Sanlam Maroc : tour d’horizon du marché et des perspectives de l’assurance-vie

| Le 16/2/2023 à 17:31
Marouane Chraibi, directeur Business Unit Vie et Bancassurance chez Sanlam Maroc, présente un état des lieux du marché de l’assurance-vie au Maroc, ainsi que les perspectives d’évolution de ce segment. Un environnement marqué par la généralisation de l’AMO, et un cadre fiscal plus avantageux à l’épargne à long terme, dans la loi de finances 2023.

Le groupe Sanlam Maroc s’est vu décerner, le 15 février, le prix "Innovation Produit" des trophées de l'Assurance pour son offre Continuité scolaire. L'occasion de revenir avec l’assureur sur son activité d’assurance-vie, épargne et prévoyance, et de faire un état des lieux du marché et des perspectives d’évolution dans un environnement en mutation.

Le secteur se positionne pour profiter de la généralisation de l’AMO et d’un cadre favorable apporté par la loi de finances, dont les paramètres favorisent l’épargne à long terme. Médias24 est allé à la rencontre de Marouane Chraibi, Directeur Business Unit Vie & Bancassurance chez Sanlam Maroc, pour prendre le pouls du marché de l’assurance-vie et de ses perspectives d’évolution.

Un marché encore jeune où Sanlam souhaite innover

Aujourd’hui, l’assurance-vie au Maroc, tant sur l’épargne que la prévoyance, est un marché encore jeune qui dispose d’une grande marge de progression. A l’échelle nationale, l’activité compte pour près de la moitié du chiffre d’affaires global, nous indique Marouane Chraibi. Et cette part évolue d’année en année. "Aujourd’hui, l’assurance vie représente près de la moitié du chiffre d’affaires global de l’assurance au Maroc. À fin 2021 au Maroc, nous sommes à environ 23 MMDH pour un chiffre d’affaires global d'environ 50 MMDH."

Si l’activité pèse de plus en plus, la majorité des revenus de l’assurance-vie proviennent de la bancassurance et pas des sociétés d’assurances elles-mêmes. "Ce chiffre d’affaires est cependant généré majoritairement par le canal bancassurance qui représente environ 70% du chiffre d'affaires global marché, et principalement via des produits d’épargne. Or, il est à rappeler que l’assurance-vie englobe le segment épargne et le segment prévoyance décès", précise Marouane Chraibi.

Les 30% restants sont générés par la vente en collectif à hauteur de 25% à 26%, et la vente individuelle à hauteur de 5% à 6%. C’est à ce niveau que Sanlam Maroc aimerait innover en diversifiant les produits d’assurance-vie et les canaux de distribution. "Nous explorons les gisements de vente en individuel. Nous avons dans ce sens une force de vente individuelle sur le terrain qui accompagne les clients et vulgarise les produits de prévoyance vie pour les commercialiser. Chez Sanlam Maroc, nous avons de fortes ambitions en prévoyance vie ; c’est un marché qui reste encore à développer. Rappelons-le, le taux de pénétration de l’assurance est de l’ordre de 4% ; en comparaison avec d’autres économies émergentes ou pays du Nord, nous disposons d’un taux encore faible", précise Marouane Chraibi.

Pour cela, le groupe a lancé un certain nombre d’innovations en 2021 et 2022, notamment le produit de continuité scolaire qui vient répondre aux besoins des parents d’assurer une scolarité à leurs enfants, quels que soient les aléas. "Nous avons également une innovation sur l’assurance décès emprunteur, Assur’Crédit. Ce type de produit se vend généralement à travers le canal bancassurance. Nous l’avons digitalisé et sommes en train de le vendre à travers un parcours numérique et simplifié. Cela permet d’avoir sa délégation bancaire en quelques clics et de payer en ligne."

Ces initiatives et cette volonté de moderniser le secteur de l’assurance-vie ne sortent pas de nulle part. L’activité est en effet un relais de croissance important pour Sanlam Maroc, historiquement plus présent sur le secteur Non-Vie.

Comme l’expliquait à Médias24, en mai 2022, Yahya Chraibi, directeur général de Sanlam Maroc, la bonne progression de l’activité Vie "a été le fruit d’une stratégie particulièrement volontariste pour développer la prévoyance, dont la part a beaucoup augmenté dans notre portefeuille (que ce soit en bancassurance ou hors bancassurance)". Il notait que ce secteur représentait un véritable potentiel de croissance profitable. "L’idée est de continuer à croître fortement mais sainement, en ayant une approche plus fine et ciblée de nos clients et marchés", disait-il.

Le groupe avait lancé en 2021 l’offre "Lwoqt ou Zmane", qui permet à l’assuré de "mettre sa famille à l’abri en cas de décès, sans que ce soit à ‘fonds perdus’ puisque, s’il ne subit pas de sinistre, il peut récupérer au bout de quinze ans toutes les primes qu’il a payées jusqu’alors", précisait Yahya Chraibi.

De nombreux facteurs favorisent le développement de l’assurance-vie

Actuellement, le secteur bénéficie de bonnes perspectives, apportées notamment par un environnement favorable à l’épargne à long terme. "Nous sommes cependant convaincus que le moment est propice pour développer l’assurance-vie, car les évolutions réglementaires qui sont en train de s’opérer ouvrent de nouvelles perspectives", estime Marouane Chraibi.

