χ

Hassan Iquioussen : son avocate fait le point après son expulsion au Maroc

Selon Me Lucie Simon, contactée par Médias24, l’imam Hassan Iquioussen reste libre de ses mouvements au Maroc en attendant de connaître l’issue de la procédure, devant le tribunal administratif de Paris, pour le faire revenir en France.

Hassan Iquioussen : son avocate fait le point après son expulsion au Maroc

Le 17 janvier 2023 à 17h58

Modifié le 17 janvier 2023 à 19h27

Selon Me Lucie Simon, contactée par Médias24, l’imam Hassan Iquioussen reste libre de ses mouvements au Maroc en attendant de connaître l’issue de la procédure, devant le tribunal administratif de Paris, pour le faire revenir en France.

Contactée par Médias24, l’avocate Lucie Simon, qui défend les intérêts de l’imam récemment expulsé de Belgique vers le Maroc, nous a déclaré que son "client n’avait connu aucun problème lors de son passage à la frontière marocaine".

Elle a également précisé qu’il était "libre de ses mouvements", en attendant de connaître l’issue de la procédure devant le tribunal administratif de Paris.

Afin de faire revenir légalement son client en France, Me Lucie Simon précise qu’elle a déposé en juillet une procédure de fond devant le tribunal administratif de Paris, mais elle ignore si elle aboutira.

L’imam âgé de 58 ans, fiché S (pour sûreté de l’Etat) par les services de renseignement français, était au cœur d’un imbroglio politico-juridique depuis six mois.

Hassan Iquioussen avait été accusé de tenir "depuis des années un discours haineux à l’encontre des valeurs de la France", par le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, qui avait demandé son expulsion vers le Maroc.

Une "atteinte disproportionnée" à sa "vie privée et familiale"

Une mesure d’abord suspendue par le tribunal administratif de Paris au motif qu’elle porterait une "atteinte disproportionnée" à sa "vie privée et familiale", puis annulée par le Conseil d’État qui avait ensuite entériné l’expulsion de l’imam marocain.

Mais l’imam était introuvable au moment où l’arrêté avait été définitivement validé par le Conseil d’État, le 31 août. Il avait fui en Belgique francophone, où il a été arrêté dans la région de Mons (sud-ouest) le 30 septembre.

Incarcéré puis brièvement assigné à résidence sous surveillance électronique, Hassan Iquioussen avait ensuite été placé en centre fermé près de Liège (est) à la mi-novembre, après l’échec devant les tribunaux belges de la procédure du mandat d’arrêt européen lancée par la France.

Il avait alors multiplié les recours contre l’ordre de quitter le territoire qui le visait. Sans succès.

Les autorités belges l’ont expulsé vers le Maroc le vendredi 13 janvier après la délivrance, jeudi, d’un laissez-passer par le consulat du Maroc à Liège.

Cinq enfants et quinze petits-enfants, tous français

Né en France, Hassan Iquioussen avait décidé à sa majorité de ne pas opter pour la nationalité française. Il affirme y avoir renoncé à 17 ans sous l’influence de son père et avoir ensuite tenté en vain de la recouvrer. Il a cinq enfants et quinze petits-enfants, tous français.

Dans un nouvel arrêté de reconduite à la frontière pris à la mi-décembre, les services belges de l’immigration observent qu’en cas d’expulsion vers le Maroc, il n’y a pas d’"obstacles insurmontables" au maintien des relations de l’imam avec sa famille.

Ce document rappelle que son épouse dispose d’un droit de séjour en France lui permettant d’effectuer des allers et retours au Maroc.

Médias24 est un journal économique marocain en ligne qui fournit des informations orientées business, marchés, data et analyses économiques. Retrouvez en direct et en temps réel, en photos et en vidéos, toute l’actualité économique, politique, sociale, et culturelle au Maroc avec Médias24

Notre journal s’engage à vous livrer une information précise, originale et sans parti-pris vis à vis des opérateurs.