El Bouhmadi (FMIIP) : “Le continent africain représente un énorme potentiel pour notre industrie pharmaceutique”

L'Afrique, dont la population s'élève à 1,3 milliard d'habitants, dispose d'à peine 375 établissements pharmaceutiques, contre 10.500 en Inde, pour une population comparable. Avec la Zone de libre-échange continentale africaine, de nombreux débouchés s'offrent au Royaume, pour peu que certains obstacles autour de la coopération soient levés. Le point.

El Bouhmadi (FMIIP) : “Le continent africain représente un énorme potentiel pour notre industrie pharmaceutique”

Le 28 février 2023 à 16h50

Modifié 28 février 2023 à 17h05

L'Afrique, dont la population s'élève à 1,3 milliard d'habitants, dispose d'à peine 375 établissements pharmaceutiques, contre 10.500 en Inde, pour une population comparable. Avec la Zone de libre-échange continentale africaine, de nombreux débouchés s'offrent au Royaume, pour peu que certains obstacles autour de la coopération soient levés. Le point.

Lors de la 20e édition d’Officine Expo, organisée les 24 et 25 février à Marrakech, le président de la Fédération marocaine de l'industrie et de l'innovation pharmaceutiques (FMIIP), Mohamed El Bouhmadi, a évoqué le potentiel que représente l’Afrique pour l’industrie pharmaceutique marocaine, mais aussi les freins à la coopération Sud-Sud dans le secteur.

375 établissements pharmaceutiques pour 1,3 milliard d'habitants

"L’Afrique représente 1,1% du marché mondial en termes de consommation de médicaments", a indiqué M. El Bouhmadi, qui estime que ce taux reste faible par rapport à d’autres pays, dont la population est similaire à celle du continent.

"La population africaine s’élève à 1,3 milliard d’habitants, alors que le continent compte à peine 375 établissements pharmaceutiques. Il est prévu que la population atteigne 1,7 milliard d’habitants en 2030, 2,5 milliards en 2050 et 4,5 milliards en 2100". L’industrie pharmaceutique devra être en mesure de répondre aux besoins croissants en médicaments.

M. El Bouhmadi rappelle que "l’Amérique du Nord représente à elle seule 46% de la consommation mondiale de médicaments, contre 24% en Europe, et 14% en Asie-Pacifique".

"En comparaison avec le tissu industriel en Chine, dont la population estimée à 1,4 milliard d’habitants est similaire à celle de l'Afrique, le pays dispose d’environ 5.000 établissements pharmaceutiques. Même constat en Inde, dont la population s’élève également à près de 1,4 milliard d’habitants, et les établissements pharmaceutiques à 10.500 établissements."

Autre constat, "l’Afrique importe 70% à 90% de son besoin en médicaments, et selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 42% des médicaments contrefaits circulent en Afrique, à cause d’une réglementation laxiste dans certaines zones". Par ailleurs, "la Zone de libre-échange continentale africaine (Zlecaf) va permettre de créer 16 millions d’emplois et de développer un chiffre d’affaires très important". C’est dire le potentiel que représente le continent pour le Maroc.

On doit faire des recherches adaptées à l’Afrique, pour développer des produits innovants et les breveter.

"Le Royaume est présent en Afrique à travers l’exportation de son savoir-faire, l’installation d’usines et le transfert de technologies, mais il y a encore un grand potentiel à exploiter, notamment en termes de construction d’usines. Néanmoins, si les laboratoires nationaux investissent en Afrique pour combler le vide dans le secteur, dans le cadre d’un partenariat Sud-Sud, des freins à caractère logistique et financier persistent et entravent cette coopération."

Le président de la FMIIP cite notamment la reconnaissance mutuelle des certifications et des autorisations. "Le Maroc a été candidat pour abriter l’Agence africaine du médicament, qui a été confiée au Rwanda, mais un travail industriel reste à faire pour être présent dans tout ce qui va se décider au niveau africain, et être partie prenante du projet."

"Aujourd’hui, quand on veut exporter en Afrique, l’enregistrement de nos produits prend des fois jusqu’à quatre ans. Le processus est donc très long... Lorsqu’il y aura une reconnaissance mutuelle des autorisations et certifications, les choses seront plus simples."

"Nous devons également développer un pôle africain d’innovation. Nous avons des génotypes et une alimentation différents. On doit donc faire des recherches adaptées à l’Afrique, pour développer des produits innovants et les breveter."

Dans ce sens, "nous devons aussi créer une instance qui encourage la recherche multidisciplinaire, avec une coopération en Afrique. Il ne faut pas se contenter simplement de la recherche fondamentale, mais aussi de la recherche appliquée, et encourager les essais cliniques, dont très peu sont réalisés au Maroc".

Le second point qui bloque la coopération Sud-Sud concerne le réseau de distribution. "Pour pouvoir exporter leurs produits pharmaceutiques en Afrique, les laboratoires sont obligés de passer par Rouen, qui les transfère ensuite en Côte d’Ivoire ou au Sénégal par exemple. Lorsqu’un produit est en rupture de stock, son réapprovisionnement nécessite quatre mois au minimum."

"Il faut donc absolument créer une plateforme de distribution dans un pays africain, qui permette de centraliser les distributions, en regroupant plusieurs opérateurs distributeurs en Afrique."

Sur le volet légal, des choses restent à faire. "Au Maroc il y a trois statuts : celui des laboratoires fabricants, celui des laboratoires grossistes et celui les répartiteurs et pharmaciens d’officine", explique M. El Bouhmadi.

"Lorsqu'on veut exporter nos produits pharmaceutiques en Afrique, il faut qu'ils soient d'abord enregistrés et commercialisés au Maroc. Il faut donc résoudre cet aspect réglementaire pour avoir un statut qui permette de distribuer sans avoir à enregistrer les produits. Ce point a déjà été évoqué avec notre autorité de tutelle."

Les laboratoires membres de la FMIIP réalisent 5,2% du PIB du secteur industriel et 1,5% du PIB national.

Le président de la FMIIP est par ailleurs revenu sur la nouvelle Agence du médicament et des produits de la santé, qui sera bientôt créée.

"Pour nous accompagner dans notre développement, nous avons besoin d’une agence, et nous sommes heureux de compter le lancement de l'Agence du médicament et des produits de la santé", a-t-il souligné.

"Celle-ci aura une autonomie de gestion, sera à même de tracer les stratégies de développement des médicaments, ainsi que des moyens humains et financiers importants, qui permettront d’accompagner le développement de l’industrie pharmaceutique au Maroc."

"Un comité ad hoc a déjà été créé pour sa mise en place. Nous espérons qu’elle sera rapidement raccordée à l’Agence africaine du médicament, pour qu’elles puissent collaborer et militer pour la reconnaissance mutuelle des autorisations et des certifications."

Enfin, M. El Bouhmadi a rappelé les principaux chiffres relatifs au tissu industriel pharmaceutique marocain. "Le pays compte 54 laboratoires autorisés au Maroc - qui disposent d’une usine pharmaceutique -, 12.000 pharmacies et 66 grossistes répartiteurs."

"Ces trois catégories d'acteurs emploient 60.000 salariés. En 2021 et 2022, le secteur a réalisé un chiffre d’affaires de 17 milliards de DH (MMDH)".

"Les laboratoires membres de la FMIIP réalisent 800 millions de DH (MDH) d’investissements par an, et des contributions fiscales de l’ordre de 2 MMDH, soit 5,2% du PIB du secteur industriel et 1,5% du PIB national."

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Communication financière

Sofac : AVIS DE CONVOCATION À L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ORDINAIRE DU 25 MARS 2024

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.