En effet, la généralisation de l’Assurance maladie obligatoire (AMO) est intéressante pour l’assureur, qui y voit un potentiel à capter. "C’est un marché qui reste à créer. Nous pensons que c’est le moment propice pour le faire, car il y a des discontinuités réglementaires qui sont en train de s’opérer. Il s’agit notamment de la généralisation de l’AMO, qui a intégré une grande population dans le portefeuille de la CNSS. Cette population devient de plus en plus sensible et développe un appétit pour la prévoyance vie", explique-t-il.

Cette appétence a notamment été catalysée par la crise sanitaire. "Le Covid a également sensibilisé de nombreux citoyens sur l’importance de l’assurance-vie. Nous remarquons un grand intérêt de la classe moyenne pour les produits d’épargne et de prévoyance", témoigne Marouane Chraibi.

De plus, le contexte fiscal actuel est devenu plus propice à l’épargne, notamment grâce à différents volets de la loi de finances 2023. "Les nouvelles dispositions de la LF 2023 touchent l’épargne d’un point de vue fiscal. Selon nous, ces mesures favorisent vraiment l’épargne à long terme, car il y a un abattement fiscal qui devient beaucoup plus intéressant, et un âge de départ à la retraite qui passe de 50 à 45 ans. Il y a une retenue de 15% non libératoire en cas de rachat précoce."

Ces conditions fiscales avantageuses viennent compenser la perte de rendement connue sur les placements d’épargne, du fait de l’inflation. "Il n’y a pas que le rendement qui entre en jeu. Il s’agit d’une combinaison entre le taux de rendement et les avantages fiscaux", poursuit notre interlocuteur.

Le secteur peut aussi tabler sur une évolution règlementaire de ses activités, notamment en micro-assurance. "Il ne faut pas oublier le cadre juridique de la micro-assurance qui vient d’être mis en place et qui permet de cadrer les produits de micro-assurance et de faciliter leur distribution. Cela a un impact positif dans le cadre de l’inclusion financière. L’idée est d'offrir à une population n’ayant pas accès au système classique, des produits d’assurance-vie", souligne Marouane Chraibi.

"Désormais, il est important d’innover à la fois en termes de canal de distribution et de produit, et de travailler surtout sur la vulgarisation des contrats." Cela passe notamment par des campagnes de communication, des capsules, son réseau de distribution, ses animateurs patrimoniaux et la digitalisation, pour les rendre accessibles au plus grand nombre et démarcher cette nouvelle cible. "Nous pouvons le faire à travers les partenariats avec différentes institutions, courtage ou en direct/individuel. Sans oublier bien évidement la bancassurance qui reste un canal important", conclut notre interlocuteur.

Vous avez un projet immobilier en vue ? Yakeey & Médias24 vous aident à le concrétiser!

Si vous voulez que l'information se rapproche de vous

Suivez la chaîne Médias24 sur WhatsApp
© Médias24. Toute reproduction interdite, sous quelque forme que ce soit, sauf autorisation écrite de la Société des Nouveaux Médias. Ce contenu est protégé par la loi et notamment loi 88-13 relative à la presse et l’édition ainsi que les lois 66.19 et 2-00 relatives aux droits d’auteur et droits voisins.
lire aussi
  • | Le 17/7/2024 à 18:16

    Akdital réussit son augmentation de capital et comptera 51 établissements de santé d'ici 2026

    Souscrite 29 fois, l'augmentation de capital réalisée par le groupe a connu un grand succès. Le groupe accélérera sa croissance dans les mois à venir pour livrer un établissement de santé par mois au cours des quinze prochains mois. D'ici fin 2026, Akdital devrait en détenir 51 au total, avec une capacité de plus de 5.700 lits.
  • | Le 16/7/2024 à 14:29

    La hausse des cours des métaux précieux devrait se poursuivre sur le reste de l'année

    Les anticipations de la hausse du taux directeur de la FED joue en faveur du cours du dollar. Ce dernier augmente quand la rentabilité de la monnaie américaine diminue. Les facteurs géopolitiques mondiaux et l'instabilité qui en découle, jouent également dans l'appréciation de l'Or. Cette situation sera bénéfique aux minières qui l'ont dans leurs portefeuilles.
  • | Le 16/7/2024 à 10:26

    Comptes bancaires : 3,3 millions de nouveaux comptes bancaires ouverts en 2023

    Fin 2023, 36,3 millions de comptes bancaires étaient ouverts. 17,4 millions de personnes physiques détenaient des comptes bancaires. On y compte 38% de femmes et 62% appartenant à des hommes. La majorité de ces comptes bancaires sont des comptes chèques et 30% sont des comptes sur carnet.
  • | Le 15/7/2024 à 15:47

    Dislog Group : deux prochaines acquisitions dans le pipe avant fin 2024

    Après huit acquisitions effectuées en 2023, le groupe en prévoit quatre cette année, dont deux déjà actées. Les deux restantes porteront sur le secteur de la santé et de l'alimentaire. Voici ce que l'on sait des deals à venir. 
  • | Le 14/7/2024 à 11:31

    Trésor : les recettes de l'Etat augmentent de 13% à 175 MMDH à fin juin 2024

    Les recettes à fin juin progressent nettement, alors que les dépenses enregistrent un léger retrait par rapport à la même période l'année dernière. La charge de compensation enregistre une détente de 67,5% à 4,56 MMDH au premier semestre.
  • | Le 12/7/2024 à 13:16

    Megaflex dans le giron de Dislog Group : montant du deal et ambitions de Moncef Belkhyate

    Dislog Group a fait l'acquisition de 75% du capital de Megaflex SARL, entreprise du secteur de la santé, spécialisée dans la distribution d'automates et de réactifs. Ambitions, prix du deal... Moncef Belkhyate, PDG de Dislog Group nous livre les premiers détails sur sa dernière acquisition.