Recensement 2024 : les travaux préparatoires lancés début mars

La digitalisation du 7e recensement général de la population et de l’habitat, prévu en 2024, garantira une meilleure efficacité opérationnelle et une optimisation du coût budgétaire.

Recensement 2024 : les travaux préparatoires lancés début mars

Le 23 février 2023 à 17h02

Modifié 23 février 2023 à 18h53

La digitalisation du 7e recensement général de la population et de l’habitat, prévu en 2024, garantira une meilleure efficacité opérationnelle et une optimisation du coût budgétaire.

Le 7e recensement général de la population et de l’habitat (RGPH) au Maroc se déroulera courant 2024. "Il s’inscrit dans le contexte de la transformation digitale des lignes de produits et de services, amorcée par le haut-commissariat au plan (HCP) depuis 2019", affirme le haut-commissaire au Plan, Ahmed Lahlimi Alami, ce jeudi 23 février à Rabat, à l’occasion de la présentation des travaux préparatoires du RGPH.

"Par rapport aux précédents, ce recensement se caractérisera par une meilleure efficacité opérationnelle et une optimisation du coût budgétaire de l’ensemble du processus de sa réalisation", a ajouté Ahmed Lahlimi. Outre le recrutement et la formation des agents d’exécution, les axes d’amélioration concernent les travaux cartographiques, le mode de collecte des données auprès des ménages, leur exploitation et diffusion.

Prévus début mars 2023, pour une durée de 14 mois, les travaux préparatoires seront pris en charge par une solution informatique. "Elle devait être développée par une société internationale pour 25 MDH. Mais nous avons finalement décidé de confier cette mission à des cadres du HCP qui y sont parvenus en une quinzaine de jours", s’est félicité Ahmed Lahlimi.

Des techniques de cartographie modernes

Capitale dans la préparation du RGPH, la cartographie censitaire assure le ratissage exhaustif de la population sur l’ensemble du territoire national, sans omission ni double compte. Celle du RGPH 2024 fera appel aux techniques de la cartographie moderne, intégrées dans un SIG mobile appelée "cartographie nomade".

Sa particularité est de rendre possible la saisie et la mise à jour d’une multitude d’informations vectorielles et descriptives sur le terrain, via des tablettes contenant des images satellites. L’idée est d’assurer une meilleure organisation du recensement sur le terrain et un ratissage exhaustif de la population marocaine. Les objectifs spécifiques assignés à cette opération se déclinent comme suit :

- Actualiser la base de données cartographiques existante et assurer une couverture totale, par des cartes fiables, du territoire national en milieu urbain ou rural ;

- Fournir un découpage du territoire national en district de recensement, secteurs de contrôle et zones de supervision ;

- Géolocaliser les constructions et leurs éléments, à savoir les logements et les locaux à usage professionnel ;

- Etablir un système de géocodage qui lie les données du RGPH aux différentes unités administratives et statistiques, ainsi qu’à n’importe quel zoning selon la demande ;

- Mettre au point une organisation optimale et la logistique (moyens humains et matériels) à mettre en œuvre pour assurer la réussite de l’exécution du prochain RGPH ;

- Fournir les supports cartographiques permettant la réalisation des enquêtes auprès des ménages, des études démographiques, socioéconomiques et des analyses spatiales.

Paramétrage de la solution informatique

Dans le cadre des travaux préparatoires et cartographiques en particuliers, le HCP prévoit d’actualiser le code géographique en concertation avec les autorités locales et le ministère de l’Intérieur, puis d’acquérir les images satellitaires auprès du Centre royal de télédétection spatiale (CRTS).

Il s’agira aussi de mettre à jour la voirie, les formes et positions des îlots (milieu urbain) sur la base des images satellitaires, tout en s’aidant de Google OpenStreetMap par le biais du logiciel QGIS. Ces données sont nécessaires pour le paramétrage de la solution informatique intégrée.

Cela dit, l’efficacité de cette solution dépend de la formation des membres des cellules régionales du système d’information géographique (SIG). Ensuite, il sera temps d’établir un planning prévisionnel d’exécution des travaux sur le terrain en concertation avec les responsables régionaux.

