’ensemble des actions visant le développement durable de la filière oléicole et la préservation des ressources naturelles à travers :

- l’incitation à l’investissement pour l’équipement des exploitations en systèmes d’irrigation économes d’eau et en énergie renouvelable ;

- la révision à la hausse du taux et du plafond de la subvention relative à la construction et l’équipement d’unités de traitement et de valorisation des grignons d’olive pour atteindre 20% et 8 MDH, contre 10% et 1,5 MDH ; 

- la mise en œuvre de la convention relative à la collecte, au traitement et/ou la valorisation des déchets issus de l’activité oléicole ;

- l’opérationnalisation de la réglementation sur l’épandage des margines sur les terres agricoles.

L’Interprolive et l’Etat assureront également une amélioration de la qualité des produits oléicoles, à travers l’organisation de campagnes de promotion de la consommation des produits oléicoles de qualité sur le marché local. Il en sera de même pour le développement et la promotion de la production de produits oléicoles de qualité spécifique : biologiques, SDOQ et labels.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

Cartier Saâda: indicateurs trimestriels Au 31/12/2023

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.