Dossier Cet article est issu du dossier «Conférence nationale sur l'environnement des affaires» Voir tout le sommaire

Les messages de Aziz Akhannouch aux investisseurs

S'exprimant à la fin de la Conférence nationale sur l'environnement des affaires, le chef du gouvernement a promis une accélération des réformes avec, au cœur de l'équation, la relance de l'investissement.

Les messages de Aziz Akhannouch aux investisseurs

Le 15 mars 2023 à 19h16

Modifié 15 mars 2023 à 19h47

S'exprimant à la fin de la Conférence nationale sur l'environnement des affaires, le chef du gouvernement a promis une accélération des réformes avec, au cœur de l'équation, la relance de l'investissement.

En clôture de la Conférence nationale sur l'environnement des affaires, ce mercredi 15 mars, durant laquelle a été annoncée la feuille de route à l'horizon 2026, la parole été donnée au chef du gouvernement.

Aziz Akhannouch, présent tout au long de la conférence, a écouté attentivement les intervenants qui se sont succédé lors des différents panels. "Une matinée très riche. Nous sommes là pour écouter, pour connaître les vrais problèmes qui sont posés avec, au centre de l'équation, la relance l'investissement."

L'accélération des réformes

"Les réformes engagées par le gouvernement ont pour principal objectif l'accélération des processus et la création d'une bonne dynamique pour le secteur", a avancé Aziz Akhannouch.

Le chef du gouvernement a souligné l'importance de la nouvelle Charte de l'investissement, adoptée en janvier dernier. Celle-ci a tenu compte de la dimension territoriale, de la dimension genre et de la dimension des chantiers stratégiques. "Il fallait trouver un accord à l'intérieur du gouvernement, à l'intérieur des partis du gouvernement, avoir l'accord de Sa Majesté, et être à la hauteur de ses ambitions qui sont très hautes pour l'emploi", a-t-il indiqué.

"Avec la Charte de l'investissement, l'Etat peut accompagner un investisseur dans son projet jusqu'à 30% du montant d'investissement, son apport personnel pourra être de 10% ou 15%; et le reste sera finançable par les établissements de crédit."

Il a également déclaré vouloir faire des gestionnaires des Centres régionaux d'investissement "des stars de facilitation de l'emploi, qui sont là pour aider les entreprises à se développer dans les régions".

Nous sommes un gouvernement déterminé à accélérer les réformes, les appliquer et être à l'écoute.

"La stratégie de digitalisation est presque prête"

Sur le sujet de la réforme de l'administration, Aziz Akhannouch a fait observer que la stratégie de digitalisation était presque prête. "La réforme de l'administration par la digitalisation est un processus profond et très important. Nous avons consacré beaucoup de réunions pour essayer de chasser les formalités administratives inutiles et ainsi faciliter l'accès du citoyen aux services publics", a souligné le chef du gouvernement.

L'objectif est d'apporter de nouvelles solutions aux citoyens à chaque Conseil de gouvernement. En exemple, le décret relatif à l'interopérabilité et à l'échange des données et des documents entre les administrations, dans le cadre de la mise en œuvre des dispositions de la loi 55.19 relative à la simplification des procédures et des démarches administratives.

"Je veux juste dire à l'audience que nous sommes un gouvernement déterminé à accélérer les réformes, les appliquer et être à l'écoute", a-t-il indiqué.

"Et vous l'avez vu ! Quand vous avez eu des difficultés avec les entreprises de construction par rapport aux marchés publics, aux prix et à l'inflation, nous avons apporté des solutions dans les semaines qui ont suivi. Quand les entreprises étaient en difficulté, nous avons décidé de ne pas augmenter le prix de l'électricité !"

Aziz Akhannouch a promis, durant son intervention, que des textes ambitieux allaient être votés prochainement, qui vont transformer le secteur de la santé. Une feuille de route est également prête pour le secteur de l'Education, qui est un gisement important de création d'emplois et un secteur clé pour le développement de notre société.

