IAM réalise un chiffre d’affaires consolidé de 35,7 MMDH en 2022

| Le 21/2/2023 à 11:45
Le groupe Maroc Telecom annonce des résultats opérationnels conformes aux objectifs, avec une base clients qui augmente légèrement et un chiffre d’affaires quasi stable.

L’opérateur télécom a publié ses résultats consolidés au 31 décembre 2022. Il en ressort un chiffre d’affaires de 35,7 MMDH en 2022, en légère baisse de 0,2% (-0,5% à change constant).

"La croissance des revenus des filiales Moov Africa ainsi que celle des activités de l’Internet Fixe au Maroc compensent en partie la baisse du Mobile au Maroc qui pâtit du contexte conjoncturel, concurrentiel et réglementaire", annonce le groupe Maroc Telecom.

La base clients du groupe atteint 75,4 millions de clients en 2022 et enregistre une hausse de 1,6%, tirée principalement par la croissance de la base clients des filiales.

Le résultat net ajusté part du groupe baisse de 3,3% à change constant, et atteint 5,8 MMDH à fin décembre 2022. Le conseil de surveillance de Maroc Telecom proposera, lors de la prochaine assemblée générale, la distribution d’un dividende de 2,19 dirhams par action contre 4,78 dirhams au titre de l’année 2021. Cette distribution représente un montant global de 1,9 MMDH. Rappelons que le régulateur a sanctionné l’opérateur d’une amende de 2,45 MMDH.

La dette nette consolidée du groupe s’affiche à 16,3 MMDH à fin décembre, en hausse de 12,8% à change constant.

Baisse de l’activité mobile au Maroc

Au Maroc, le chiffre d’affaires du groupe atteint les 19,5 MMDH, en légère baisse de 1,8%, causée notamment par le retrait de l’activité mobile, en baisse de 3,9% à près de 11,8 MMDH.

La bonne tenue de la Data Fixe (+6,7%) compense en partie la baisse des revenus du Mobile, qui continuent de pâtir du contexte conjoncturel, concurrentiel et réglementaire. Cette croissance est notamment tirée par l’expansion du parc Fibre (+44%).

À fin 2022, le résultat opérationnel avant amortissements (EBITDA) ajusté s’élève à 10,9 MMDH, en recul de 2,3% par rapport à 2021. Le taux de marge d’EBITDA ajusté se maintient au niveau élevé de 56,1%.

Un bon relais de croissance des filiales internationales

Les activités du groupe à l’international affichent en 2022 un chiffre d’affaires de 17,2 MMDH, en hausse de 2% (+1,3% à change constant), grâce à la forte croissance de la Data Mobile (+28% à change constant). Hors baisse des terminaisons d’appel, les revenus des filiales progressent de 2,3% à change constant.

Sur l’année 2022, le résultat opérationnel avant amortissements (EBITDA) ajusté s’établit à 7,5 MMDH, en hausse de 2,2% (+1,4% à change constant). Le taux de marge d’EBITDA ajusté s’établit à 43,6%, en amélioration de 0,1 pt grâce à l’amélioration du taux de marge brute.

► Perspectives du groupe Maroc Telecom pour l’année 2023

Sur la base des évolutions récentes du marché, et dans la mesure où aucun nouvel événement exceptionnel majeur ne viendrait perturber l’activité du groupe, Maroc Telecom prévoit pour l’année 2023, à périmètre et change constants :

- un chiffre d’affaires stable ;
- un EBITDA stable ;
- un CAPEX d’environ 20% du chiffre d’affaires, hors fréquences et licences.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.
lire aussi
  • | Le 27/5/2024 à 12:11

    Alliances. Stratégie, projets, dividendes... Entretien avec la direction du groupe

    Lors d’un entretien avec Médias24, le directeur général délégué du groupe, Omar Lazraq, est revenu sur les raisons des performances notables de l’année 2023 et les perspectives de croissance du groupe après l’échéance de son business plan 2022-2025. Plusieurs grands projets de milliers de logements sont en cours de lancement ou le seront prochainement. Le groupe tirera profit des aides aux logements et du Mondial 2030.
  • | Le 27/5/2024 à 9:18

    Aradei Capital : l’AMMC vise une augmentation de capital de 250 MDH

    Cette opération se déroulera du 3 au 7 juin 2024.
  • | Le 26/5/2024 à 8:09

    Taux. Légère hausse à fin mars, la transmission du taux directeur aux taux réels se poursuit

    Une très légère hausse du taux débiteur moyen global a été observée au T1-24 à 5,4%. Cette hausse est dans la lignée normale de la lente transmission de la hausse du taux directeur aux taux réels. D'un trimestre à l'autre, les taux des crédits à l'équipement affichent la progression la plus forte du fait de la forte demande. Une correction est observée sur les taux des crédits immobiliers et de trésorerie.
  • | Le 24/5/2024 à 10:28

    Akdital : le chiffre d’affaires progresse de 61% à fin mars

    Le groupe poursuit le chemin de la croissance et accroît son développement territorial au premier trimestre. L’endettement recule légèrement de 2% à fin mars par rapport à la fin de l’année dernière. Le groupe prévoit 12 ouvertures cette année, dont deux déjà opérationnelles à Marrakech et Khouribga. La capacité litière serait portée d’ici fin d’année à 3.700 lits contre 2.300 lits en 2023.
  • | Le 23/5/2024 à 14:57

    Bourse. En 2023, les étrangers et les MRE détiennent 168 MMDH d'encours

    En 2023, alors que le montant des investissements des étrangers en valeur a progressé de 8% par rapport à 2022, la part que les étrangers détenaient dans la cote a légèrement reculé du fait de la hausse de la capitalisation boursière globale. La grande majorité des investissements étrangers sont stratégiques. Les investissements étrangers sont représentés à quasi parts égales par le Moyen-Orient et l'Europe.
  • | Le 23/5/2024 à 9:16

    Managem : baisse de 13% du chiffre d’affaires à fin mars

    La baisse des revenus provient notamment de la suspension temporaire des opérations polymétalliques sur le site de Guemassa et de la baisse de la production de cobalt en provenance de la mine de Bou-Azzer dans le but de préserver les ressources. Cela a été partiellement compensé par la hausse des cours du cuivre et des métaux précieux.