Après avoir créé les comptes utilisateurs et affecter les zones de travail aux superviseurs, contrôleurs et agents cartographiques, les travaux de terrain seront lancés. En milieu urbain, ces travaux serviront à l’actualisation des limites des communes et à la mise à jour des cartes des districts du recensement (logements, types de constructions, étages, ménages, connexion au réseau…).

En milieu rural, la collecte d’informations sera tout aussi essentielle en vue d’actualiser la limite de la commune, mais aussi pour collecter des informations sur les principales activités économiques exercées, le type de relief et de terrains agricoles dominants, ou encore la langue dominante.

En sus, le HCP collectera des informations sur les moyens de transport pour accéder à telle ou telle commune, ainsi que la disponibilité de la couverture en téléphonie mobile et en internet 4G. Une mise à jour des cartes des districts du recensement dans les zones rurales est également prévue.

La troisième et dernière étape préparatoire a pour finalité la constitution des Districts du recensement de 2024, "avec des limites claires et faciles à reconnaître et une taille, en termes de nombre de ménages, suffisante pour être enquêtée durant la période d'exécution du recensement par un seul enquêteur", indique le HCP.

Une cartographie des établissements économiques

L’opération de la cartographie des établissements économiques (CEE 2023) sera lancée en parallèle aux travaux cartographiques préparatoires du RGPH. Cette opération va couvrir l’ensemble du territoire national et consiste à réaliser la géolocalisation de tous les établissements économiques non agricoles des secteurs privé et public qui exercent dans un lieu fixe.

Le but est de mettre en évidence la répartition spatiale des entreprises et de leurs établissements aux niveaux national, régional et local. De quoi offrir une meilleure connaissance de la structure économique du tissu productif à travers la mise en évidence de nouvelles activités.

Pour faire simple, cette opération prévoit de :

- dresser une image actualisée du tissu productif ;

- mettre en place une base de données géo-référencées des entreprises et de leurs établissements ;

- permettre des analyses spatiales des activités économiques et dégager la nouvelle structure et les caractéristiques des activités économiques, au même titre que leur répartition géographique ;

- établir un nouveau cadre d’échantillonnage pour les enquêtes statistiques économiques (entreprises et établissements) ;

- établir une base de données géo-référencées des institutions sans but lucratif (ISBL), disposant d’un local ;

- mettre en place une base de données des souks hebdomadaires ;

- constituer une base de donnée des infrastructures communales.

La CEE 2023 est conçue selon un mode de collecte basé sur une solution informatique intégrée (mobile et web), à l’aide des tablettes connectées munies de GPS et de fonds d’images satellites. Plusieurs questionnaires ont été conçus pour répondre aux objectifs de cette opération. Ils sont modulables selon le type d’unités à recenser.

Le premier questionnaire est réservé à la collecte des données relatives aux établissements à but lucratif disposant d’un local. Le deuxième est dédié aux établissements à but non lucratif disposant d’un local. Le troisième se charge de recenser les souks hebdomadaires. Enfin, le quatrième questionnaire servira à la collecte des données des locaux relevant du service public.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.

A lire aussi


Emploi. Les programmes et politiques actives du marché du travail passés au crible par le PCNS

Le marché du travail marocain est confronté à des défis persistants tels que le chômage élevé, l'inadéquation entre les compétences et les besoins du marché ainsi que la faible participation des jeunes et des femmes. En réponse, l'État a mis en place plusieurs programmes pour promouvoir l'emploi. Un rapport du Policy Center for the New South présente une analyse approfondie et des recommandations visant à optimiser ces programmes publics. Détails.

Un événement. Les agrégateurs agricoles pourront vendre librement leurs fruits et légumes sans passer par les marchés de gros

Plus de dix ans après son instauration, l’agrégation agricole n’a pas encore donné satisfaction. Pour améliorer la représentation de ce modèle d’organisation des exploitants dans le secteur agricole et réduire l’impact des intermédiaires sur le prix des fruits et légumes, le gouvernement a adopté un projet de décret qui permet à l’agrégateur de commercialiser ses produits sans passer par le marché de gros.

Communication financière

Salafin: Communication Financière Indicateurs du 1er trimestre 2024

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.