Il a également exprimé son souhait d'accélérer le processus du Registre social unifié (RSU). "C'est un virage important pour bâtir les politiques sociales de notre pays sur une base saine et un meilleur ciblage par rapport à ce que nous allons faire dans l'avenir. L'Etat social est une priorité de notre gouvernement", a-t-il précisé.

Retard sur la problématique de l'eau

Akhannouch a reconnu qu'il existait des retards sur des projets importants, notamment la problématique cruciale de l'eau. "Le ministre et ses équipes travaillent pour essayer de rattraper le retard à ce niveau pour développer la connectivité de l'eau et trouver des solutions comme le dessalement."

Il a fait observer que, malgré les deux années de sécheresse difficiles que le pays a vécues, la machine de l'agriculture doit revenir à l'investissement. Les projets de réformes qui ont été présentés doivent donner une ambition encore plus forte aux hommes d'affaires et entrepreneurs pour relancer l'investissement et aller encore plus vite dans le développement, a-t-il indiqué.

Nous avons besoin des investisseurs, quelle que ce soit leur origine.

Les engagements d'Akhannouch

Interpellé sur le favoritisme que l'on accordait parfois aux investisseurs étrangers, Aziz Akhannouch a rétorqué que les investisseurs, qu'ils soient étrangers ou marocains, devaient être traités de la même manière et bénéficier des mêmes avantages. "Nous avons besoin des IDE, mais il faut souligner qu'il y a un développement important des IDE marocains à l'étranger. Les Marocains commencent à investir à l'étranger."

Le chef du gouvernement a rappelé qu'il y avait beaucoup de projets étrangers qui ont été repris par les entreprises marocaines, et les choses se sont améliorées. "Cela ne veut pas dire que nous n'avons pas besoin d'opérateurs étrangers. Nous avons besoin des investisseurs, quelle que ce soit leur origine. L'essentiel, c'est la création d'emplois, le développement et la progression du territoire", a-t-il souligné.

Nous avons fait, au début de notre mandat, des choses claires apportant de la visibilité. A présent, nous serons évalués sur la mise en œuvre, sur la manière de réaliser et d'accompagner.

Pour ce qui est de la conférence sur le climat des affaires, le chef du gouvernement a indiqué qu'il allait prendre en considération les aspirations, notamment du secteur privé et des banques pour accélérer les réformes.

Evoquant le bilan de son gouvernement, Aziz Akhannouch a déclaré que "le gouvernement a fait beaucoup de choses ; nous n'avons pas attendu la fin du mandat pour donner un bilan positif. Nous avons fait, au début de notre mandat, des choses claires en connaissant les budgets et les détails. Les gens ont une visibilité sur les quatre ou cinq années à venir. A présent, nous serons évalués sur la mise en œuvre, sur la manière de réaliser, sur la manière d'accompagner".

Les CRI prochain chantier

Le chef du gouvernement s'est engagé personnellement à suivre toute la partie investissement pour faciliter l'acte d'investir, et à poursuivre son travail avec les CRI pour avoir des changements qui soient visibles pour les entrepreneurs afin de les accompagner et de les aider à aller plus vite.

"On a vu à Davos l'intérêt grandissant des investisseurs étrangers pour le Maroc, et ça fait plaisir. Donc je pense qu'il faut capter ces moments, et vous pouvez compter sur l'ensemble des ministres et le gouvernement pour que l'on puisse aller de l'avant et chercher la croissance même dans les moments difficiles d'inflation, de crise."

"Hier, je vous le cache pas, j'ai eu le privilège d'avoir une conversation au téléphone avec Sa Majesté, et j'ai senti une satisfaction par rapport à la trajectoire des réformes du gouvernement. Ça nous encourage à aller encore plus vite avec le secteur privé", a t-il conclu.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

Groupe LabelVie: Révision annuelle du taux annuel des obligations ordinaires de la tranche A de l'emprunt obligataire du 28 Mai 2020

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.