Compte sur carnet : la hausse faciale de la rémunération n’aura que peu d’effet sur l’épargne

| Le 5/1/2023 à 15:56
Au S1-2023, la rémunération du compte sur carnet progresse de 27 points de base par rapport au S2-2022, à 1,51%. Cette amélioration faciale n’aura cependant que peu ou pas d’effet sur l’épargne des Marocains, car loin de satisfaire les exigences de rentabilité. Les taux réels de rendement de l’épargne des citoyens sont toujours négatifs et le resteront pendant un certain temps.

Depuis le 1er janvier, les taux des comptes sur carnet ont affiché une hausse. Cela veut dire que leur rémunération sera plus importante pour le détenteur d’un compte. Le taux a augmenté de 27 points de base par rapport au second semestre 2022 à 1,51% et demeurera à ce niveau jusqu’au 30 juin 2023.

Mais est-ce que cela représente une meilleure opportunité pour les épargnants, et cette amélioration de la rémunération engendrera-t-elle une amélioration des collectes des banques ?

Si sur le papier cette hausse signifie une meilleure rémunération de l’épargne des détenteurs de compte sur carnet, elle est à mettre en perspective avec l’évolution de la hausse du taux directeur et de l’inflation.

Une hausse de rémunération décorrélée par rapport à celle du taux directeur

Contactée, une source de la place rappelle que "le taux directeur en 2022 a tout de même progressé de 100 points de base, en passant de 1,5% à 2,5%. Comparé à une amélioration de 27 points de base pour la rémunération des comptes sur carnet, on voit que c’est très loin de refléter les exigences de rentabilité qu’ont les ménages. La moindre des choses pour qu’il y ait un minimum de ressenti aurait été de répercuter la hausse du TD en améliorant la rémunération de 75 points de base par exemple".

Une autre source du marché nous explique que logiquement une hausse des taux devrait être effectuée en 2023. "Les taux vont augmenter demain [vendredi 6 janvier 2022] et mardi prochain. Cela a été acté. Le Trésor a décidé d'organiser une séance d'adjudication spéciale mardi prochain, avec l'objectif d'adjuger toutes les maturités avec des niveaux de taux élevés qui reflètent l'actualité."

Mais cela aura-t-il un impact sur l'épargne des particuliers ? "Les dépôts sur compte carnet sont indexés sur les bons du Trésor. Comme ces derniers augmentent, les autres taux devront suivre, c’est juste que les banques n’appliquent pas la hausse de la même manière, car cela est coûteux pour elles", poursuit notre interlocuteur.

En réalité, avec les derniers niveaux des taux observés sur le marché monétaire, obligataires et autres, le niveau de rémunération du compte sur carnet demeure très bas. "Nous voyons que la transmission est lente. Ce taux de 1,51% sera appliqué jusqu’à fin juin 2023, et le décalage pourrait se creuser encore plus du fait qu’il y a encore des anticipations de hausse du taux directeur au S1-2023, donc cette hausse ne devrait pas avoir un impact significatif au niveau de la collecte", indique notre premier interlocuteur.

D’autant plus que, d’après les dernières données publiées par le haut-commissariat au Plan (HCP), l’inflation est repartie à la hausse au mois de novembre après une légère accalmie en octobre.

Les taux réels sont loin d’être positifs

En novembre 2022, l’inflation rebondissait à 8,3% contre 8% le mois précédent. Cela veut dire qu’il y a une dégradation du taux de rendement réel qui, lui, est négatif. Avec un taux d’inflation moyen annuel à 6,6% en 2022 prévu par le HCP et un taux de rémunération des comptes sur carnet de 1,24% à cette période, un placement affiche un taux réel de -5,36%. In fine, un placement de 1.000 dirhams le 1er janvier 2022 vaudrait réellement 946,4 dirhams au 31 décembre de la même année.

Si durant le premier semestre 2023 la rémunération faciale des comptes sur carnet s’améliore, en réalité, l'inflation ramène les taux dans le négatif, et même si cette dernière est censée ralentir à 3,9% en 2023 en moyenne, l'épargne sur carnet et les dépôts à terme devraient afficher des taux réels de rendement négatifs. "Il s’agit de taux réels négatifs qui sont désormais bien installés dans l’économie marocaine. Il faut insister sur le fait que le durcissement monétaire de la FED et de la BCE devrait encore continuer avec de nouvelles hausses en 2023, je ne vois pas comment on pourra revenir en territoire positif. Certes, l’inflation va baisser en 2023, suite à la hausse du taux directeur par Banque Al-Maghrib. Aujourd’hui un taux directeur maintenu autour de 2,5% ne permet pas de rétablir des taux de rémunération vers des taux positifs", explique notre source.

Mais alors quelles alternatives de placement existent pour le citoyen qui aimerait améliorer le rendement de son épargne ? Pour l’un de nos interlocuteurs, "il existe différents produits, notamment les OPCVM monétaires par exemple. Elles offrent une liquidité quotidienne et assurent un rendement supérieur à celui des comptes sur carnet. Je parle ici des OPCVM monétaires investis dans les BDT et les certificats de dépôt, donc un risque égal ou un peu meilleur que le risque du compte sur carnet".

lire aussi
  • | Le 31/1/2023 à 17:15

    Les raisons de la hausse du cash en circulation en 2022

    L'année dernière, le cash en circulation a atteint 355 MMDH. La monnaie fiduciaire représente désormais près de quatre fois la taille du déficit de liquidité bancaire, estimé à 89,1 MMDH fin 2022. Selon Bank Al-Maghrib, différents facteurs comme l'inflation ou encore la forte hausse des transferts des MRE sont en cause.
  • | Le 31/1/2023 à 9:38

    Le crédit bancaire progresse de 75 MMDH en 2022, les créances en souffrance augmentent

    En 2022, l’encours des crédits bancaires a progressé de 7,6% par rapport à l’année précédente.
  • | Le 30/1/2023 à 16:16

    Qui contrôle les principales banques commerciales au Maroc ?

    En fin d'année, le paysage bancaire a évolué avec la prise de contrôle de Crédit du Maroc par Holmarcom. Voyons comment se répartit désormais le capital des principales banques commerciales du pays. Infographie.
  • | Le 23/1/2023 à 13:46

    En 2022, les dépenses de compensation ont atteint 42 MMDH

    Le Trésor a connu l’an dernier une amélioration de ses recettes, alors que les dépenses de compensation ont presque doublé par rapport à 2021. Le déficit budgétaire global demeure assez stable à 69,5 MMDH.
  • | Le 23/1/2023 à 10:10

    Disway Tunisie : le fonds Amethis est sorti avec succès du capital

    Le fonds d’investissement Amethis a effectué avec succès sa sortie du capital de Disway Tunisie en faveur de l’actionnaire majoritaire, Disway SA.
  • | Le 22/1/2023 à 10:13

    Sonasid : Alpha Mena change sa recommandation sur le titre d’“alléger” à “acheter”

    Pour la société de recherche, le groupe recèle un très bon potentiel en bourse, notamment du fait de la baisse notable accusée en 2022 à partir du troisième trimestre. Le groupe dispose également d’un modèle résilient et d’une situation financière confortable. Un rendement supérieur à 6% est attendu en 2023.